Mangas

Les mystères de Taisho – Kei Toume

Bien le bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur un manga assez ancien (ça se voit à leur couverture ^^), édité à l’époque par Akata-Delcourt.

Allez c’est partie pour une petite chronique back in time !

P_20200201_154753_1

A l’époque de sa publication, en 2006 (j’avais 14 ans ^^) ce titre m’avait totalement échappé et je suis donc contente d’avoir farfouillé dans la catalogue de ma bibliothèque pour y découvrir cette pépite !

Mais avant de vous parler en détails de ce titre, je vous laisse avec la traditionnel résumé, un résumé qui m’a donné le courage de braver le dragon qui se trouvait au bureau d’accueil de la médiathèque (vous voyez la caricature de la bibliothécaire dans les films qui dit « chuuut » ? Bah c’était sa jumelle !). Mais bref.

Dans les années 1920, Matsunomiya, détective privé, engage une jeune assistante, Maya, d’une intelligence étonnante pour son âge et fort mystérieuse. Elle se révèle très utile dans les nombreuses enquêtes qu’il doit résoudre.

J’ai beaucoup aimé ce titre, tant de part son histoire, qui rappelle un peu celle des Sherlock Holmes. Que pour son dessin, qui même s’il fait un peu vieillot est charmant, il permet de se glisser avec délicatesse dans l’époque où se déroule le manga.

Les personnages, peu nombreux, sont tous plus sympathiques les uns que les autres. Matsunomiya est un fils de bonne famille qui a préféré la carrière de détective privé à celle d’hériter (si si c’est un métier ^^).
Il est accompagné dans ses enquêtes par la jeune Maya, une adolescente recommandée par l’un de ses ancien professeur, du moins c’est ce que le détective pense, jusqu’à ce qu’il se rende compte que la vérité est tout autre …
Mais au delà de ces deux personnages principaux, d’autres protagonistes gravitent auteur d’eux, notamment des amis de Matsunomiya et un policier un peu boulet mais très amusant de part son flegme presque british, qui rappelle l’inspecteur Lestrade dans les aventures de Sherlock Holmes.

Tous ces personnages se retrouvent dans quatre tomes, publiés durant près de sept ans, oui c’est (très) lent comme rythme de parution et je suis donc bien contente d’avoir tous pu les lire à la suite sans devoir attendre ! Sinon je pense que j’aurai été perdue dans l’histoire et les enquêtes qui sont parfois liées les unes aux autres. Notamment au travers de l’histoire personnelle de Maya, qui a une place centrale dans le déroulé de ce manga. Ce point m’a permis de vraiment accrocher à l’histoire, en effet et vous le savez, je n’aime pas les mangas dont les chapitres ne sont qu’une suite d’épisodes sans lien les uns aux autres (comme dans Shirley récemment).

Je pourrais maintenant vous parler des enquêtes menées par cet étrange duo, vous dire qu’ils partent à la recherche d’œuvres d’art, à la recherche d’un ami disparu dans un village prétendument peuplé de samouraïs disgraciés ou qu’ils croisent un beau fantôme sorti d’une peinture … Mais je n’en ferai rien et je me contenterai de vous dire de lire par vous même ce très bon titre qui vous fera découvrir un manga se déroulant à une période charnière de l’histoire japonaise, entre tradition et modernité.

Mangas

My home hero (tomes 4 à 6) – Naoki Yamakawa & Masashi Asaki

Bonjour à tous, en cet après-midi gris, froid, moche et tellement venteux que les moustaches de Calamy-Cat se frisent, je tenais à vous proposer un petit récapitulatif sur les trois derniers tomes que j’ai lu de la série My Home Hero.

Tome 4

Résultat de recherche d'images pour "my home hero 4"

Un tome haletant dans lequel Tetsuo est dans la me*** ! En effet il se retrouve aux prises avec Kyoichi, un yakuza persuadé qu’il a tué Nobuto et qui est prêt à tout pour le prouver !

