Mangas

Beyond the clouds (tome 1) – Nicke

Bonjour à tous, aujourd’hui on se retrouve pour un nouvel article « Lire en couleurs« , consacré au manga Beyond the clouds, de Nicke et édité par Ki-Oon (une maison d’édition que j’apprécie tout particulièrement depuis un petit moment). Ce titre correspond à la consigne « la couverture doit être jaune ».

J’ai découvert ce tire un peu par hasard en faisant mes courses, j’ai été attiré par sa couverture que je trouve tout simplement magnifique !

Résultat de recherche d'images pour "beyond the clouds 1"

Mais au delà de sa couverture, ce manga est un petit bijou. Je pense que j’ai tout aimé dans ce premier tome.

Tout d’abord le dessin, il s’en dégage de la douceur, du bonheur et de la bonne humeur (oui tout ça ^^), je fond complétement. Certains pourront dire que le dessin fait trop enfantin, mais je pense que c’est ce qui apporte en grande partie la magie que l’on découvre à chaque page.

Je craque aussi pour les personnages, chacun d’entre eux semble incarner la pureté et la gentillesse, ça faisait longtemps que je n’avais pas « rencontrer » des êtres aussi agréables à côtoyer. Théo et Mia, qui semblent êtres nos personnages principaux sont adorables, mais les personnages secondaires sont tout aussi agréables.

Et chacun d’entre eux amène un petit plus à l’histoire enchantée qui se déroule sous nos yeux. A chaque page, j’ai été émerveillée ! D’autant que je sens arriver les prémices d’une série à tendance steampunk, ce qui vous le savez maintenant, va me combler de bonheur !

Je n’ai pour l’instant que lu le premier tome, mais je sais déjà que cette série fera partie de mes coups de cœur de l’année ! Après cette lecture, j’ai tout particulièrement hâte de pouvoir en découvrir la suite !

Je reviens très vite vers vous pour vous parler du second tome qui, pour l’instant, attend bien sagement que je vienne le croquer avec délice.
Bises !

signature

 

 

 

 

Et vous, qu’avez-vous pensez de cette petite douceur ?

Publicités
Mangas

Darwin’s game (tome 14) – FLIPFLOPs

Darwin's game 14.jpg

Avec ce tome, la série frôle la quinzaine de numéros et pourtant elle est toujours aussi palpitante !
Dans un premier temps, on pourrait penser que l’histoire suit tranquillement son cours et qu’il ne va rien se passer de mirobolant et pourtant …

Dans ce tome,Kaname, remet pour la première fois les pieds dans son ancien lycée, ça peut paraître banal comme élément, mais j’ai trouvé que cela ancré le récit dans le vrai. Car après tout, il se déroule dans un monde existant, notre monde et pas dans un dystopie quelconque.
Le passage dans le lycée permet aussi de ré-introduire un ancien personnage Inukai, qu’on avait laissé de côté jusqu’à présent et d’introduire de nouveaux personnages toujours plus cruels … le début d’un nouvel arc ?

Ce tome, c’est aussi l’occasion d’avancer sur le sort qui va être réservé aux habitants de l’île Japon que Kaname a ramené de l’un des challenge du DG, le Hunting Game, ces derniers vont êtres parqués dans un village coupé de toute technologie afin d’êtres protégés, du moins c’est ce qu’ils pensaient … c’est sur ce que ce termine le tome et laissez-moi vous dire que j’ai crié de dépit, c’est infernal d’être confrontée à un tel suspense et de ne pas avoir la suite à portée de main !

Une fois de plus, j’ai hâte de me procurer la suite et d’avoir, peut-être, des réponses à toutes les questions  que je me pose concernant les tenants et les aboutissants du Darwin’s Game …

signature

 

 

Mangas

Beastars (tome 2) -Paru Itagaki

Beastars 2.jpg
Merci à Calamity-Cat pour le prêt de sa licorne qui s’accorde à merveille avec ce second tome !

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien ! Pour ma part, vous le savez si vous me suivez sur Tweeter, ça y est le déménagement est terminé ! Adieu les cartons ! Je profite donc de quelques minutes d’accalmie pour vous parler du second tome de la série phénomène Beastars !

