Cinéma·Musique

Le Top 3 de mes comédies musicales préférées

Bonjour à tous, j’espère que vous passez un agréable dimanche et que vous allez pouvoir profiter d’un minimum de musique à l’occasion de cette fête de la musique 2020 qui s’annonce pour le mois particulière. Et si jamais, comme chez moi, tout a été annulé, je vous propose de retrouver un Top 3 de mes comédies musicales préférées !
Bah ouais, à défaut d’ambiance dans les rues, vous allez pouvoir profiter d’un karaoké dans votre salon, c’est toujours mieux que rien ^^ Non ne me remercier pas ^^ »

  1. Mamma Mia

    https://www.youtube.com/watch?v=sMH8v2MfoTA

  2. Burlesque

    https://www.youtube.com/watch?v=4s64DE7SvnM

  3. High school musical

    https://www.youtube.com/watch?v=fGbmlYuRtWQ

Cinéma

Cinéma d’hier et confinement

Bonjour a tous, depuis le début du confinement, vous n’êtes pas sans savoir que tout à chacun se mobilise afin d’aider ses proches ou de simples inconnus à mieux vivre cette période pour le moins compliquée.

Et parmi ceux qui se sont lancé dans des actions que j’apprécie on trouve France 2, et oui ! Ces derniers proposant en première partie d’après-midi un grand classique du cinéma français …

  • L’As des as

C’est ainsi que j’ai pu découvrir l’As des as, un film réalisé par Gérard Oury en 1982, où j’ai suivi les aventures rocambolesques de No Cavalier incarné par Jean-Paul Belmondo.

Jo Cavalier, entraîneur national, doit accompagner l’équipe de boxe aux J.O. de Berlin. Durant le voyage il prend en charge un enfant de dix ans poursuivi par la Gestapo.

Je ne connaissais pas ce film, oui j’ai de grosses lacunes concernant le cinéma français, mais je me suis régalée face à ce scénario, à la fois bien ficelé et rempli de gags en tout genre. Un scénario intelligent qui m’a permis de passer un excellent moment devant un film que je vous recommande de (re)visionner  a votre tour !

  • Le Bossu

Après avoir découvert l’As des as, j’ai continué à regarder la programmation proposée par France 2 et lorsque j’ai vu qu’ils allaient diffuser Le Bossu avec Daniel Auteuil, j’ai été excité comme une puce (c’est chelou cette image).

Il s’agit d’un film de 1997 que j’ai découvert étant enfant avec mon papa et depuis je l’adore. Allez savoir pourquoi, mais les films de capes et d’épées moi j’adore !

Dans cette réécriture d’un classique des années 60, on retrouve les personnages emblématiques de cette histoire dont voici le résumé :

« Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! » Telles sont les paroles en forme de serment lancées par Lagardère au comte de Gonzague, qui a ourdi un complot contre son ami, le brillant duc de Nevers, pour capter la fortune de son riche cousin. Il faudra seize ans au chevalier de Lagardère pour venger son ami, faire triompher la morale, sauver l’honneur et trouver l’amour.

Personnellement je connais ce film.par coeur, mais ce n’est pas le cas de mon compagnon et c’est donc avec bonheur que je le lui ai fait découvrir.

  • Cyrano de Bergerac

Pour terminer cet article, je tenais à vous parler du dernier film que nous avons visionner la semaine dernière sur France 2, il s’agit de, comme vous l’avez deviné, Cyrano de Bergerac. Personnellement je connaissais bien évidemment l’histoire de ce grand homme au nez si célèbre et poète à ses heures perdues, mais je n’avais encore jamais vu le film de Jean-Paul Rappeneau dont Gérard Depardieu tient la tête d’affiche. Je ne pense qu’il soit bien nécessaire de vous mettre le résumé de cette belle histoire d’amour, mais allez, je le fais quand même :

Cyrano de Bergerac est amoureux de sa cousine Roxane. Mais, celle-ci lui avoue qu’elle aime Christian de Neuvillette, un nouveau cadet qu’elle lui fait promettre de protéger. Conscient de son manque d’esprit, Christian obtient par ailleurs de Cyrano, qu’il écrive pour lui ses lettres d’amour à la belle Roxane.

