Cinéma

Le Conte de la princesse Kaguya – Isao Takahata

A l’époque de la sortie au cinéma de ce film, je voulais absolument aller le voir, car pour moi rien de tel qu’un écran géant, une salle noire, pour apprécier au mieux un film, mais l’occasion ne s’est pas présentée, j’ai donc remédié à cette situation quand j’ai vu que la bibliothèque que je fréquente (pas celle où je travail, une autre) avait le DVD.

Adapté d’un conte populaire japonais « Le couper de bambou », un des textes fondateurs de la littérature japonaise, Kaguya, « la princesse lumineuse », est découverte dans la tige d’un bambou par des paysans. Elle devient très vite une magnifique jeune femme que les plus grands princes convoitent : ceux-ci vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main.

conte affiche.jpg

Que vous dire de mon visionnage, à part que j’ai été captivé, abasourdi par l’histoire qui se déroulait sous mes yeux !
Tout n’y ai que douceur et délicatesse, c’est un pur bonheur.

J’ai adoré les dessins à l’aquarelle, ça change des dessins numériques et ça apporte une dimension plus calme que ce dont on a l’habitude avec les dessins animés actuels (Ah, c’était mieux avant ! … Pardon, j’ai pas pu résister ^^)

conte paysage.jpg

Côté ambiance, j’ai eu l’impression d’être dans un univers similaire à celui d’Arietty, le petit monde des chapardeurs ou des Souvenirs de Marnie (deux coups de cœur !), je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire, car les scénarios sont totalement différents, mais c’est au niveau du calme et de la douceur que j’ai ressenti des similitudes.

Côté histoire, je dois bien dire que j’ai tout simplement adoré !
Les « caprices » de la princesse me rappelle un peu ceux de Peau d’Âne, quand cette dernière chercher à échapper à l’amour fou de son père.
Et je dois bien avouer que voir ses prétendants échouer lamentablement m’a fait sourire.

conte caprice.jpg

Je vais peut-être arrêter là les digressions concernant ce film, car vous l’aurez aisément compris : je vous recommande bien volontiers ce film, et si jamais vous ne l’avez pas encore vu, je ne peux que vous conseillez d’y remédier !
Et pour ceux qui l’aurait déjà vu, que diriez-vous de le revoir ?

signature

 

Publicités
Cinéma

Derniers visionnages : Pompoko & Mune, le gardien de la Lune

On se retrouve aujourd’hui pour parler de deux dessins animés … que je n’ai pas aimé ! Eh oui, ça arrive des fois.

Ils sont radicalement différents et pourtant aucun des deux ne m’a emballé.
Explications.

Histoire :

Pompoko : Le film commençait plutôt bien, mais c’est d’une longueur infinie, j’ai bien cru que je n’en verrai jamais la fin.

Mune : Alors là c’est pas une question de longueur, c’est tout simplement à la limite de l’incompréhension.

Dessin :

Pompoko : Quand les tanukis sont en mode bipèdes, ça va, ils sont choux, mais quand ils passent sur leurs quatre pattes, ils sont quelconque. On dirait des ratons-laveurs, et croyez-moi Meiko (de Pocahontas) est cent fois plus choupi !

Mune : Là, ça s’améliore, les personnages ont tous une identité qui leur est propre et ils dégagent un certain charisme. De plus ils sont agréables à regarder.

mune perso

mune hercule.jpg

Ces deux là m’ont un peu fais penser à Peur et Panique issus du dessin animé Hercule.

Voix / Narrateur :

Pompoko : J’ai cru que j’allais m’endormir. C’est monotone bon dieu !

Mune : Les doubleurs français sont des acteurs connus, leur voix est donc facilement identifiable.
Concernant le personnage de Sohone, le gardien du soleil, j’ai trouvé qu’Omar Sy faisait trop son … Omar Sy ! J’aurai apprécié plus de finesse !

mune omar sy.jpg

Vous l’aurez compris, je ne vous conseille absolument pas ces deux dessins animés.

A la limite, Pompoko, peut avoir un intérêt d’un point de vue écologique, mais c’est bien tout.

Histoire de ne pas finir sur une note aussi déprimante, je vous annonce d’or et déjà que, la semaine prochaine, je vous parlerai du Conte de la Princesse Kaguya, film d’animation que cette fois-ci j’ai adoré !

Bises et courage à ceux qui, comme moi, attendent l’arrivée définitive du printemps pour pouvoir profiter d’une bonne lecture au soleil !

signature

Cinéma

Mon garçon – Christian Carion

Au moment de sa sortie, j’ai beaucoup entendu parlé de ce film. Et dans mes souvenirs, la critique était unanimement bonne. Je me suis donc lancée dans le visionnage de ce film … cependant je ne dois pas être comme tout le monde.
En effet, j’ai été plutôt déçue.