Si au début du premier tome je les trouvait presque moches, je commence à bien m’habituer aux traits de Paru Itagaki, et là je me dis qu’il a un style bien spécifique qui donne un certain cachet a son histoire. Comme quoi, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis 😉

Au fil des pages on apprend à connaître un peu mieux chacun des élèves de cette école si particulière.
On retrouve Louis, qui en couverture de ce second tome se mari particulièrement bien avec la licorne en peluche de Calamity-Cat, encore plus sous pression à cause de la représentation théâtrale imminente, il fait les frais de sa blessure, ce qui nous laisse entrapercevoir un côté encore moins glorieux de sa personnalité … ne pense-t-il réellement qu’à lui même ?

On fait également la connaissance de Bill, un tigre au dents longues (métaphoriquement) et également membre du club de théâtre. Lui, je vous jure que si Legoshi ne s’en était pas occupé, je lui aurait collé mon poing dans la bouille, ouuuhhhh qu’il est désagréable !

Fort heureusement cette présence désagréable est compensée par l’approfondissement consacré à Haru, la lapine blanche du premier tome, qui a fait les frais de la personnalité enfouie de Legoshi … et qui, pourtant, semble faire naître en ce grand dadais maladroit, un sentiment de bonheur. Affaire à suivre !

En somme si j’ai apprécié de découvrir un peu plus certains des élèves, j’ai trouvé ce tome légèrement en dessous du précédent. Je trouve qu’il s’y passe moins de chose, que la tension est moins présente. Du moins dans la première moitié, car dans la seconde partie, le malaise entre les personnages fait son retour. On se remémore le meurtre sanglant du début et on remet à douter de chacun …

Hâte de me procurer la suite de cette série que je trouve très prometteuse, d’autant que j’ai lu un avis plus que positif sur le troisième tome écrit par cette blogueuse et dont j’apprécie généralement les avis qui sont toujours d’une grande qualité.

A très vite pour de nouvelles aventures bestiales !

signature

 

 

Lire en couleurs 🎨·Mangas

Beastars (tome 1) – Paru Itagaki

Bonjour à tous, on se retrouve en cette belle journée ensoleillée pour un nouvel article en lien avec le challenge Lire en couleurs. Cette fois-ci il aura pour thème le manga que j’ai choisi pour répondre à la consigne « le titre doit comporter le nom d’un animal », il s’agit de Beastars de Paru Itagaki.
Oui je sais, il n’y a pas à proprement parler le nom d’un animal dans le titre, mais j’ai demandé à la créatrice du challenge du blog Une vie, des livres, et elle a accepté ma demande. Une fois de plus, merci à toi !

Beastars 1.jpg

 

Beaucoup d’entre vous doivent déjà connaître le pitch de la série, car elle a été décortiqué sur le web au moment de sa sortie, mais pour ceux qui y auraient échappé voici un petit résumé du premier tome :

À l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détail. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés en fonction des régimes alimentaires. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes… mais la culture ne peut étouffer tous les instincts. Quand le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface !

Legoshi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vues en sa compagnie, et surtout… parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour réprimer ses instincts. Hélas, ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui souffle sur le pensionnat…

Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, le leader de l’école. Pour l’heure, les candidats se préparent, les élections approchent… Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre auquel appartient Legoshi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être serait-il mieux avisé de ne pas le sous-estimer !

Allégorie frappante de notre société, Beastars renverse toutes les conventions ! Quand l’herbivore fait preuve d’une ambition carnassière, le loup devient le paria… Au cœur de jeux de pouvoir impitoyables, jusqu’où peut-on refouler sa vraie nature ?

cover-lire-en-couleurs.png

Cette série, de part son résumé et les critiques positives que j’en avais lu me tentait énormément. Je trouvais l’idée d’une société animale régie par des codes moraux bien humains forte originale. Et au vu de ma lecture du premier tome, je peux vous dire que cette série atteint déjà un haut niveau de satisfaction. Et ceux pour trois points essentiels.

Une histoire originale

J’aime le principe de cette série (ce monde ?) qui réuni des animaux rangés en deux catégories : les herbis et les carnis (les dénominations auraient pu êtres un tantinet plus originales …) qui vivent dans une cohabitation plus ou moins réussie. Du moins c’était le cas jusqu’à présent …

L’auteur nous dévoile juste ce qu’il faut d’éléments pour que l’on comprenne le fonctionnement de l’école, sans toutefois nous saouler avec des explications futiles.