Le vrai pari de ce film, c’est que les personnages y parlent en vers, un point tout particulièrement intéressant et qui lui donne une rythmique très agréable.

Si jamais vous n’avez pas encore vu ce chef d’oeuvre je ne peux que vous conseiller de le découvrir, ce n’est que du bonheur durant plus de deux heures !

Cinéma

Parasite – Bong Joon-ho

Bien le bonjour à tous, j’espère que vous ne vous ennuyez pas trop en ce milieu de semaine et si jamais c’est le cas, je vous propose de découvrir mon avis sur un film coréen qui a fait un tabac l’année dernière à Cannes.

Image

Il s’agit du deuxième film de ce réalisateur que je visionne, et si je me suis un peu ennuyée devant The Host, j’ai trouvé Parasite de bien meilleure qualité. Mais avant de vous en dire plus, je vous laisse avec le résumé de ce film primé à Cannes.

Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit a se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable…

C’est mon compagnon qui m’a poussé à visionner ce film, et je ne le regrette absolument pas.

Parmi les membres de cette famille si particulière, on retrouve Song Kang-ho, un acteur déjà présent au casting de The Host.

J’ai bien aimé ce film, dont certaines scènes ont une esthétique bien travaillé, le tout accentué par une excellente bande son, qui par moment renforce la tension qui règne dans la deuxième moitié du film.

Je vais être honnête avec vous, à un moment du film, j’ai flippé pour cette famille de … parasites ! Imaginez-vous ils squattent la maison de leurs patrons en l’absence de ces derniers et là l’interphone sonne. Mais qui peut bien être derrière la porte ? Qui ? Vont-ils êtres découverts ? Ce fut un grand moment de stresse. D’autant qu’il débouche sur … Un moment de stresse encore plus … Stressant ><

Bref, j’ai beaucoup aimé ce film et si jamais vous ne l’avez pas encore vu, je vous invite à le découvrir, vous passerez a coup sûr un bon moment.

Cinéma

The gentlemen – Guy Ritchie

Bonjour à tous, cet après-midi je vous propose de découvrir mon avis sur le dernier film de Guy Ritchie, The Gentlement.

The Gentlemen : Affiche

Mi-février, un après midi, mon compagnon m’envoie un message me proposant un cinéma le soir même, le film ? The Gentlemen de Guy Ritchie. Il s’agit d’un réalisateur que mon compagnon adore et que j’ai appris à apprécier avec le temps et surtout avec les films à la fois fun et stylés qu’il propose.

Son nom de vous dis rien ? Mais si réfléchissez ! On lui doit notamment Snatch ou encore les deux Sherlock Holmes avec Robert Downey Jr et Jude Law.

The Gentlemen, c’est un film que je n’attendais pas du tout, mais que j’ai tout particulièrement apprécié. D’autant qu’il regorge d’une farandole d’acteurs tous plus charmants les uns que les autres pour incarner cette bande de mafieux en costume trois pièces et à l’accent so british. Hugh Grant, notamment est irrésistible en fouine prête à tout pour grappiller le moindre penny. Tout comme Charlie Hunnam en homme à tout faire, qui agit toujours avec deux coups d’avance afin de sauver son patron, le grand Matthew McConaughey.

Mais au delà de ses personnages, ce film est aussi porté par un scénario sacrément bien ficelé, on se croirai dans un roman policier, l’humour en plus.

Pour moi il s’agit du meilleur des quatre films réalisés par Guy Ritchie sur ce thème et je les classerai ainsi :

1. The Gentlemen

2. Rock’n’rolla

3. Snatch / Arnaques crimes et botanique

Oui je triche en mettant les deux derniers æ-exco, mais je n’arrive pas à les départager.

 

Je ne peux que vous recommander de découvrir ce film, pour moi ce fut près de deux heures de bonheur et d’éclats de rire.