Passionné par son métier, Julien voyage énormément à l’étranger. Ce manque de présence a fait exploser son couple quelques années auparavant. Lors d’une escale en France, il découvre sur son répondeur un message de son ex femme en larmes : leur petit garçon de sept ans a disparu lors d’un bivouac en montagne avec sa classe. Julien se précipite à sa recherche et rien ne pourra l’arrêter.

mon garçon

Je trouve l’idée de base, la disparition d’un enfant et son père (pourtant très peu présent dans la vie de son fils) qui fait tout pour le retrouver plutôt bonne, mais je n’ai pas réussi à rentrer dans l’ambiance du film.
Et ce malgré la très bonne performance de Guillaume Canet.

J’ai trouvé que l’histoire était, parfois, trop facilitée, trop clichée. Explications.
Le père qui ne s’occupe pas de son fils et qui subitement ne semble vivre que pour lui.
La mère (Mélanie Laurent, actrice que je n’apprécie généralement pas) qui refait sa vie avec un homme qui ne semble pas aimer son enfant.
Cet homme, justement, que j’ai trouvé sans finesse, aucune.
Le flic qui n’a aucun sentiment.
Le fait que le père tombe presque trop facilement sur l’endroit où son fils est retenu …
Bref trop de facilités à mon goût.
Et pas assez de suspense.

mon garçon 2

Vous l’aurez compris, je n’ai que très moyennement apprécié mon visionnage, ce qui ne m’empêche pas de vous le conseiller si vous voulez vous faire votre propre opinion le concernant.

signature

Cinéma

Derniers visionnages : Astérix et le secret de la potion magique & Casse noisette et les quatre royaumes

Heure : 01h00

Lieu : dans mon lit

Pensée du moment : ça fait longtemps que j’ai rien publié de cinématographique ! Honte à moi, il est grand temps de remédier à cette situation ! Torti, fais chauffer tes tentacules, c’est parti !

Récemment j’ai été voir deux films, Astérix et le secret de la potion magique et Casse noisette et les quatre royaumes, il y a plein d’autres films que je veux voir, au moins un dizaine, mais c’est déjà un début ! Si vous n’êtes pas encore couchés (ou si vous êtes déjà levés) je vous invite à découvrir ce que j’ai pensé de ces récents visionnages.

Commençons par le dernier opus des irréductibles gaulois …

Il y a quelques mois de ça j’ai vu la première bande annonce de ce film (un peu comme tout le monde) et depuis je l’attendais avec impatience (un peu comme tout le monde).

Résultat de recherche d'images pour

J’ai trouvé ce nouvel opus plutôt réussi, même s’il n’est pas tout à fait à la hauteur des vieux dessins animés qui passent et repassent tous les noëls à la télévision (personnellement j’ai un faible pour le gros chat dans Astérix et Cléopâtre 😹). Je ne suis pas une fan des bandes dessinées, loin de là même, ce qui n’a rien d’étonnant si vous connaissez mon inimitié pour les BD … mais je ne rechigne pas à regarder les dessins animés ou les films qui en sont tirés. Et ce fut le cas une fois de plus, peut-être que j’ai été attiré par la présence d’Alexandre Astier, que lui j’apprécie, allez savoir … Ou alors tout est la faute de la présence au casting d… du plus choupinet de tous les sangliers que j’ai jamais vu ! Sérieux je craque ! Je suis une fana des bestioles choupinettes, j’y peux rien 😇

Image1.png

Free hug !

Le scénario est quant à lui plutôt sympathique, je l’ai trouvé plus punchy que le précédent, également signé de la patte commune de Louis Clichy et Alexandre Astier.

Un petit conseil en ce début d’année ?
Si ce n’est pas déjà fait (et surtout si le film est toujours diffusé dans votre cinéma ^^) trouvez quelques minutes de disponibles dans votre emploi du temps et allez vous détendre en compagnie de ces gaulois toujours aussi irréductibles et d’un paquet de pop-corn !

Mais mon début d’année n’a pas seulement rimé pas seulement avec gaulois et sangliers, comme je vous l’ai dis, j’ai aussi eu l’occasion d’aller voir Casse noisette et les quatre royaumes, le dernier film des studios Disney.

