Romans

La cinquième femme – Henning Mankell

La-cinquieme-femme

Je continu mon exploration de l’œuvre d’Henning Mankell avec un nouveau roman consacré au commissaire Kurt Wallander. On le retrouve ici dans une enquête longue, peu palpitante et qui pourtant m’a tenu en halène jusqu’à son dénouement.

Septembre 1994, l’inspecteur Wallander rentre de vacances et espère un automne calme. Mais il lui faut bientôt éclaircir une série de meurtres à donner froid dans le dos aux policiers les plus endurcis.
Un vieil ornithologue a été retrouvé empalé dans un fossé, un autre, passionné d’orchidées, ligoté à un arbre et étranglé, le dernier, chercheur à l’Université, noyé au fond d’un lac. Pourquoi tant de férocité à l’égard de citoyens apparemment paisibles ? Et pourquoi ces mises en scène sadiques ? Parce que – selon la devise de Wallander – les êtres sont rarement ce que l’on croit qu’ils sont.
Et si le crime était la vengeance d’une autre victime contre ses bourreaux ? Dans ce cas, l’inspecteur Wallander n’a plus qu’à se hâter pour empêcher un nouveau meurtre tout aussi barbare.

Attirée par cette histoire, tant pour son personnage principal que par son résumé, j’ai était un peu « déçue » de ma lecture. Contrairement à ma lecture précédente, l’histoire est bien plus longue, ce qui contrait l’auteur à faire plus de descriptions. J’ai aussi noté de nombreuses répétitions (notamment dans l’expression de sentiments) qui m’ont fait légèrement décrocher de ma lecture.

Dans ce roman, rythmé par trois grandes phases qui correspondent chacune à un nouveau meurtre, on suit de nouveau Wallander et son équipe, que j’ai pris du plaisir à retrouver (même si je les découvre ici bien plus jeunes que dans ma première lecture, étant donné que j’ai pris les romans à l’envers). Chacun d’entre eux est confronté aux tourments liés à cette enquête hors normes et qui va mener Wallander d’un bout à l’autre du pays à la recherche d’indices pouvant les mener, ou pas, sur les traces du meurtrier.

Un meurtrier, ou plutôt … une meurtrière (ceci n’est pas un spoiler, car dès le début de l’histoire les choses sont claires) qui fait froid dans le dos. Elle n’est pas réellement cruelle (quoique …), mais elle applique avec une telle ferveur son désir de vengeance qu’elle fini par vous glacer le sang. Au cours de ma lecture j’ai apprécié le cheminement qui conduit Wallander, et son équipe par la suite, sur les pas de cette femme, eux qui ne peuvent croire à la théorie d’une femme tueuse en série !

Une fois de plus j’ai aimé découvrir au fil des déambulations du policier un pays que je ne connais pas du tout, bien que ce dernier soit définitivement trop glacial pour une frileuse dans mon genre. Je suis toujours autant intriguée par certains des éléments qui émergent de ci de là, comme le fait que les scandinaves semblent êtres des oiseaux de nuit ou encore que le vouvoiement ne soit que très rarement de mise, même avec un illustre inconnu.

L’auteur revient à de très nombreuses reprises sur la perte d’un être cher à son personnage, et les sentiments, la confusion que ce dernier éprouve fini d’en faire un homme réel, presque palpable.

Un vrai coup de cœur pour le personnage du Commissaire Wallander, comme je vous le disais, c’est la deuxième histoire que je découvre dont il est le personnage principal et vraiment j’adore cet homme.

signature

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s