The Gentlemen : Photo Colin Farrell

P.S. : J’ai oublié de vous dire que même Colin Farell est bon dans ce film, très bon même. Et croyez moi, ça c’est vraiment un point très positif car habituellement je ne peux pas supporter cet acteur et son charisme digne d’une courgette !

The Gentlemen : Affiche

 

Cinéma

Alliés – Robert Zemeckis

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de retrouver mon avis concernant le film Alliés, de Robert Zemeckis.

Alliés : Affiche

J’ai vu ce film récemment et il m’a bien plu alors j’ai décidé de vous écrire une petite chronique le concernant, mais tout d’abord, je vous laisse avec son synopsis :

Casablanca 1942. Au service du contre-espionnage allié, l’agent Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beauséjour lors d’une mission à haut risque. C’est le début d’une relation passionnée. Ils se marient et entament une nouvelle vie à Londres. Quelques mois plus tard, Max est informé par les services secrets britanniques que Marianne pourrait être une espionne allemande. Il a 72 heures pour découvrir la vérité sur celle qu’il aime.

Il s’agit là d’un film que je voulais voir depuis sa sortie au cinéma il y a maintenant près de 4 ans (il date de 2016), mais les choses étant ce qu’elles sont, je viens seulement de le découvrir en empruntant le DVD à la médiathèque.

Vous devez savoir que si j’apprécie Brad Pitt, que je trouve plutôt bon acteur (et beau gosse, ce qui ne gâche rien), d’habitude je n’apprécie pas Marion Cottilard, je trouve que son jeu manque d’émotion, son visage est trop figé à mon goût. Mas dans ce film j’ai réussi à la tolérer elle et sa voix de nunuche qui m’irrite les oreilles ><

Mais outre les acteurs que j’ai trouvé plutôt bons, c’est surtout l’histoire qui m’a plu. On pourrait presque la considérer comme un film romantique tant ce qui lie les personnages est fort. Comme on le découvre au fur et à mesure que le film se déroule sous nos yeux, ce couple est près à tout pour sa moitié. A tel point que j’ai failli versé une petite larme à la fin du film (oui je sais qu’en ce moment avec le chômage j’ai les émotions à fleur de peau, mais c’est tout de même une très belle fin, toute en émotions et en retenue).

Mais au delà de cette dimension, j’ai trouvé que c’était aussi un bon film historique, facile à aborder et intéressant pour qui est un peu curieux de la période concernée.

En somme, il s’agit d’un film que je vous recommande si jamais vous êtes adeptes du genre, et si ce n’est pas le cas, regardez-le quand même puisque se rincer les yeux avec Brad ça ne fait de mal à personne !

Alliés : Photo Brad Pitt

Sur ce, je vous dis à demain pour un nouveau Throwback Thursday Livresque !

Cinéma

J-2 – 14 films romantiques

J-2
Oui, mais J-2 avant quoi ?
Non je déconne vous le savez quand même.
Je suis pas une grande romantique dans l’âme. Mais bon, j’ai pu résister. Alors le voici, le voilà l’article consacré aux 14 films romantiques que j’apprécie le plus.

graphique photoshop amoureux Contexte style cœurs ornement bijoux sentiments carte postale signe ordinateur amour décor symbole pour février vacances modèle 14 élément enseigne dessin cœur Cadre conception mariage

J’ai essayé de les classer en partant de celui qui me plaît le moins, vers celui qui me met des étoiles dans les yeux à chaque visionnages.

Vous êtes prêts ? Alors sortez les pop-corn et les pétales de roses, on y va !

ST VALENCHIEN

Résultat de recherche d'images pour "film dessin"

Cinéma

Jumanji – Next Level – Jake Kasdan

Vous êtes prêts pour une nouvelle partie ?
Non ?
Dommage, accrochez-vous, parce qu’on y va quand même !

Afficher l’image source

L’équipe est de retour mais le jeu a changé. Alors qu’ils retournent dans Jumanji pour secourir l’un des leurs, ils découvrent un monde totalement inattendu. Des déserts arides aux montagnes enneigées, les joueurs vont devoir braver des espaces inconnus et inexplorés, afin de sortir du jeu le plus dangereux du monde.