J’ai trouvé qu’au niveau visuel il était magnifique, un vrai film de Noël, mais le scénario est malheureusement un peu creux. Je ne connaissais pas l’histoire de base, du coup le rebondissement concernant une certaine fée m’a un peu surprise, mais pas outre mesure, d’autant plus qu’avec sa voix de pimbêche, le rôle de la vilaine lui colle à la peau !

Et puis j’ai été un peu déçu que le scénario fasse l’impasse sur la vie personnelle de Clara, on ne sait même pas ce qui est exactement arrivé à sa mère, alors qu’en théorie c’est un personnage clé des Quatre royaumes !

M’enfin, c’est tout de même un joli film et je regrette pas d’avoir été le voir.

Cet article est presque terminé, il me reste seulement une petite chose a vous demander … je sais pas pour vous, mais moi j’ai la fâcheuse habitude de toujours adoré la première chanson du générique (allez savoir pourquoi celle la et pas une autre !), et cette fois encore je n’ai pas rompu ma petite tradition, puisque j’ai flashé pour la chanson qu’Andrea Bocelli et son fils ont enregistré, intitulée Fall on me.

Cinéma

Get out

 

Il y a quelques temps de ça, un mois ou deux, j’ai emprunté le DVD de Get Out à la bibliothèque. Ça faisait un moment que je voulais voir ce film et jusqu’à présent j’en avais pas encore trouvé le temps. C’est désormais chose faite !

A l’origine, je pensais qu’il s’agissait d’un film d’horreur, eh bien sachez que non.
Tout au plus il est rempli de tension, de moments inquiétants, mais rien d’horrifique. Donc si, comme moi, vous êtes une petite nature, n’ayez crainte, vous pouvez vous lancer.

L’ambiance de ce film est très particulière, elle est pesante, prenante. Je n’ai eu aucun mal à y entrer (pourtant je l’ai regardé en faisant mon repassage* !) Dès le départ, on sent qu’il y a anguille sous roche avec la famille de Rose. Ils sont bizarres ! Ils m’ont paru trop propres sur eux pour êtres des gens honnêtes et … j’avais raison ! Même si je dois bien avouer que je m’attendais pas à ce le « problème » initial vienne de Rose en personne, je pensais que les méchants c’était juste ses parents et son frère, parce que lui il a la tête de l’emploi, un vrai psychopathe !( <– Surligner pour vous faire spoiler la face )

Résultat de recherche d'images pour "get out"

J’ai particulièrement apprécié que le réalisateur nous mette la puce à l’oreille à plusieurs reprises (je vous direz pas lesquelles !), mais quand arrive la fin du film on se dit « mais oui, bien sûr, pourquoi j’ai pas compris plus tôt !! ».

Le seul bémol que je pourrais relever concernant ce film réside dans sa fin, elle est un peu trop ouverte à mon goût, mais c’est qu’un détail et vraiment ça n’a pas gâcher le plaisir que j’ai eu à visionner ce film.

En tout cas, je vous recommande aisément Get Out, c’est, pour moi, un film qui vaut le coup d’être vu.

Signature

 

 

 

*Ceci est une technique qui me vient de mon ADN de poulpe : je peux faire plusieurs choses en même temps et le tout de manière optimal (logique avec huit bras me direz-vous !). Cette technique me permet de regarder des films qui font peur sans a avoir à me cacher derrière un oreiller !

Cinéma

Seven sisters

2073.
La Terre est surpeuplée.
Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman.
Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…

 

ss

Ce film d’anticipation de Tommy Wirkola, avec notamment Noomi Rapace, Glenn Close ou encore Willem Dafoe, nous plonge dès les premières minutes dans une ambiance glaçante.
Pile le genre de film que j’aime voir quand le temps est gris, froid et pluvieux …

J’ai beaucoup aimé l’histoire, c’est d’ailleurs grâce à son résumé glaçant que j’ai eu la, bonne, idée de réserver ce DVD à la bibliothèque.
Et surtout, surtout, j’ai adoré la performance de Noomi Rapace. Même si j’ai parfois eu du mal à déterminer qui était qui, elle arrive à jouer sept sœurs à la personnalité bien distincte et ça c’est un coup de maître.

Image2Image1

J’ai également apprécié la mise en scène de ce film, en effet, on comprend aisément qu’on est dans le futur, sans toutefois que l’univers soit trop futuriste. Et cette ambivalence constante permet au spectateur, du moins c’est mon avis, de croire que l’histoire qui défile sous ses yeux peut être réelle …

Le seul point négatif que je retiendrai de ce film réside dans sa fin. Je la trouve un peu convenue. Et dès l’instant où Lundi refait son apparition, j’ai compris qu’elle cachait quelque chose …

Ce qui suit contient des spoilers, donc si vous voulez préserver le suspense, filez directement au prochain texte noir !

