Romans

Speed game – Pascale Stephens

Eh bien je crois qu’il est temps de reconnaître que je suis retombée (et engloutie jusqu’au bout du nez dans une période à (forte) dominance romance young adult. En moins de deux mois, j’en ai déjà lu quatre !
Du coup, vous vous en doutez, l’article d’aujourd’hui sera de nouveau consacré à l’une de ces romances.

speedgame

Amateurs du genre, accrochez-vous c’est partie pour les présentations :

Zoé a travaillé très dur pour se faire une place au sein d’un des plus grands magazines français. Malheureusement sa carrière de journaliste pourrait s’arrêter là. Le responsable  ? Franz Krueger.
Si elle n’écrit pas l’article qu’on lui impose sur ce bad boy, pilote de moto et coureur de jupons, elle sera virée. Or, ce gars est connu pour être ingérable. Elle ne l’a pas encore rencontré qu’il lui pourrit déjà la vie. Et dire qu’elle va devoir passer deux semaines avec lui … Ça s’annonce mal, vraiment très mal.

Même si cette histoire n’est pas révolutionnaire, j’ai pris beaucoup de plaisir à la découvrir. Les personnages qui composent le récit sont attachants.
Zoé, tout d’abord, est une jeune femme bien dans ses baskets, ni trop gourde, ni trop Mère Thérésa, je l’ai trouvé fort sympathique.
Quant à Franz, lui c’est différent, son personnage est déjà plus classique, presque cliché. Il est l’image même du bad boy estampillé XXIe siècle, beau gosse, richissime et coureur de jupons, le tout cachant un profond mal-être … rien de bien intéressant me direz-vous. et vous aurez raison ! Son personnage est terriblement convenu et sans grande surprise. Alors pourquoi il m’a plu ?
Eh bien parce qu’il est chiant justement ! J’avais tellement envie de voir Zoé lui en coller une (oui c’est une histoire d’amour, et alors ? Qui aime bien, châtie bien ^^). Son rôle est suffisamment agaçant, mais pas trop, pour pimenter le récit et nous donner envie de poursuivre notre lecture. Du moins pendant les trois-quarts du roman. En effet, la partie où nos deux tourteaux ne se courent plus après m’a semblé plus classique, moins mémorable, on replonge dans une romance young adult avec des scènes de sexe à foison, ce qui en soit ne me dérange pas, simplement je trouve que cela ne fait pas avancer l’histoire.

Dans l’ensemble j’ai apprécié ma lecture, notamment grâce au style de l’auteure, cette dernière a une écriture fluide et très agréable. Elle ne s’embarrasse pas de détails inutiles (vous connaissez mon dégoût face aux détails ennuyeux).

Si cette lecture n’est pas un coup de cœur, je l’ai tout de même trouvé fort distrayante.

signature

 

 

 

 

P.S. : Speedgame est le second livre de Pascale Stephens se déroulant dans l’univers de la course de moto, on y retrouve Clémence et Nate les protagonistes du premier opus Speedway sorti en 2017 également chez BMR.

Publicités

3 commentaires sur “Speed game – Pascale Stephens

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s