Séries TV

The OA – Brit Marling et Zal Batmanglij

Aujourd’hui je m’attaque à un sujet de taille sur lequel j’ai eu beaucoup de mal à écrire mon ressenti, pourtant ça me semblait nécessaire de l’écrire tant la série dont je vais pour parler aujourd’hui m’a interpellé. Vous l’avez compris en voyant le titre de l’article, on se retrouve aujourd’hui pour parler de la série diffusée sur Netflix, The OA, qui comporte à l’heure actuelle deux saisons.

Saison 1

Image associée

Dans un premier temps voici un court résumé de ce qui se déroule dans les différents épisodes de la première saison :

Prairie Johnson, une jeune fille aveugle adoptée, réapparaît brusquement sept ans après une disparition plutôt mystérieuse. Elle s’identifie désormais comme étant « AO ». La disparition de sa cécité ainsi que la nature de sa disparition provoquent bien des questionnements chez les autres, notamment chez ses parents adoptifs ou encore auprès de cinq inconnus qui se rapprochent d’elle suite à son retour dans sa ville natale et à qui elle va progressivement raconté les événements qui se sont déroulés pendant ses années de captivité, car oui elle a bien était enlevée et ce pour une raison des plus inattendue …

Si le scénario peut vous semblez compliqué, voir même bien barré de prime abord, sachez que certains éléments trouveront une réponse au court des différents épisodes de cette première saison qui se déroule dans un univers qui pourrait être le notre.

Les personnages sont attachants, même si Prairie a eu tendance à m’agacer un peu au cours de cette première saison (mon agacement vient peut être aussi de son prénom que je trouve particulièrement ridicule, mais passons). J’ai lu à de multiples reprises des commentaires d’internautes qui critiquaient le personnage de Steeve, le je répondrai simplement à ces critiques que souvent l’image que l’on renvoi de nous-même n’est qu’une carapace visant à cacher la personne que nous somme réellement. C’est peut-être le cas du personnage incarné par Patrick Gibson.
Sans vouloir trop vous en dire à son propos, il faut également que je vous parle de Dr Hunter Aloysius Percy (plus communément appelé Hap dans la série), ce dernier est incarné par un acteur que j’adore depuis que je suis adolescente, Jason Isaacs, le fameux Capitaine Crochet du film Peter Pan. C’est un méchant que j’ai adoré détester. 

Cette série qui aborde de multiples thèmes dont les voyages spatio-temporels ou les EMI (expérience de mort imminente) et mélange les genres entre fantastique et mystique, nous pousse à nous creuser les méninges à chaque épisode, afin d’essayer de comprendre le pourquoi du comment. Le mysticisme présent tout au long des huit épisodes de cette première saison aurait pu me rebuter, moi qui suis une personne plutôt terre à terre et pourtant je me suis prise au jeu. 

Même si vous n’avez regarder cette série, vous devez tout de même connaître certaines scènes devenues célèbres où l’on voit les protagonistes danser une chorégraphie pour le moins intrigante (voir dérangeante). Ryan Heffington est le chorégraphe à l’origine de ces mouvements. Son nom vous est sûrement inconnu, pourtant vous connaissez tous son travail, notamment au travers des multiples clips de la chanteuse Sia ou encore de la fameuse pub Kenzo (seule pub sur Terre qui vous montre ce qui se passe si vous ingérez le contenu de la bouteille de parfum :p ). Cette chorégraphie, sans vouloir trop vous en dire, permettrait à ses pratiquants de pouvoir voyager dans le temps et l’espace si elle est combinée à une EMI.

Oui je sais c’est bizarre, tordue (loufoque ?), mais c’est pourtant ce qui nous ai conté tout au long des épisodes où j’ai été complètement envoûtée par la narration.

Saison 2

Résultat de recherche d'images pour "the oa 2"

Si la saison 1 se termine de manière plus ou moins brutale, la saison 2 attaque quant à elle sur … tout autre chose ! Et oui les scénaristes ont décidé de nous transporter dans un univers parallèle, où l’on retrouve Prairie … dans le corps de Nina Azarova, son identité avant qu’elle ne soit adoptée. Perdue dans un monde qu’elle ne connaît pas elle va faire de curieuses rencontres et tenter de démêler sa vie. Pour plus de détails, je vous laisse avec un résumé de cette seconde saison.

Karim Washington, un détective privé dont la mission est de retrouver une adolescente disparue, Michelle Vu, croise le chemin d’OA. Ensemble, ils décident de percer deux mystères : la disparition de Michelle et celui d’une maison à Nob Hill en lien avec la disparition de plusieurs adolescents. Pendant ce temps, dans la première dimension, BBA et les garçons se retrouvent embarqués dans une quête pour comprendre la vérité derrière l’histoire d’OA et les incroyables réalités qu’elle décrit.

L’univers dans lequel nous sommes plongés est différent, il semble être plus futuriste. Impression qui sera confirmée par la suite.

Cependant suite aux événements de la saison 1, on y retrouve de nombreux personnages. Même si la liste des protagonistes est étendue.

J’ai trouvé que l’esthétique de cette seconde saison était plus travaillée, cela est peut-être du à cet univers plus futuriste ?

Même si je ne veux pas trop vous en dire sur cette seconde saison, je dois tout de même vous avouer qu’elle est plus tournée vers le mysticisme que la première, et que certains passages m’ont un peu laissé perplexe. D’autres, au contraire m’ont carrément fait peur.

Dans cette seconde saison, l’histoire ne tourne plus autour des souvenirs de captivité de Prairie et de sa vie actuelle, mais nous montre une alternance de point-de-vue entre la quête de Prairie pour comprendre comment elle en est arrivée là, comment les deux mondes sont liés et la quête du groupe de protagonistes de la saison 1, qui de leur côté cherche à comprendre ce qui leur est arrivé.

J’ai parfois eu la vilaine impression de ne pas en savoir plus à la fin de la série qu’au début, mais cette impression s’est estompée à force d’en discuter avec mon compagnon.

Bon je suis arrivée au bout de cet article, ce fut terriblement compliqué à écrire, mais j’espère avoir un minimum réussi à vous transmettre mon ressenti face à cet O.V.N.I télévisuel. Pour moi The OA est une série qu’il est difficile de juger sans la voir dans sa totalité et qui ne peut pas plaire à tout le monde, donc si vous contez la visionner, laissez lui une chance au delà de quelques épisodes.

signature

 

 

6 commentaires sur “The OA – Brit Marling et Zal Batmanglij

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s