Il y un autre point négatif qui m’a un peu chagriné lors de mon visionnage. A savoir au moment où Nicolette Cayman [Glenn Close] se fait trahir par les images de vidéo surveillance, elle agit directement en coupable. Pour ma part, j’aurai préféré qu’elle se comporte plus en garce (pardon), qu’elle joue la comédie de l’ignorance. J’aurai trouvé ça encore plus cruel. Et donc plus approprié.

De même, quand le film se termine, on voit que les règles qui régissaient le monde sont assouplies et, pour ma part, j’ai trouvé ça trop délicat, presque en opposition avec la froideur du reste.

Concrètement, j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un bon film, qui mérite d’être vu.
Même si je regrette que la politique cruelle, mais nécessaire, du début ne soit pas maintenue jusqu’à la fin.

Tortellini  🐙

Cinéma·Mangas

Hirune hime, rêves éveillés

Morikawa vit avec son père à Okayama. Depuis peu, elle fait une série de rêves étranges. Quand soudain, son père est arrêté par la police. Avec l’aide de son ami Morio, Morikawa est déterminée à libérer son père, ainsi que de démêler le mystère de ses rêves.

DqRkEbnWoAA_Ly1.jpg large

Je sais pas vous, mais personnellement, je n’avais pas entendu parler de ce film, donc je suis vraiment contente de l’avoir trouvé dans les rayons de ma bibliothèque. C’est un très bon film d’animation, et je remercie les bibliothécaires qui me l’ont fait découvrir.

Sur la jaquette du DVD, ils disent que ça rappelle « la délicatesse de Mamoru Hosoda » (un génie le bonhomme, vraiment !), et c’est plutôt vrai.

L’histoire nous plonge dans un univers original, à la fois fantastique et réel, sur fond de nouvelles technologies et d’automatisation des machines. C’est un petit bonheur que j’ai savouré tranquillement sur ma pause déjeuné au travail (après m’être battue avec l’ordinateur qui refusait de lire le DVD … mais dans quel monde je vis franchement ?!)

J’ai beaucoup aimé le dessin, qui est d’une très bonne qualité. Ainsi que le personnage de Joy, la peluche de Kokoné, quand on bascule dans le monde onirique, elle est vraiment trop adorable, un vrai petit pirate !

J’aime aussi beaucoup ce mélange entre le réel et le monde des rêves où Kokoné se plonge comme par magie, même si je dois reconnaître que parfois j’étais un peu perdue, heureusement que les personnages sont facilement reconnaissables lorsque l’on se trouve dans le monde des songes, où ils arborent des tenues plus fantaisistes.

Mon côté romantique regrette, peut-être un peu l’absence d’un rapprochement entre notre protagoniste principale et Morio, son ami d’enfance et acolyte durant toute l’aventure, mais bon c’est qu’un très léger détail.

Je ne peux que vous conseiller cet anime, où on profite de près de deux heures d’action. Et surtout prenez le temps de regarder le générique et d’apprécier sa douce mélodie, où on découvre enfin l’histoire des parents de Kokoné, un des grands mystères de cet anime.

Cinéma

Petits coups montés

Image associée

Ce week-end avec mon chéri, on a regardé l’un des téléfilms produit par Netflix [Tou doum], « petits coups montés », avec notamment Lucy Liu.
Cette histoire rafraîchissante, sympathique à regarder pendant ce bel été (automne ?) indien, met en scène deux assistants surmenés et obligés de passer leurs vies au boulot pour satisfaire le moindre caprice de leur boss respectifs. Ils vont alors décider, lors d’une soirée cornichon mémorable, de jouer à Cyrano … et de les mettre ensemble ! Histoire de se ménager un peu de temps libre sur les rendez-vous qu’ils vont leur concocter …

Même si l’histoire est un peu convenue, elle nous a bien fait rire.

Pour ma part, j’ai adore la prestation de Zoey Deutch, elle est trop choupinette !
Je suis la seule a trouvé qu’elle ressemble comme deux gouttes d’eau à Helen Page ?
Par contre, mon chéri, lui n’a pas du tout apprécié l’acteur qui incarne Charlie [Glen Powell], le pauvre a prit cher pendant tout le téléfilm (bon c’est vrai qu’avec cette coiffure, ça lui fait une tête de flan) !

Une petite bande annonce ? C’est par ici !

Bref, si vous avez un moment de libre et un pot de glace (de préférence la cookie dough de Ben & Jerry’s) qui traîne, n’hésitez pas et lancez-vous !