J’aime le monde qu’il étale sous nos yeux  et j’apprécie les personnages qu’il y fait évoluer.

Des personnages forts

A commencer par le personnage principal, Legoshi, un loup gris au caractère bien particulier. Il semble être constamment dans la retenue, comme si sa condition de carnivore le miner. Malgré son amitié avec ses compagnons de chambré, il semble ne pas être à l’aise en société, étonnant de la part d’un animal qui vit d’habitude en meute … D’autant qu »il semble cacher une seconde personnalité tout au fond de lui, comme un instinct sauvage trop longtemps réprimé … Ce qui n’a pas échappé à un second personnage que je voulais mettre en lumière ici. Louis, élève de terminal et acteur principal du club de théâtre. Ce type (on peut dira ça d’un cerf ?!) ne m’inspire pas confiance. Je le trouve hautain et pourtant il semble apprécier de ses congénères, ce qui me pousse à me méfier, car je suis sûre qu’il joue un double jeu.

Un mystère bien intrigant

Vous l’aurez compris, entre la personnalité tourmentée de Legoshi et le comportement douteux de Louis il n’en fallait pas plus pour me mettre l’eau à la bouche et me donner envie de poursuivre cette série.
Et ça tombe bien, le tome deux m’attend sagement à la maison.

En somme Beastars est une série innovante et intrigante que je vous recommande bien volontiers.

Un seul petit bémol à regretter, la qualité des dessins, si certaines planches sont magnifiques et frappantes de réalisme, la plupart me font l’effet d’un brouillon.

 

signature

Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

C’est mardi, que lisez-vous ? #8

CARTONS ! CARTONS ! CARTONS ! 

Ce déménagement va avoir ma peau ! 

illustration mardi que lisez-vous
Poulpe trop choupinou 🐙

 

Même principe que d’habitude, : chaque lundi mardi, je répondrai à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

 

Ce que j’ai lu cette semaine :

Cette semaine a aussi été chargée à cause du déménagement qui approche à grands pas, mais j’ai eu plus de moments de lectures, par conséquent j’ai pu finir deux des romans que j’avais commencé !

 

Je suis en train de lire :

Par contre, je suis toujours en train de lire le second tome de la saga napolitaine d’Elena Ferrante, l’ennui est malheuresement toujours au rendez-vous, mais comme il faut que je le rende bientôt à la bibliothèque j’avance doucement mais sûrement.

Comme la semaine dernière, je poursuis mon écoute de la Cinquième femme d’Henning Mankell. Le roman commence à prendre de la vitesse et j’aime de plus en plus la plume de l’auteur.

Beastars-1-kioon

Je commence enfin le premier tome de cette série que j’ai emprunté à la bibliothèque il y a un bout de temps (d’ailleurs je dois être en retard ^^), elle sera l’objet d’un article très prochainement dans le cadre de Lire en couleurs.

Résultat de recherche d'images pour "speed game livre"

J’ai aussi débuté une nouvelle lecture (oui je sais, je ferai mieux de finir celles que j’ai en cours, mais j’arrive pas à être raisonnable en ce moment !), il s’agit d’un titre que j’ai obtenu grâce à Netgalley, j’en suis à un peu plus de la moitié et pour l’instant je l’apprécie énormémnt.

 

Ce que je lirai ensuite :

Et voilà comme je vous le disais la semaine dernière je n’ai pas eu le temps de lire tout ce que je voulais ! Rah vivement que le déménagement soit fini !

atelier sorciers 3

Oui bon là il va falloir que je sois plus sérieuse, ça fait un moment que je repousse la lecture du tome 3 de L’Atelier des sorciers, ce qui est parfaitement stupide étant donné que j’adore ce manga !