J’aime beaucoup l’idée que Tetsuo doive payer pour les actions qu’il a commise, parce qu’après tout il a certes défendu sa fille, mais il a tout de même tué un homme. Découpé cet homme. Fait fondre cet homme. Et pour finir il l’a utilisé comme engrais dans un pot de fleur. Ouais il est quand même tordu le papouné.

Tome 5

Résultat de recherche d'images pour "my home hero 5"

Après les événements survenus dans le tome 4, ce nouveau tome est encore plus centré sur Tetsuo et Kyoichi. Ce dernier cherche à coincer le père de famille et il est sur le point d’y arriver … mais c’était sans compter sur le cerveau tordu de Tetsuo qui imagine une fois de plus un plan machiavélique pour se sortir de la situation dans laquelle il se trouve depuis l’assassinat du petit ami de sa fille.

Bon par moment, j’ai trouvé ça un peu gros. Notamment quand Tetsuo fait intervenir Kaisen, sa femme, et qu’il lui demande de faire des choses un peu impossibles …

Tome 6

P_20200228_161131_1

 

Alors là, c’est le pompon. Moi qui pensais que Tetsuo s’était enfin sorti de toutes les embrouilles dans lesquelles il avait entrainé sa famille … eh bien, j’étais très loin du compte !

En effet ce nouveau tome déclenche un nouvel arc, dans lequel notre père de famille dévoué va être une fois de plus confronté à ses actions passées, mais cette fois-ci oubliait les yakuzas et faites place aux forces de l’ordre en la personne de l’inspecteur Kôji Yasumoto. Ce dernier, qui semble faire parti du passé de Tetsuo (une connaissance de feu son père) est un personnage sur qui il va désormais falloir compter.

La première fois depuis que l’histoire a commencé que *** n’apparaît pas, ça m’a fait tout bizarre !

Une fois de plus Tetsuo nous a prouvé qu’il était près à tout pour protéger ceux qu’il aime !

Mangas

Echoes (tomes 1 et 2) – Kei Sanbe

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous parle d’Echoes, le nouveau titre de Kei Sanbe, l’auteur de la série phare Erased. Une nouvelle série dans laquelle, je trouve, que l’on retrouve à chaque instant son trait de crayon si caractéristique.

Echoes T1 T2 couvertures

Tome 1 :

Senri est l’unique rescapé d’un massacre qui a emporté toute sa famille. À cinq ans, il a été retrouvé seul au milieu des cadavres de ses deux parents assassinés. Kazuto, son jumeau, a quant à lui été kidnappé puis tué. Depuis, le meurtrier reste introuvable …

13 ans plus tard, la colère de Senri ne s’est toujours pas apaisée. Et pour cause : Kazuto et lui étaient plus que des frères. Douleur, peur … les émotions de l’un étaient ressenties par l’autre, parfois accompagnées de visions pendant les pics d’angoisse. Senri a donc vécu le calvaire de son jumeau comme si c’était le sien. Son seul indice pour retrouver l’assassin, des cicatrices sur le bras du coupable, entraperçues à travers les yeux de Kazuto … Alors le jour où il voit par miracle à la télé un homme avec les mêmes stigmates, son sang ne fait qu’un tour : il tient sa vengeance !

Cette nouvelle série me faisait de l’œil depuis sa sortie et ce fut un réel plaisir que de pouvoir enfin la découvrir, d’autant que son premier tome nous plonge directement dans l’ambiance noire qui va certainement nous accompagner tout au long de ce nouveau titre.

Tout comme dans Erased, l’auteur n’hésite pas à avoir recours à des personnages qui peuvent parfois laisser libre cours à leur violence, on découvre notamment Senri, notre personnage principal, en voyou des rues qui n’hésite pas à racketter ses camarades ce qui lui permet de nous montrer scènes de passages à tabac qui ne sont pas jolies à voir !

De nouveau, on se retrouve en compagnie d’un personnage féminin à fort caractère, même si, au vu de certaines planches, je ne doute pas qu’Enan cache tout au fond d’elle de terribles blessures (certainement liées à son passé, dont l’auteur nous a dévoilé quelques moments clés).

Un premier tome palpitant où le suspense tient une place de choix !

