Mangas

Erased – Kei Sanbe

J’ai découvert l’existence de cette série de manière tout à fait fortuite, un de mes amis s’est acheté les deux premiers tomes en occasion lors d’un passage dans une librairie parisienne en janvier dernier, alors qu’elle semble être plutôt mythique ! Oups …

P_20190221_221225_1_1.jpg

2006. Aspirant mangaka dont la carrière peine à décoller, Satoru Fujinuma travaille comme livreur de pizzas pour joindre les deux bouts. Effacé et peu enclin à s’ouvrir aux autres, il observe le monde qui l’entoure sans vraiment y prendre part. Pourtant, Satoru possède un don exceptionnel : à chaque fois qu’un incident ou une tragédie se déroule près de lui, il est projeté quelques minutes dans le passé pour empêcher l’inévitable avant qu’il se produise…

Cette anomalie de l’espace-temps lui vaut un séjour à l’hôpital le jour où, pour rattraper le conducteur d’un camion fou, il est percuté par un autre véhicule de plein fouet. Après l’accident, petit à petit, les souvenirs effacés de l’enfance traumatisante de Satoru resurgissent…

Un scénario haletant

Si le résumé ci-dessus ne vous a pas mis l’eau à la bouche, laissez-moi vous dire que cette histoire pourrait être le synonyme de rebondissements !
Alors que Satoru replonge dans son passé, de manière bien innocente au début, sa mère refait irruption dans sa vie et avec elle, de nouveaux éléments de son passé lui reviennent en mémoire, et là c’est le début d’une file d’actions quasiment ininterrompue jusqu’à la fin de la série !

Le scénario est tellement haletant que si j’avais pu j’aurai dévoré la série complète en une seule fois (malheureusement, je dors parfois ^^).

Un suspense digne des plus grands maître du thriller

Je ne vous le cache pas, j’ai adoré ce manga et son intrigue, cette dernière est excessivement bien ficelée.

La tension est présente à chaque instant.
L’angoisse aussi, puisqu’on est au courant des événements qui se sont passés, et qu’on voudrait, au moins autant que Satoru, pourvoir les empêcher.

Jusqu’à la fin du huitième tome, l’auteur nous tient en haleine. Et il conclut en apothéose sur un duel final particulièrement intense, j’ai lu les dernières pages avec la boule au ventre.

Des allers-retours dans le temps cohérents

L’histoire se compose de deux phases : l’enfance de Satoru et sa vie d’adulte. Les deux évoluant en fonction des actions du jeune Satoru.

On passe une grande partie de l’histoire dans le passé de Satoru, ou du moins dans le passé qu’il se créait. Et puis subitement, quand on s’est habitué à être dans le passé du jeune homme, bam ! l’auteur nous renvoi a présent, mais un présent bien différent de celui qu’à laissé Satoru lors de sa première rediffusion …

Des personnages attachants

Satoru, notre personnage principal, est au départ un héros peu charismatique, et presque désagréable, il reste spectateur de sa propre vie et se pose parfois en victime. C’est du moins le cas avant que l’une de ses rediffusions ne l’entraîne dans son enfance et là il endosse réellement le costume de héros, il ose enfin prendre sa vie en mains.
Je l’ai également trouvé touchant, enfant, notamment dans sa relation avec sa mère. J’ai aimé voir son évolution. Plus les tomes défilent et plus il met à profit son expérience d’adulte afin de porter un regard conscient sur cette nouvelle enfance qui lui est offerte.

Airi, la jeune collègue de Satoru, si cette dernière peut au départ semblait naïve, elle cache un précieux soutient pour Satoru. C’est un personnage auquel je me suis tranquillement attaché.

J’aime également beaucoup le caractère de la mère de Satoru, dans le premier tome elle nous semble être une mauvaise mère, mais la vérité en est tout autre ! Elle a un rôle clé dans l’histoire …

Et plus généralement, j’ai apprécié toute la ribambelle d’enfants qui compose ce récit, ils font preuve d’une impressionnante solidarité, c’était touchant.

Un méchant sadique au possible

Mais qui dit personnages intéressants, dit aussi méchant effroyable … honnêtement j’ai eu des frissons durant ma lecture ! A chaque fois qu’on voyait son regard, j’étais glacée !

J’ai apprécié que l’auteur consacre un pan entier à son histoire, c’était très intéressant de comprendre comment cet homme pourtant si doux en apparence pouvait en réalité cacher une véritable monstre !

Une très belle fin, qui laisse sur une note un peu rêveuse

Erased, c’est, pour moi, l’un des mangas qui explique le mieux la nécessité de profiter des moments qui nous sont offerts, au jour le jour et sans vouloir vous spoiler, la fin du manga offre à l’un des personnage une nouvelle chance …

Quelques points négatifs en vrac

Souvent je choisi des mangas où le dessin est doux à la limite du féerique, or ici je ne le trouve pas extraordinaire, il n’est pas moche, simplement quelconque.

Tout à l’heure je vous ai dit que le fin nous laissait sur une note rêveuse, mais il faut que je vous apporte une précision, ce manga comporte en réalité deux fins : la première, qui correspond à la conclusion de l’enquête et que j’ai trouvé un peu bâclée et la seconde dont je vous parlais plus haut.

En conclusion, j’ai vraiment trouvé qu’Erased était une très bonne série, avec un suspens continu et une intrigue haletante, je trépignais dans l’attente de la suite et j’ai dévoré plus de la moitié de la série en une nuit !

 

Je vous le dis, au cas où mes propos n’auraient pas été assez clairs, cette série est une véritable coup de cœur !

signature

 

 

 

 

P.S.: J’ai récemment découvert qu’il existait un dernier tome intitulait Erased-Re, que je vais m’empresser de lire dès que j’aurais cinq minutes de libre !

Publicités

7 commentaires sur “Erased – Kei Sanbe

  1. Je sus justement en train de regarder l’animé, et je suis conquis. J’aime beaucoup cette alternance entre les moments de vie des enfants très beaux et les passages de tension à cause du meurtrier. Une très belle découverte pour ma part (il me reste encore 5 épisodes avant de finir).

    Aimé par 2 personnes

    1. Il est dans ma liste Netflix depuis un moment, mais pour l’instant impossible de lui accorder 5 min, c’est rageant !
      Est-ce qu’on voit les passages avec juste le regard du meurtrier ? Dans le manga, ces moments, qui semblent pourtant insignifiants, me glaçait jusqu’au sang !

      Aimé par 1 personne

      1. Il ne me reste plus que 2 épisodes (je connais l’identité du meurtrier !), et oui, il y a à plusieurs reprise ses regards !
        Personnellement, je suis conquis. Je vais essayer de finir demain matin pour publier un article sur cet anime dans le week-end.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s