A la semaine prochaine pour un nouveau rendez-vous, en espérant que la semaine à venir soit plus productive que la précédente (oui je sais, j’ai déjà dit ça la semaine dernière, mais on sait jamais si je le repète peut-être que ça peut fonctionner !)

signature

 

 

 

 

 

 

 

Mangas

Erased – Kei Sanbe

J’ai découvert l’existence de cette série de manière tout à fait fortuite, un de mes amis s’est acheté les deux premiers tomes en occasion lors d’un passage dans une librairie parisienne en janvier dernier, alors qu’elle semble être plutôt mythique ! Oups …

P_20190221_221225_1_1.jpg

2006. Aspirant mangaka dont la carrière peine à décoller, Satoru Fujinuma travaille comme livreur de pizzas pour joindre les deux bouts. Effacé et peu enclin à s’ouvrir aux autres, il observe le monde qui l’entoure sans vraiment y prendre part. Pourtant, Satoru possède un don exceptionnel : à chaque fois qu’un incident ou une tragédie se déroule près de lui, il est projeté quelques minutes dans le passé pour empêcher l’inévitable avant qu’il se produise…

Cette anomalie de l’espace-temps lui vaut un séjour à l’hôpital le jour où, pour rattraper le conducteur d’un camion fou, il est percuté par un autre véhicule de plein fouet. Après l’accident, petit à petit, les souvenirs effacés de l’enfance traumatisante de Satoru resurgissent…

Un scénario haletant

Si le résumé ci-dessus ne vous a pas mis l’eau à la bouche, laissez-moi vous dire que cette histoire pourrait être le synonyme de rebondissements !
Alors que Satoru replonge dans son passé, de manière bien innocente au début, sa mère refait irruption dans sa vie et avec elle, de nouveaux éléments de son passé lui reviennent en mémoire, et là c’est le début d’une file d’actions quasiment ininterrompue jusqu’à la fin de la série !

Le scénario est tellement haletant que si j’avais pu j’aurai dévoré la série complète en une seule fois (malheureusement, je dors parfois ^^).

Un suspense digne des plus grands maître du thriller

Je ne vous le cache pas, j’ai adoré ce manga et son intrigue, cette dernière est excessivement bien ficelée.

La tension est présente à chaque instant.
L’angoisse aussi, puisqu’on est au courant des événements qui se sont passés, et qu’on voudrait, au moins autant que Satoru, pourvoir les empêcher.

Jusqu’à la fin du huitième tome, l’auteur nous tient en haleine. Et il conclut en apothéose sur un duel final particulièrement intense, j’ai lu les dernières pages avec la boule au ventre.

Des allers-retours dans le temps cohérents

L’histoire se compose de deux phases : l’enfance de Satoru et sa vie d’adulte. Les deux évoluant en fonction des actions du jeune Satoru.

On passe une grande partie de l’histoire dans le passé de Satoru, ou du moins dans le passé qu’il se créait. Et puis subitement, quand on s’est habitué à être dans le passé du jeune homme, bam ! l’auteur nous renvoi a présent, mais un présent bien différent de celui qu’à laissé Satoru lors de sa première rediffusion …

Des personnages attachants

Satoru, notre personnage principal, est au départ un héros peu charismatique, et presque désagréable, il reste spectateur de sa propre vie et se pose parfois en victime. C’est du moins le cas avant que l’une de ses rediffusions ne l’entraîne dans son enfance et là il endosse réellement le costume de héros, il ose enfin prendre sa vie en mains.
Je l’ai également trouvé touchant, enfant, notamment dans sa relation avec sa mère. J’ai aimé voir son évolution. Plus les tomes défilent et plus il met à profit son expérience d’adulte afin de porter un regard conscient sur cette nouvelle enfance qui lui est offerte.

Airi, la jeune collègue de Satoru, si cette dernière peut au départ semblait naïve, elle cache un précieux soutient pour Satoru. C’est un personnage auquel je me suis tranquillement attaché.

J’aime également beaucoup le caractère de la mère de Satoru, dans le premier tome elle nous semble être une mauvaise mère, mais la vérité en est tout autre ! Elle a un rôle clé dans l’histoire …

Et plus généralement, j’ai apprécié toute la ribambelle d’enfants qui compose ce récit, ils font preuve d’une impressionnante solidarité, c’était touchant.

Un méchant sadique au possible

Mais qui dit personnages intéressants, dit aussi méchant effroyable … honnêtement j’ai eu des frissons durant ma lecture ! A chaque fois qu’on voyait son regard, j’étais glacée !