Tome 2 :

Senri a retrouvé l’entreprise qu’il avait vue à la télé … Malheureusement, l’assassin de son frère a déjà disparu dans la nature. Tout ce que l’adolescent arrive à obtenir, c’est l’adresse de son domicile. Mais là encore, il fait chou blanc : l’homme à la cicatrice semble avoir simulé un suicide pour échapper à des usuriers ! Le seul indice que le lycéen parvient à récupérer est un porte-carte … dans lequel se trouve une photo de sa mère ! Déstabilisé par cette découverte, il décide de mener l’enquête. Hélas, avant qu’il puisse esquisser le moindre plan, un camarade de classe qu’il avait escroqué quelques jours plus tôt vient prendre sa revanche …

Comme dit dans le résumé, Senri poursuit ses recherches de l’homme à la cicatrice pensant faire chou-blanc, mais c’est sans compter sur son petit trafic qui va se retourner contre lui, l’amenant à glisser un pied dans le monde vraiment pas fréquentable des yakuzas …

Ce second tome est également l’occasion d’en découvrir un peu plus sur les autres personnages qui composent ce récit, en effet l’auteur nous propose ici de comprendre la relation qui lit Senri et son gang de voyous, de même qu’Enan qui se dévoile un peu plus, nous laissant de nouveau apercevoir une jeune femme forte qui fera tout pour s’en sortir et qui j’en suis sûre, sera une alliée de taille pour Senri dans sa course vers la vérité.

A noter que le yakuza présent ici me fait un peu penser à celui présent dans le manga Rikudo et qui prend le jeune boxeur sous son aile.

Et que dire de la fin de ce volume ? Si ce n’est qu’elle ne peut que nous donner envie de découvrir la suite !

En somme, Kei Sanbe signe une nouvelle fois une série à la thématique forte, qui mêle destins brisés et touche de mystère. Une série que je ne peux que vous recommander !

signature

 

Mangas

Beastars (tome 5 & 6) – Paru Itagaki

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur les tomes 5 et 6 de l’époustouflante série Beastars, de Paru Itagaki.

Mais avant de vous laisser lire ce que j’ai écrit, je tenais à m’excuser, je suis malade depuis jeudi et la fatigue se ressent dans les lignes qui vont suivre. Toutes mes excuses.

Image associée

Tome 5

Après un tome quatre, centré sur la préparation du festival de la météorite, on se trouve cette fois-ci confronté à une autre ambiance bien plus noire, plus cruelle. En effet, suite à l’enlèvement d’Haru à la fin du tome précédent, Légoshi, dont les sentiments partent dans tous les sens le perturbe, se lance dans une mission suicidaire pour tenter de sauver la jeune lapine.

Ce tome est également l’occasion de recroiser, Gohin, l’affreux (sérieux, il me fait peur !) panda qui a tenté de psychanalyser Légoshi, il nous montre cette fois-ci une autre facette de lui, celle d’un « homme » qui n’hésite pas à défendre ceux en qui il croit, quitte à se mettre lui même en danger. Même s’il me fait toujours aussi peur, il me remonte un peu dans mon estime.

P_20191212_213638_1

Tome 6

Dans ce nouveau tome, l’auteure s’amuse à mettre, une fois de plus, ce benêt de Legoshi dans une situation des plus gênantes, fort heureusement cela lui permet d’enfin ouvrir son cœur à … 😉

Juno, la jeune louve élève en seconde à l’institut Cherryton, se dévoile ici un peu plus, et si au départ vous la preniez pour une gentille demoiselle (comme moi), laissez moi vous dire qu’elle nous cache une autre facette de sa personnalité que je n’ai pas du tout apprécié !

Et que dire de Louis ?! Je suis restée sur les fesses face au retournement de situation que l’auteure nous balance en pleine bouille !