On trouve des longueurs dans le début de ce nouveau film de la franchise, la première moitié étant un peu lente à se mettre en place, surtout quand on sait de quoi les scénaristes sont capables en matière d’action. Heureusement, la suite s’enchaîne bien, l’action et l’humour sont de nouveau au rendez-vous.

Une fois de plus on retrouve la même brochette d’acteurs, cette fois-ci rehaussée par la participation de Dany DeVito et Dany Glover qui apporte un côté ri-générationel au film (Dany DeVito incarnant le grand père de Spencer / Dwayne Johnson / Bravestone). On a donc à faire à un film familial sur une thématique familiale : les jeux de société, qui reviennent en force depuis plusieurs années.

Un film familial donc, mais qui laisse la part belle à l’action, à l’humour mais aussi à l’émotion.

En somme avec cette suite, tout comme avec son prédécesseur, on ne s’attendait à rien de particulier, peut-être à un navet, et au contraire on en ressort très agréablement surpris.

Cinéma

Top 10 des films à voir et à revoir en période hivernale ❄️

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose un Top 10 des films à voir et à revoir en période hivernale, bien évidemment il n’implique que mon avis personnel, donc si jamais vous n’êtes pas d’accord avec moi n’hésitez pas à me le dire, je vous croquerai pas, j’ai mangé ce matin 😉

Image1

10. A tous les garçons que j’ai aimé (Netflix)

Oui je sais, il n’a rien à voir avec un film de Noël, mais j’ai très envie de le revoir et comme je vais passer le 31 devant ma télé à déprimer (c’est mon dernier jour de contrat à la médiathèque, j’attaque 2020 en compagnie de Pôle Emploi …), je vais avoir besoin d’un bon remontant et je pense que Noah Centimento assurera à merveille dans ce rôle et puis, c’est l’occasion de se remettre en tête l’histoire en attendant sagement la suite au printemps 2020 !

9. La course aux jouets

Là par contre, je tape un peu plus dans l’esprit de Noël. Ca n’est pas un grand film, mais j’aime bien le regarder avec mon papa.

8. Le Journal de Bridget Jones

Qui a dit que Noël ne pouvait pas rimer avec films romantiques ?

7. Sissi

Toutes mes excuses, mais comme il est diffusé tous les ans, il est devenu culte chez moi, ma maman les adore (et moi aussi je dois bien l’avouer >.<)

6. Mon âme sœur (Netflix)

Bon celui-ci je ne l’ai pas encore visionné, mais on veut le voir avec mon amoureux depuis un bon moment et à chaque fois on se dit que c’est film d’hiver avec plaid et chocolat chaud !

5. Harry Potter à l’école des sorciers

Est-ce que j’ai bien besoin de vous expliquer pourquoi il faut le voir (et le revoir) (et le re re revoir) à cette période de l’année ? Ce prmier film était tout simplement magique !

4. Anastasia

Loin du froid de décembre … 🎶

3. Klaus (Netflix)

Depuis que je l’ai regardé, je vante ses mérites à tout mon entourage, mais que voulez-vous, je suis intenable en période de Noël >.<

2. Balto, chien-loup, héros des neiges

Le premier d’entre vous qui me dit que ce film n’a pas sa place ici, je le dénonce au Père Fouettard !

1. Gloups ! Je suis un poisson

Alors là vous allez me dire : Niehh ?! Mais pourquoi ?!!
Eh bien tout simplement parce que !
Ce dessin animé est diffusé (presque) tous les ans le soir du réveillon de Noël, alors pour moi il est celui qui symbolise le mieux cette période et ce depuis mon plus jeune âge ! Il me servait même d’excuse pour zapper la messe de Noël (roh !)

signature

 

 

 

 

Sur ce, je vous souhaite à tous un très bon mercredi et je vous dis à demain !

P.S. : N’hésitez à me laisser en commentaires votre propre Top !