J’ai apprécié que l’auteur consacre un pan entier à son histoire, c’était très intéressant de comprendre comment cet homme pourtant si doux en apparence pouvait en réalité cacher une véritable monstre !

Une très belle fin, qui laisse sur une note un peu rêveuse

Erased, c’est, pour moi, l’un des mangas qui explique le mieux la nécessité de profiter des moments qui nous sont offerts, au jour le jour et sans vouloir vous spoiler, la fin du manga offre à l’un des personnage une nouvelle chance …

Quelques points négatifs en vrac

Souvent je choisi des mangas où le dessin est doux à la limite du féerique, or ici je ne le trouve pas extraordinaire, il n’est pas moche, simplement quelconque.

Tout à l’heure je vous ai dit que le fin nous laissait sur une note rêveuse, mais il faut que je vous apporte une précision, ce manga comporte en réalité deux fins : la première, qui correspond à la conclusion de l’enquête et que j’ai trouvé un peu bâclée et la seconde dont je vous parlais plus haut.

En conclusion, j’ai vraiment trouvé qu’Erased était une très bonne série, avec un suspens continu et une intrigue haletante, je trépignais dans l’attente de la suite et j’ai dévoré plus de la moitié de la série en une nuit !

 

Je vous le dis, au cas où mes propos n’auraient pas été assez clairs, cette série est une véritable coup de cœur !

signature

 

 

 

 

P.S.: J’ai récemment découvert qu’il existait un dernier tome intitulait Erased-Re, que je vais m’empresser de lire dès que j’aurais cinq minutes de libre !

Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

C’est mardi, que lisez-vous ? #7

Pfiouuuu mais les semaines passent à une vitesse effarante ! 

illustration mardi que lisez-vous
Poulpe trop choupinou 🐙

 

Même principe que d’habitude, : chaque lundi mardi, je répondrai à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j’ai lu cette semaine :

Certains d’entre vous le savent déjà, mais suite à mon nouveau travail, je vais bientôt déménager. Par conséquent j’ai été rès occupée ces derniers temps entre les visites d’appartements, de maisons, les tours et détours dans les magasins d’aménagement … bref, j’ai ouvert différents romans, mais je n’en ai fini aucun. Shame on me.

 

Je suis en train de lire :

Comme je vous le disais j’ai ouvert plusiseurs romans, sans jamais dépasser la moitié du texte !
Voici ceux qui m’ont accompagné cette semaine :

Je suis toujours en train de lire le second tome de la saga napolitaine d’Elena Ferrante, mais je le trouve ennuyeux à souhait, ce qui ne me motive pas à avancer dans ma lecture.

Comme les semaines précédentes, j’ai choisi un nouveau livre-audio pour m’occuper lors de mes 3h de route quotidienne pour faire l’aller-retour entre mon domicile actuel et mon travail, et une fois de plus je me suis tournée vers Henning Mankell. Je le débute à peine, mais il est plus descriptif que le précédent (Une main encombrante) et du coup j’ai plus de mal à me concentrer. Mais comme le résumé m’a beaucoup attiré, je vais bien évidemment lui laisser une chance !

fandom

J’ai aussi commencé à lire Fandom d’Anna Day, dans le cadre de Lire en couleurs, j’aime bien l’histoire, mais pour l’instant j’ai un peu de mal à accrocher avec les personnages, je les trouve « trop » : trop râleurs, trop niais, trop méchants … bref, c’est pas la joie.

Comment-larguer-un-bad-boy

Hier, j’ai une fois de plus oublié mon livre en allant chez le médecin, par conséquent j’ai débuté un nouveau titre sur mon portable, au passage je remercie Netgalley pour cet accès, que je trouve particulièrement distrayant, à voir si la bonne humeur présente perdurera au fil des pages !