Je trouve que plus les tomes défilent, et plus les personnages gagnent en intérêt, l’auteure étoffe leur personnalité petit à petit, je trouve ça agréable à suivre, d’autant que cela est fait un brin de suspense qui nous donne envie d’en savoir toujours plus sur eux, sur leur passé, ou leurs envies …

signature

 

Mangas

Le secret de l’amitié – Aiji Yamakawa & Kazune Kawahara

Bien le bonjour à vous tous, aujourd’hui j’avais envie de vous parler d’un manga que j’ai lu il y quelques temps et qui m’a particulièrement plu, même si je l’ai trouvé un peu redondant dans sa construction.

Résultat de recherche d'images pour "Le Secret de l'amitié"

Eiko et Moe sont les meilleures amies du monde, pourtant tout les oppose en apparence. La première est physiquement banale, tandis que la seconde est si belle qu’elle fait tourner la tête de tous les garçons qu’elle croise. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un de ses camarades lui déclare sa flamme… Mais à chaque fois, Moe répond d’une manière étonnante : sortir avec elle, cela signifie aussi qu’il faut être aux petits soins avec Eiko. Aussi, très souvent, les garçons abandonnent… jusqu’à l’arrivée d’un certain Tsuchida. Ce dernier semble faire preuve d’une patience et d’une compréhension rares. Et si la relation des deux amies finissait par changer ?

J’ai mis du temps avant d’ouvrir ce titre, et pour cause mon ancienne meilleure amie était une personne qui pouvait m’apporter autant de bonheur, qu’elle pouvait me bouffer mon énergie et ma joie de vivre … Alors quand j’ai vu le sujet de one-shot, je me suis méfier, méfier et … j’ai finalement fini par le découvrir, pour mon plus grand bonheur !

Ce one-shot est divisé en deux histoires, toutes deux traitant du même thème, l’amitié. Dans la première qui occupe les deux-tiers du manga, on va suivre Eiko et Moe. Dans le dernier tiers, on découvre une nouvelle histoire avec de nouveaux personnages, ce petit extrait m’a semblé prometteur, mais, à mon sens, il n’est pas assez conséquent pour qu’on puisse réellement se faire une idée le concernant. 

Bref je vais maintenant me concentrer sur l’histoire principale de ce manga, comme je vous le disais juste au dessus, elle met en scène Eiko et Moe, deux amies que tout oppose et qui pourtant ne peuvent vivre l’une sans l’autre.
Comme vous avez pu le découvrir dans le résumé, Moe est une jeune fille qui attire tous les regards, mais elle s’en moque éperdument, tout ce qui l’intéresse c’est le bonheur de son amie, Eiko. Du moins, c’est ce qu’elle prétend, et c’est très honorable de sa part. La situation qui en découle est plutôt amusante (Eiko qui doit assister à tous les rendez-vous galant de son amie), mais tout de même un peu dérangeante, franchement qui aurait envie de constamment tenir la chandelle ?!

Vous vous en doutez, ce petit manège, pourtant bien huilé, va rencontrer un grain de sable en la personne de Tsuchida. Ce dernier, qui de prime abord semble parfait (il accepte qu’Eiko soit toujours présente), va se révéler un peu trop mou et gentillet. Il m’a donc vite agacé. Fort heureusement pour moi, les auteures du manga nous on réservé une petite surprise en la personne de Narugami, le meilleur ami de Tsuchida. Ce dernier va prendre Eiko en grippe, pensant qu’elle est la cause du malheur de son meilleur ami (oui, lui aussi il adooore son meilleur pote) … Mais les choses étant bien plus compliquées que cela, il va se retrouver confronter à des sentiments nouveaux … dont je ne vous dirai rien, vous laissant découvrir le fin de cette histoire dans ce bien joli manga que vous pouvez retrouver aux éditions Akata.

Sur ce, je vous laisse et je vous dis à demain pour un petit article dédié à Noël (il va falloir vous y habituer, je suis intenable en période de fêtes, vous voilà prévenu !)

signature

Mangas

The Promised Neverland (tomes 8 à 10 ) Demizu Pozuka

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien et surtout … que vous passez un meilleur moment qu’Emma et ses amis ?

Après la lecture des ces trois tomes j’ai (presque) rattrapé mon retard dans cette série, pour le meilleur et pour le pire !