Cinéma·Romans

The perfect date – Steeve Bloom

Bien le bonjour à vous tous, aujourd’hui je vous propose un article qui va mélanger les deux versions de The Perfect date, le roman de Steeve Bloom et sa version télé disponible sur Netflix.

the perfect date couverture
Je remercie Netgalley et Hachette pour cet accès

Pas ou peu de surprise quand au dérouler général de l’histoire, en effet, j’ai vu le téléfilm avant de découvrir le roman. Malgré ça, s’il existe de bonnes similitudes entre le film et le livre qui lui a servi de base, laissez-moi vous dire qu’il existe aussi beaucoup de grosses différences entre les deux versions !

A commencer par le public visé. J’ai eu l’impression que celui-ci était légèrement différent, plus mature dans le livre que dans le film. En effet dans le roman, Brooks n’est pas aussi gentil garçon qu’il peut l’être dans le téléfilm. Il consomme de la drogue (juste des joints me direz-vous, mais tout de même …) et un autre objectif de vie semble lui dicter la voie à suivre (outre l’entrée à Yale) : s’envoyer en l’air. Et ce avec Miss Shelby, personnage qui m’a semblait un tantinet moins grande bourgeoise dans la version télé.

Pour sa version télé, Netflix a également choisi de couper de très grosses partie de l’histoire en pratiquant des raccourcis, notamment en modifiant l’identité de certains personnages. Je m’explique, dans la version papier Brooks débute son activité de cavalier remplaçant auprès d’une jeune fille prénommée Dana, cette dernière n’existe pas et est remplacé par une certaine Celia, qui elle existe également dans le roman. Vous me suivez j’espère.

Ce livre et son adaptation ont un sujet intéressant, même s’il est traité avec nonchalance : l’accès particulièrement compliqué, voir impossible, aux universités américaines. Dans le roman, l’auteur nous dévoile qu’il faut plusieurs dizaines de milliers d’euros pour pouvoir accéder à la première année de l’une des universités composant l’Ivy League.

« _ Voyages à l’étranger ? Parents fortunés ? Triomphes sur l’adversité ?
_ Non, que des défaites, j’avoue d’une voix lugubre. »

Au détour des quelques 250 pages du roman, Brooks va être confronté à de multiples péripéties qui parfois m’ont amusé, parfois un peu agacé car elles étaient trop exagérées à mon goût. Malgré ça, j’ai passé un bon moment en compagnie des personnages imaginés par Steeve Bloom. Brooks, un personnage sympathique, plein (de bonnes) idées, pratiquement jamais en manque de ressources … surtout quand il s’agit d’inventer des plans foireux.

Je m’appelle Rattigan. Brooks Rattigan. Élève brillant et travailleur. Gros con devant l’Éternel. J’ai été tout cela. A partir de maintenant, je forme le vœu de n’être plus que moi-même. C’est assez dur comme ça.

Par contre, je n’ai pas aimé la fin du roman, que j’ai trouvé trop grandiloquente.

En somme, je pense pouvoir vous dire que j’ai préféré la version téléfilm, les réalisateurs ont su couper là où fallait pour éviter certaines longueurs (et Brooks y est interprété par l’adorable Noah Centineo, ce qui ne gâche rien (qu’on a aussi pu voir dans l’adaptation de A tous les garçons que j’ai aimé de Jenny Han, également disponible sur Netflix).

signature

Cinéma

Cinéma d’hier : Psychose – Alfred Hitchcock

Lors de mon précédent article sur le cinéma d’hier, je vous avais parlé des films Le Sucre et Buffet froid, dont vous pouvez retrouver les chroniques en suivant les liens. Cette fois-ci, j’ai fais le choix de vous parler d’un film plus connu du grand public avec le magistral Psychose, du non moins magistral Alfred Hitchcock.