 

Ce que je lirai ensuite :

Alors là j’ai pleins d’idées pour la suite, mais bien évidemment je n’aurai certainement pas le temps de les lire !

atelier sorciers 3


A la semaine prochaine pour un nouveau rendez-vous, en espérant que la semaine à venir soit plus productive que la précédente !

signature

 

 

 

 

 

 

 

Mangas

Voyage au centre de la Terre (tomes 1 et 2) – Norihiko Kurazono & Jules Verne

J’ai découvert ce manga au détour des rayons de la bibliothèque où je travaille, je l’avais repéré à l’époque de sa sortie, mais jamais lu, c’est désormais chose faite ! Enfin pour ce qui concerne les deux premiers tomes ^^

J’ai apprécié ma lecture, sans toutefois la considérais comme un coup de coeur. Elle se situe un cran au dessus d’agréable, mais pas plus.

J’ai trouvé les personnages intéressants et bien rendu vis à vis de mes souvenirs du roman originel.

Chacun à sa propre personnalité, et on s’attache facilement à eux. L’équipe est composée de trois personnages :

Axel, neveu du professeur à l’origine de l’expédition, il est, je trouve, un gros râleur à la limite de la tête à claque. Mais c’est le plus humain de l’équipe, il est conscient de ses limites contrairement à son oncle, le Professeur Otto Lidenbrock. Ce dernier est entêté, très souvent expansif voir explosif. Il semble très attaché à Axel (malgré le ton très autoritaire avec lequel il lui parle parfois). Le trio de cette expédition est complété par Hans, leur guide, c’est un homme courageux, travailleur, taciturne et au combien indispensable aux deux autres !

J’ai trouvé que les émotions des personnages sont bien retranscrites. Dans le second tome, j’ai ressenti la claustrophobie d’Axel, alors que ce dernier est enfermé à des kilomètres sous terre et coupé de toute autre vie humaine. 

Les mots de la langue humaine ne peuvent suffire … à qui se hasarde dans les abîmes du globe.

J’ai apprécié les dessins, ils sonts impressionnants, mais sans toutefois êtres mémorables. Je pense qu’il aurait était possible de faire encore plus grandiose en se basant sur le texte de Jules Verne. Les pages en couleurs au dbut de chaque tome sont très agréables, voir même instructives pour celle du second tome. J’ai également eu une préférence pour la couverture du second tome, elle met directement dans l’ambiance : ce coup-ci, leur voyage ne sera pas un long fleuve tranquille …

Globalement j’ai aimé ma lecture, mais je ne m’attendais pas vraiment à pouvoir être déçue sachant que j’aime l’histoire de base. Ellei me passionne depuis toute petite, j’ai toujours eu une préférence pour 20.000 lieues sous les mers, mais Voyage au centre de la Terre arrive en deuxième dans mes préférences parmi les textes de Jules Verne.

Mon seul petit regret résiderai peut-être dans la répétition répétitive de la construction du premier tome : Axel se plaint, son oncle le houspille, Axel se plaint, son oncle le houspille et ainsi de suite.

Les faits, suivant leur habitude, viennent démentir les théories.

En tout cas, une chose est sûre, quand les prochains tomes arriveront à la bibliothèque, je les lirai, j’ai hâte de « découvrir » la suite de leurs aventures !

 

signature

Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

C’est mardi, que lisez-vous ? #6

Nouvelle semaine, nouveau « C’est mardi, que lisez-vous ? » !

illustration mardi que lisez-vous
Poulpe trop choupinou 🐙

 

Même principe que d’habitude, : chaque lundi mardi, je répondrai à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j’ai lu cette semaine :

changer-l-eau-des-fleurs-tea-9782226429537_0

J’ai enfin terminé ce roman commencé il y a un sacré bout de temps. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’hsitoire, mais je ne suis pas déçue de m’être accrochée, car au final, c’est une très belle histoire !

Je suis en train de lire :

Dans le cadre de Lire en couleur #Vert, j’ai décidé de lire le second tome de la saga nappolitaine d’Elena Ferrante, qui fait suite à celui-ci, pour l’instant j’ai lu environ 150 pages, et … il ne m’emballe pas !

J’ai commencé Maudit Cupidon hier tant que j’étais chez le kiné, ça m’a l’air assez loufoque, mais au moins ça a le mérite de me changer les idées en proposant un texte bien moins sombre que celui de Maxime Chattam.

9782367625737-001-T

Après avoir écouté Une main encombrante d’Henning Mankell, je me suis choisi un nouveau livre lu, L’Appel du néant de Maxime Chattam. Actuellement je suis arrivée à un peu plus de la moitié du roman, je le trouve bien, mais il ne me transcende pas comme a pu le faire La Conjuration Primitive il y a quelques années.