Je vous épargne le traditionnel résumé, mais sachez que la série est toujours aussi époustouflante et qu’elle ne manque jamais de m’étonner de par ses retournements de situation dans son monde toujours aussi magnifique (quoique dans lequel je ne voudrais pas vivre !)

Allez passons aux choses sérieuses, ci-dessous vous trouverai mon ressenti sur chacun des trois derniers tomes que j’ai lu :

Tome 8 :

A la fin du septième tome, on a laissé Emma et Ray aux prises avec l’inconnu découvert dans le repaire de William Minerva et une affreuse horde de démons sauvages. On les retrouve donc dans un moment toujours aussi fâcheux. Mais doté d’une intelligence hors norme et d’une débrouillardise à toutes épreuves, les deux jeunes orphelins vont s’en tirer … du moins c’est ce que l’on croit ! Car une fois de plus The Promised Neverland tient toutes ses promesses et nous plonge une fois de plus, tête la première, dans un nouveau bourbier où les démons sont rois !

Résultat de recherche d'images pour "The Promised Neverland"

Tome 9 :

Dans ce nouveau tome, concentré sur Emma, la chasse à Goldy Pond se poursuit, avec toujours plus de tension, de suspense et d’inquiétude concernant le sort qui va être réservé à Emma et aux autres orphelins qui l’accompagnent.
Ce tome est également l’occasion d’avoir des nouvelles de Norman (ne surlignez que si vous y êtes prêts, parce que là c’est le méga spoil), ce dernier se trouvant dans une ferme expérimentale d’un nouveau genre et qui, je le sens, va nous réserver de bien vilaines surprises …

Image associée

Tome 10 :

Popopo là c’est du sérieux.
Ce tome c’est baston, baston et re-baston ! Mais au delà de ça, ce tome nous permet de découvrir qu’une fois de plus l’univers créer pour ce manga est très bien travaillé, comme on peut le constater en voyant évoluer les pratiques culinaires des démons au fur à et mesure des siècles (croyez moi ils sont pas prêts de devenir vegan eux !). Au cours de cette lecture, qui fut très rapide tant elle était palpitante, j’ai également apprécié les belles relations humaines qui sont ici misent en scène, notamment quand [BIP] intervient en mode héros badasse pour aider nos orphelins.

Image associée


En somme trois nouveaux tomes, qui une fois de plus, me donnent encore et toujours envie de découvrir la suite des aventures palpitantes de ces jeunes orphelins confrontés à des démons toujours plus assoiffés de chair fraîche …

signature

Lire en couleurs 🎨·Mangas

Le gourmet solitaire – Masayuki Kusumi & Jirô Taniguchi

Bonjour à tous, on se retrouve aujourd’hui pour le premier article consacré à Lire en couleurs ce mois-ci, souvenez-vous, je devais choisir un livre qui correspondrait à cette consigne « un livre recommandé par quelqu’un de votre entourage ou par un libraire, bibliothécaire, … Et après avoir discuté à plusieurs reprises des œuvres de Jirô Taniguchi avec ce blogueur, je me suis laissée tenter, en suivant ses conseils, par un nouveau titre de ce grand mangaka hélas disparu.

Après Le Journal de mon père, je vous fais par ici de mon ressenti suite à ma lecture du Gourmet solitaire.

le-gourmet-solitaire couverture

On ne sait presque rien de lui. Il travaille dans le commerce, mais ce n’est pas un homme pressé ; il aime les femmes, mais préfère vivre seul ; c’est un gastronome, mais il apprécie par-dessus tout la cuisine simple des quartiers populaires… Cet homme, c’est le gourmet solitaire. Chaque histoire l’amène à goûter un plat typiquement japonais, faisant renaître en lui des souvenirs enfouis, émerger des pensées neuves, ou suscitant de furtives rencontres. Imaginé par Masayuki Kusumi, ce personnage hors du commun prend vie sous la plume de Jirô Taniguchi.

La construction de ce manga est d’une simplicité enfantine, il s’agit d’une suite de petits épisodes sans lien les uns avec les autres. On y retrouve seulement le même personnage, un homme qui fait du commerce dans l’import-export et qui … ne pense qu’à manger.