Résultat de recherche d'images pour "psychose hitchcock affiche"

Je suis loin d’être une experte en cinéma et encore moins dans la carrière de ce grand homme. Pour ma part, j’ai seulement pu voir un autre de ses film, à savoir Les oiseaux (réalisé en 1963) et un de ses courts-métrages que l’on retrouve dans la collection Alfred Hitchcock présente : Pan ! vous être mort (Bang ! You’re dead, réalisé quant à lui en 1961), que j’ai pu voir lors d’un cours d’anglais au lycée (soit il y a quelques longues années !)

Mais revenons-en à Psychose, avec mon compagnon, nous étions curieux de découvrir ce film culte avant de nous lancer dans la série Bates Motel (qu’on dévore depuis une semaine), c’est désormais chose faite et je propose maintenant de vous livrer l’avis de la néophyte que je suis sur cet excellent film, dont voici le résumé : 

Marion Crane en a assez de ne pouvoir mener sa vie comme elle l’entend. Son travail ne la passionne plus, son amant ne peut l’épouser car il doit verser une énorme pension alimentaire le laissant sans le sou… Mais un beau jour, son patron lui demande de déposer 40 000 dollars à la banque. La tentation est trop grande, et Marion s’enfuit avec l’argent.
Très vite la panique commence à se faire sentir. Partagée entre l’angoisse de se faire prendre et l’excitation de mener une nouvelle vie, Marion roule vers une destination qu’elle n’atteindra jamais. La pluie est battante, la jeune femme s’arrête près d’un motel, tenu par un sympathique gérant nommé Norman Bates, mais qui doit supporter le caractère possessif de sa mère.
Après un copieux repas avec Norman, Marion prend toutes ses précautions afin de dissimuler l’argent. Pour se délasser de cette journée, elle prend une douche…

De Psychose je ne connaissais que la fameuse scène de la douche et rien d’autre, je ne savais rien de l’histoire qui va conduire la jeune Marion Crane à sa terrible mort.
Elle a pourtant une vie complexe et pas forcément très enviable, que le réalisateur parvient à nous transmettre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. En effet, alors que seules quelques minutes se sont écoulées ont a déjà en main différents éléments de sa vie, qui vont la conduire à prendre la route et à s’arrêter dans le motel qui la verra s’éteindre.

Ce film est réalisé d’un main de maître et son scénario (qui diffère du livre dont il s’est inspiré, Psycho de Robert Bloch) m’a plusieurs fois mit le doute. A de nombreuses reprises je me suis dis que c’était Marion qui était folle, elle semble imaginer des choses … Et puis ce policier qui l’a prend en chasse c’était inquiétant … surtout que je ne voyais pas le porche d’un hôtel flippant à la ronde. Je me demandais quand est-ce que Bates allait faire son apparition.
Mais dès lors qu’il l’a fait, le film prend un tournant et devient vraiment angoissant.

Je m’attendais également à ce que la scène de la douche clotûre le film, or il n’en ai rien ! Il y a en effet tout une histoire au délà de cet effroyable moment, une histoire qui m’a foutu les chocottes ! Pour ceux qui n’auraient pas vu le film, ne tenant pas à vous le gâcher si un jour vous désirez le voir je vais poursuivre cette chronique en blanc que vous pourrez surligner si l’envie vous prend.

Résultat de recherche d'images pour "psychose hitchcock douche"

Comme je vous le disais précédemment, j’ai sacrément eu les chocottes lors de différents passages. Notamment quand le détective Arbogast se fait assassiner par ce qui semble être la mère de Bates. Cette haute silhouette dans cette robe de chambre à fleurs (me semble t-il) m’a glacé le sang ! Et je pense que mon coeur a raté un bâtement quand, dans la cave, Lila, la soeur de Marion, découvre le véritable cadavre de Mme Bates et que Norman grimé fait sa folle apparition armé d’un couteau ! 

En somme, j’ai été très heureuse (c’est peut être pas le bon terme vu les chocottes que j’ai eu !) de pouvoir enfin regarder cet excellent film, d’autant qu’il nous a poussé à regarder la série Bates Motel, que l’on découvre actuellement avec mon compagnon, et dont je vous parlerai très certainment dans quelques temps.

0620186.jpg

signature