Tortellini  🐙

Cinéma

Ant-man et la Guêpe

Ant man 2

On se retrouve aujourd’hui pour parler du dernier film des studios Marvel. Comme le premier opus, le second est un petit bijou regorgeant de cet humour si caractéristique de ce studio. En effet, presque toutes les scènes sont amenées de manière humoristique, ce qui n’empêche pas le film de traiter de sujets sérieux. Comme la disparition de la mère de Hope van Dyne [Evangeline Lilly] dans l’univers subatomique ou encore d’erreur médicale due à des projets scientifiques foireux !

Ce second opus se déroule trois ans après les événements de Civil War, où Scott Lang prend le parti de « Cap » (comme il aime l’appeler !) … et finit en taule !
On retrouve donc Scott assigner à résidence et sans nouvelle d’Hope ni d’Hank Pyme, qui sont en fuite, le gouvernement considérant qu’ils sont impliqués dans la rébellion de Captain America (bah oui Ant-Man a utilisé leur technologie, donc c’est eux les méchants … mais si c’est logique ! Non c’est pas logique ? Bref vive le gouvernement américain !). Mais bon, vous vous en doutez, si le titre du film c’est « Ant-man et la Guêpe », Miss van Dyne va vite refaire son apparition !

Cette belle équipe de bras cassés est complétée par le retour de Luis [Michael Peña], le bon copain de Scott qui a conservé (pour notre plus grand bonheur) sa propension à parler sans réfléchir.

Ant man 2 MP
Et par l’arrivée de Laurence Fishburne, un acteur dont j’adore la VF.

Ant man 2 LF
(Mais si vous savez, le gars de Matrix ou des Experts)

Tout deux, ainsi qu’une multitude de fourmis (mention spéciale pour « Four micro-onde » ou encore la joueuse de batterie) vont aider (ou pas) notre héros dans cette nouvelle aventure infinitésimalement sympathique !

Ant-Man et la Guêpe, le seul film où tu peux te faire attaquer par un Pez géant …

 

Je ne tiens pas à vous en dire plus, histoire de ne pas vous gâcher la découverte du film, mais sachez que ce dernier bébé de la Maison des Idées vaut vraiment le détour … et ce jusqu’à la fin du générique, où la scène post-générique habituelle permet d’encrer le film dans Infinity War.

Tortellini  🐙

 

Cinéma

Mamma Mia : Here we go again

Mamma mia 2

10 ans.
10 ans, que mes sœurs et moi on regardaient régulièrement le premier film en chantant à tue-tête et en reprenant en chœur les chansons d’ABBA à la sauce Meryl Streep, Coline Firth et autres …
Quel plaisir j’ai donc eu l’année dernière en découvrant que le film allait avoir une suite et que le casting du départ reprenait du service !
Oui mais ça, c’est la théorie ! Eh oui, si vous vous attendiez à retrouver Meryl Streep, vous risquez d’êtres déçus, comme je l’ai était ! Fort heureusement les scénaristes ont brodé une belle histoire qui arriverait presque à nous faire oublier son absence. Et puis j’aimerai décerné une mention spéciale pour les efforts qui ont été fait dans la réalisation  : les scènes passées / présentes s’enchaînent à merveille, c’est un petit bonheur.

Pour ma part, j’ai également beaucoup aimé les petits nouveaux.
Leurs visages vous disent quelques chose ? Normal, vous avez sûrement déjà aperçu la jeune Donna [Lily James] dans la peau de « cousine Rose » dans Dontown Abbey.
Je les trouve tous très bien choisi pour incarner les personnages phares dans leur folle jeunesse. Principalement Tanya [Jessica Keenan Wynn], dont le fameux carré déjà présent 30 ans auparavant m’a bien fait rire !

Mamma mia 2 2

La mise en scène des chansons est toujours aussi bien construite, seul petit bémol (pour moi qui ne suis pas une fan inconditionnée d’ABBA), elles sont moins connues que celles du premier opus, et certaines reviennent alors qu’on les connaissaient déjà … avec une traduction différente !

Mais dans l’ensemble, il s’agit, pour moi, d’une bonne comédie musicale que je recommande volontiers si vous voulez passer une entrainante soirée entre ami(e)s.

P.S.: Je suis tout de même déçue de ne pas avoir vu les fesses du jeune Bill Anderson !
Oh ! Je vous entend d’ici ! Non ceci n’est pas une réflexion perverse, mais purement scientifique … j’aurai aimé savoir à quel âge il s’est fait tatoué ?
Vous voyez que c’était un point essentiel 😉

Tortellini 🐙