J’étais prévenue, mais je vous avoue qu’une telle passion pour la nourriture ça m’a un peu affolé, en fait il ne mange pas pour vivre, il vit pour manger !

Vous le savez, je ne suis pas trop fan du format épisodes balancés à lui suite sans queue ni tête, mais j’ai tout de même bien apprécié ma lecture. Chaque épisode, même s’il est construit sur le même modèle, a toujours un petit quelque chose de différent de celui qui le précède, et puis le dessin de Jirô Taniguchi étant ce qu’il est (une perle rare), chaque planche est calme, reposante et … très appétissante !

D’autant que ce manga est l’occasion, en suivant le personnage imaginé par Masayuki Kusumi et rendu vivant grâce au dessin de Jirô Taniguchi, de se balader de ville en ville, de quartier typique en quartier typique, de lieu touristique en lieu touristique et c’est avec bonheur et gourmandise que j’ai suivi le cheminement de ce gourmet durant près de vingt chapitres, qui sont, pour nous lecteurs occidentaux, l’occasion de découvrir quelques spécialités typiquement japonaises dont on a jamais entendu parler et qui à chaque description me mettait un peu plus l’eau à la bouche.

cover-lire-en-couleurs.png

Cela m’a rappelé mon séjour au Portugal cet été, à chaque nouveau lieu on m’amenait dans une pâtisserie, dans un restaurant proposant une spécialité locale et moi, grande gourmande que je suis, je me suis laissée porter le long de ces pérégrinations gustative avec plaisir tout comme le héro de ce délicieux manga !

signature

Mangas

My home hero (tomes 1 à 3) – Naoki Yamakawa & Masashi Asaki

Bonjour à tous, je profite de l’article d’aujourd’hui pour vous transmettre mon ressenti, encore tout frais, sur le début de la série My home hero, dont je viens tout juste de finir le troisième tome. J’ai découvert cette série de manière totalement commerciale en étant attirée par le bandeau très alléchant « recommandé par Maxime Chattam ». Je vous laisse avec le traditionnel résumé du début de l’histoire :

Tetsuo est un modeste père de famille qui se passionne pour les romans policiers. Il découvre un jour des traces de coups sur le visage de sa fille qui vient a peine de quitter le foyer familial pour vivre seule. Tetsuo retrouve rapidement le coupable et le suit, sans savoir que cela l’amènera a commettre un crime qui changera pour toujours la destiné de sa famille. Mais pour le bien de sa fille, ce papa fait le choix de la lutte …

Tome 1 :

Une histoire qui démarre presque immédiatement et dans laquelle le suspense est présent en continu. L’essentielle de l’histoire est ici portée par le personnage du père, Tetsuo, qui est prêt à tout pour sauver sa famille (et ses fesses par la même occasion ^^)
A de nombreuses reprises, je me suis inquiétée pour les membres de cette famille, qui n’avait absolument pas demandé à être mêlée aux affaires des yakuzas et que je trouve attachants, surtout Tetsuo et sa femme (plus secondaire), leur fille m’agace un peu car je la trouve trop « petite princesse capricieuse ».
Au détour des pages de ce manga, un autre point m’a particulièrement plus : la relation fusionnelle qui lie les deux époux. Ils semblent près à tout l’un pour l’autre. Comme j’ai pu le constater par la suite …

 

P_20191010_224600.jpg

Tome 2 :

La suite directe du premier tome. Cette fois-ci on retrouve Tetsuo aux mains avec une équipe de Yakuzas de forte méchante humeur (genre les mecs ils peuvent êtres gentils des fois >.< ) car ils ne parviennent pas à remettre la main sur Nobuto, et pour cause … !

Afin d’éviter à sa famille de nouveaux ennuis, ce père de famille dévoué va de nouveau se mettre en danger et va aller jusqu’à s’allier avec l’un des yakuzas, afin de lui aider à retrouver Nobuto (difficile me direz-vous ^^). Si j’ai trouvé Tetsuo très courageux dans ce second tome, j’ai eu l’impression que les choses lui étaient peut-être un peu simplifiées (ya que moi qui trouve ça anormal un yakuza qui s’allie avec son contrat ?)