Ce que je lirai ensuite :

Fandom entre également dans ma nouvelle sélection pour Lire en couleurs, je l’ai récupéré samedi dernier à la bibliothèque, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de l’ouvrir.

signature

 

BD·Mangas·Romans

TAG : Les femmes à l’honneur !

Bonjour à toutes et à tous, oui messieurs, je ne vous oubli pas, même en cette journée dédiée à nous les femmes et à nos droits.
Comme beaucoup d’autres blogueuses, j’ai eu envie de nous rendre hommage et j’ai cherché un roman qui se préterai bien à cette journée, mais en fouillant le lecteur de WordPress je suis tombée sur un article de Minimouth, qui a créé un TAG où les femmes sont à l’honneur.
Je me suis permise de le lui emprunter, et voici donc ma version de son
TAG Les femmes à l’honneur ! 

 

La MacGyver : avec une épingle à cheveux et du scotch, elle te sort de tous les mauvais pas

Geneviève Lefoux, dites Vivi dans la saga Le Protectorat de l’Ombrelle de Gail Carriger. Donnez lui de la poudre de perlimpinpin et un parapluie et elle vous fera une arme de destruction massive anti-créature-surnaturelle !

La chef de projet : sans elle, tout s’écroule

Je serais vraiment tentée de répondre comme minimouth, du blog éponyme, à savoir Hermione, mais j’ai envie de vous parler d’Oona Lee, la jeune demoiselle issue de la BD 5 mondes de Mark Siegel. En effet sans elle il n’y aurait aucune cohésion au sein de son petit groupe d’amis, aucune magie et surtout … aucune aventure !

La badass : attitude, look, prestance : la nana en impose et t’aimerais tellement lui ressembler

Ludivine Vanker, des livres non-moins badass de Maxime Chattam (La Conjuration Primitive, La Patience du Diable, L’appel du néant). Cette fille a (presque) tout pour elle : un physique de rêve, des amis en or, un job rempli d’action et surtout elle botte le c** aux pires raclures de la Terre ! Et pour ça, respect Madame.

L’universitaire : la tête dans les bouquins, elle a toujours réponse à tout

Hermione Granger. Oui, je sais, c’est classique, mais je ne pouvais pas ne pas citer cet immense puits de savoir ! A chaque rentrée scolaire je me disais « Punaise, il faut que je fasse comme Hermione, je dois commencer à bachoter le plus tôt possible pour être au point au moment des examens … résultat, hélas, j’étais plus proche de Ron !  »

La rebelle : she won’t take « no » for an answer

Shuka, des mangas Darwin’s game du duo FLIPFLOPs. Sa vision de la vie est plutôt simple : ou tu es d’accord avec elle ou … elle te découpe en morceaux à l’aide de câbles en acier qu’elle contrôle par la pensée … mignonne !

L’aventurière : celle qui a besoin de découvrir le monde

Isabella Bird, est-ce que j’ai vraiment besoin de vous dire pourquoi cette catégorie a été créer pour elle ? ^^

La guerrière : à l’épée ou à main nue, aucun homme ni aucune femme ne lui résistent

Rebecca Kean, de la série éponyme de Cassandra O’Donnell. Cette fille c’est simple, une bombe atomique ferait moins de dégâts à côté d’elle !

La philosophe : souvent de bon conseil, elle arrive toujours à prendre du recul sur la vie

Etonnament, j’ai envie de répondre Violette Toussaint, la protagoniste de Changer l’eau des fleurs, de Valérie Perrin. Malgré toutes les embûches qu’elle a subi, elle est encore debout chaque jour pour son entourrage et leur apporte son sourire et sa précieuse joie de vivre. Un personnage très inspirant.

L’indépendante : elle n’a besoin de personne pour s’en sortir et c’est limite si les autres ne vont pas la ralentir

Sarah Geringën, personnage issu du roman Le Cri de Nicolas Beuglet. Pour moi c’est une héroïne extraordinaire, à la fois invincible et pourtant pleine de doute, ce qui ne l’empêche pas d’avancer droit vers la vérité !

 

signature