Lire en couleurs 🎨·Romans

Cogito – Victor Dixen

Bonjour à tous, vous allez bien ? De mon côté, le mot du moment c’est stresse.
Stresse.
Stresse.
Stresse.
Stresseeeeeee !!
Et vous savez pourquoi ? Parce que demain je passe un nouvel entretien d’embauche, qui pourrait cette fois débouché sur un CDI en médiathèque !!

Bref, je n’ai pas écrit cet article pour m’épancher sur mes problèmes personnels, mais bien pour vous parler d’une de mes dernière lecture qui m’a enthousiasmé et dont vous avez pu découvrir l’identité dans le titre de cet article.
Oui aujourd’hui je vous parle de Cogito, le dernier roman de Victor Dixen paru récemment dans la Collection R.

Il s’agit du premier livre de Victor Dixen que j’ouvre, oui je n’ai jamais lu sa première série Phobos (et vu les critiques très mitigées que j’en ai lu, je doute de m’y mettre un jour …). Pour ceux qui ne connaissent pas le pitch de Cogito voici son résumé :

Un don du ciel… Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie….ou un pacte avec le diable ? Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour « améliorer » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ? Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société. L’ultime frontière sera notre cerveau.

Pour ma part, j’ai essentiellement été attirée par sa magnifique couverture et ce bien avant de découvrir l’histoire qu’elle renfermait.

Résultat de recherche d'images pour "cogito couverture"

J’ai aimé le monde qu’a créé Victor Dixen.
Un monde futuriste, mais pas trop, ça pourrait être dans notre présent d’ici une dizaine d’années. Un monde régit par les robots et les IA. Un monde où l’être humain n’est plus qu’un pantin dépendant de toute la technologie qui l’entoure … du moins c’est le cas pour certains. Car la France que nous décrit Victor Dixen est séparée en deux zones, que certains nomment la Zone serve et la Zone franche. Cette dernière se trouvedans l’ex-Lozère, où certains humains ont fait le choix de fuir toute technologie et de vivre selon la loi des Patriarches qui interdisent toute machine et prônent le retour à la terre.

Comme l’a dit Jean-Paul Sartre, un philosophe du siècle passé […],  » l’homme est condamné à être libre » précisément parce qu’il pense et qu’il doit choisir consciemment chacune de ses actions.

Une histoire prenante, j’ai dévoré plus de trois cent pages en tout juste quatre heures, tant j’ai été happé par la folle aventure que vit Roxane sur les Îles Fortunées. L’écriture de Victor Dixen est palpitante, et elle m’a d’autant plus parlé que je suis actuellement en train de découvrir la série Black Mirror, où la technologie a supplanté les êtres humains pour le meilleur et surtout pour le pire …

Concernant les personnages je suis un peu plus mitigée, le personnage de Roxane m’ayant parfois un peu agacée, elle est trop souvent à fleur de peau et s’énerve pour un rien. Elle ferait mieux de réfléchir avant d’ouvrir sa bouche.

C’est comme si j’étais face à une autre personne, qui me fixe avec une froide détermination. Non pas celle qui a a passé ces dernières années à se saborder systématiquement, mais celle qui est prête à se battre pour survivre.

Fort heureusement son comportement est compensé par la présence d’autres protagonistes bien moins sanguins et plus attachants, notamment le beau Simbad, dont rien que le prénom fait rêver, lui et son caractère de cochon qui va se révéler indispensable dans le courant de l’histoire. Faune et son histoire m’ont également touché bien plus que je n’aurai pu l’imaginer.

En somme, j’ai adoré cette histoire, que j’ai trouvé prenante.
Malheureusement la toute fin m’a laissé dans une humeur fâcheuse, je l’ai trouvé nulle, bien trop nian nian par rapport à toute l’histoire qui avait précédé. Je suis particulièrement déçue de constater le retournement de veste de nombreux personnages. Dans la vraie vie, quand on est méchant on le reste ou du moins on en conserve toujours des traces.

signature

4 commentaires sur “Cogito – Victor Dixen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s