Tome 3 :

Un fois de plus, ce nouveau tome prend la suite directe de son prédécesseur, par conséquent je suis contente de l’avoir lu dans la foulée, histoire de ne rien oublier !

J’ai trouvé ce troisième tome un peu moins prenant que les deux précédents, cependant j’ai apprécié que l’on découvre le ressenti de la famille de Nobuto. En effet, c’est bien beau de se vivre cette histoire du point de vue de Tetsuo qui n’a fait que défendre sa fille, mais j’ai trouvé ça très intéressant que l’auteur nous mette face à ce qu’éprouve le père du jeune garçon décédé (ainsi qu’à la forte émotion ressentie par son ex-compagne). J’ai trouvé que cela humanisait un peu le récit.

Comme je vous le disais juste au dessus, pour moi ce tome fut un peu moins spectaculaire … du moins au début, car les dernières pages sont de nouveau branchées sur le 220V !

En somme, une série à laquelle j’accroche bien et que je compte poursuivre dès que je le pourrais.

signature

Mangas

Magus of the library (tome 1) – Mitsu Izumi

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous ai préparé un petit article sur un titre magique, sublime qui m’a directement donné envie de découvrir la suite !

P_20190904_163254_1
ALERTE COUP DE COEUR !

“Le livre. Une source de savoir, une accumulation de signes chargés de sens, un précieux héritage qui relie passé et futur. C’est un mage qui me l’a dit un jour : protéger les livres, c’est tout simplement… protéger le monde !”

Pour le jeune Shio, qui passe son temps libre plongé dans les romans, les récits extraordinaires sont un refuge face à la brutalité du quotidien. Son rêve est de partir pour la capitale des livres, où sont rassemblées toutes les connaissances du monde. Un projet utopique pour un gamin sans ressources… jusqu’au jour où des envoyées de la fameuse bibliothèque centrale débarquent dans son village ! Le miracle qu’il appelle de ses vœux depuis si longtemps est-il sur le point de se réaliser ?

Dans ce manga où les dessins sont sublimes, nous suivons un jeune garçon maltraité par ses camarades de classe car ce dernier est différent d’eux : il a des oreilles pointues et semble venir d’une famille de proscrits. Il est élevé seul par sa grande soeur (chez qui je n’ai pas vu de grandes oreilles …), qui fait tout pour que son petit frère puisse avoir accès à une belle vie. Or au fil des pages ont découvre que la vie de Shio, le personnage principal, dont on ne découvre le nom que dans les toutes dernières pages de ce premier tome, est bien loin d’être idylique. Sa différence l’empêche même de fréquenter la bibliothèque de son village. Et c’est de ce point précit que va se développer son histoire.
En effet, à partir de là nous allons faire la connaissance de trois bibliothècaires totalement badasse, venues de la capitale, à le recherche d’un livre bien précit. Livre qui se trouve être en la possession du bibliothécaire qui refuse l’accès de son bâtiment au jeune Shio.
Vous me suivez ?
Oui ?
Non ?
C’est pas grave, je sais que mon résumé est un peu emberlificoté ! Mais le plus important est que vous reteniez que ce manga est une pépite, et ce pour différentes raisons que voici :

  • Des dessins sublimes, qui font un peu penser à ceux de Koaru Mori, l’auteure de Bride Stories
  • Un titre dans la veine du Maître des livres, mais cette fois-ci dans un monde imaginaire, magique, mais qui accorde tout de même la part du roi au métier de bibliothécaire.
  • Des bibliothécaires qui … déchirent ! Ces femmes sont la classe incarnée !
  • Un worldbuilding (merci à l’Apprenti Otaku, chez qui j’ai découvert ce terme) extraordinaire, l’auteure n’a rien oublié : des peuples de différentes races, une culture bien identifiée, une architecture bien travaillée, des animaux énigmatiques …

Le second tome de cette série est sorti au mois de juin, mais je ne l’ai pas encore lu. Pour ceux qui ont cette chance, l’histoire est-elle toujours aussi intéressante ?

signature

 

 

 

 

A tous les bibliothécaires qui ont lu ce titre, vous avez une collègue à l’image de Pipilli dans votre équipe ? Moi j’adorerai !

Mangas

L’île errante (tomes 1 & 2) – Kenji Tsuruta

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose un nouvel article manga, j’ai eu envie de découvrir ce titre suite à ma lecture des Souvenirs d’Emanon, également écrit par Keinji Tsuruta, que j’ai découvert grâce à un libraire adorable du Renard Doré.

L’Île Errante est actuellement composée de deux tomes (série toujours en cours au Japon), dont voici le traditionnel résumé :

Mikura Amelia est une des rares pilotes à s’occuper des livraisons entre les îles éloignées de la préfecture de Tokyo. À bord de son hydravion, elle est un lien précieux entre les villages de pêcheurs et connaît la mer environnante comme sa poche.
Élevée par son grand-père, elle se retrouve seule après sa mort, avec pour unique héritage sa maison et ses affaires personnelles. Mikura y découvre une pile de carnets de notes et un courrier adressé à une Mme Amelia, sur l’île d’Electriciteit. Sauf que cette île n’existe sur aucune carte !
Certains affirment l’avoir vue apparaître tout à coup au milieu de la mer et disparaître aussi vite, comme par enchantement…

Réalité ou illusion ? Peu importe ! Mikura décide de reprendre le flambeau de son grand-père : elle se donne pour mission de retrouver l’île et de livrer le mystérieux courrier coûte que coûte !

l-ile-errante

Cette série éditée par Ki-Oon dans sa collection Latitudes bénéficie d’un grand format très agréable, notamment grâce au magnifique papier épais qui est utilisé. Le tout sans oublié ses couvertures cartonnées aux couleurs pastels nous présentant à chaque fois Mikura.

Cette jeune fille avec qui l’on fait rapidement connaissance a un caractère très libertaire, n’écoutant que la voix de la découverte et vivant d’aventure et d’eau salée. Toujours accompagnée de Endeavour, son fidèle matou (aux yeux un tantinet flippants), elle parcours l’Océan Pacifique afin de livrer le courrier aux insulaires isolés. Et c’est lors d’une de ces expéditions que nous allons la suivre à la poursuite de l’énigmatique Île Electriciteit.

En effet, Mikura, suite au décés de son grand-père, découvre dans ses affaires un paquet destiné à une mystérieuse Mme Amélie sur une encore plus mystérieuse île ne figurant sur aucune carte ! J’ai adoré partir aux côtés de ces deux compagnons dans leur chasse de cette terre inconnue, les magnifiques paysages dessinés par Keiji Tsuruta nous invitant au voyage.

Une fois de plus j’ai été séduite par le style de l’auteur, sa mise en page est épurée. Dans ce titre vous ne trouverez pas d’onomatopées ce qui laisse place à des grandes cases un peu vides et si cela peut parfois me déranger dans un shojo, ici ça contribue à l’aura mystérieuse du titre. D’autant que j’ai trouvé que cela mettait en avant le personnage de Mikura (que l’on croise très régulièrement dans son plus simple appareil). 

l’auteur a fait le choix d’e nous dévoiler rapidement des éléments essentiels du scénario avant de reprendre du recul et nous laisser curieux et impatient pour la suite.

Malheureusement ces deux premiers tomes, servent plus de pré-quel à l’histoire de L’Île Errante qu’autre chose, ce qui est particulièrement problématique quand on sait que Kenji Tsuruta a le même vice que Yoshihiro Togashi, l’auteur de HunterXHunter et qu’il a un rythme de publication très aléatoire. Vous l’aurez donc compris, je suis plutôt frustrée de ne pas avoir la suite à disposition en librairie, mais j’ai tout de même passé un excellent moment de lecture aux côtés de Mikura et de Endeavour.

Et si l’envie de savoir si Mikura parvient à prouver l’existence de cette mystérieuse île vous prend, alors je vous invite à faire comme moi et à partir à ses côtés pour un voyage dès plus mystérieux …

signature