Lire en couleurs 🎨·Romans

Collé(s) – Sophie Laroche

Tout d’abord je tenais à remercier les éditions Hachette et le site Netgalley pour m’avoir permis de lire ce roman dont vous pourrez découvrir le résumé ci-dessous :

Ils sont cinq dans la même galère : collés ensemble de 8 à 17 heures.
Pourtant ils n’ont pourtant rien en commun.
Roxane est l’intello de service ; Ruben, l’ado rebelle ; Gabrielle, la fanfaronne de sa classe ; Arthur, le sportif turbulent ; et Coline, la rêveuse timide.
Qu’est-ce qu’il ont bien pu faire pour en arriver là ?
Et si cette journée qui s’annonce d’un ennui mortel passait finalement trop vite ?

collé(s)
Une couverture sympathique qui m’a attiré l’oeil sur Netgalley.

Je vais être honnête avec vous, quand j’ai débuté la lecture de ce roman, j’avais totalement occulté le fait qu’il allait se dérouller dans un collège, et par conséquent j’ai eu un peu de mal au début à m’habituer aux jeunes personnages (ah que l’adolescence est un âge ingrat !)

Au travers de ce roman nous allons donc suivre cinq jeunes, de la sixième à la quatrième, qui se retrouvent tous collés pour une longue journée suite à différentes entorses au réglément. Je ne sais pas si, dans votre folle jeunesse, vous avez eu le plaisir d’être collé, mais pour ma part lorsque cela m’est arrivé il s’agissait simplement de deux heures de permanence un mercredi après-midi. Or ce n’est pas le cas de nos protagonistes. Ayant commis des infractions graves (du moins au ressenti des adultes les jugeant), ils méritent en théorie une exclusion et ne l’évite de justesse que grâce à l’intervention bénite d’un proviseur adjoint plus que consilliant. C’est ainsi que les jeunes se retrouvent « exclus-inclus » (c’est fou ce que l’éducation nationale peut avoir comme idées de génie !), et qu’ils passent une journée entière au collège. Si la première partie de cette journée se déroule comme une colle « normale », j’entend par là surveillée par un pion (aïe je suis vieille !) et occcupée à faire des exercices donnés par des professeurs, la suite est plus innovante et bien plus agréable à lire.
En effet nos cinq protagonistes sont désormais en compagnie de la COP (conseillière d’orientation-psychologue), cette dernière va proposer tout au long de l’après-midi différentes activités qui vont nous permettre de découvrir ce qui a poussé les jeunes à se comporter de la sorte.

L’histoire est malheureusement un peu convenue, notamment au niveau des jeunes qui-ont-fait-une-bêtise-sans-vraiment-la-faire-surtout-qu’en-fait-c’est-pas-vraiment-une-bêtise … bref, c’est un peu trop « rose » pour moi, même si la seconde partie est légérement plus agréable à lire.

Les personnages qui composent ce récit sont attachants, quoique parfois agaçants ! Je vous jure que j’avais envie d’engueuler dans les règles de l’art Ruben-le-rebel, fumer à 14 piges, non mais quelle idée ou encore Stan, le surveillant qui ne semble décidemment rien comprendre à la psychologie d’autrui ! Quant aux autres ils sont plutôt sympathiques, particulièrement le principal adjoint qui m’a fait l’effet d’un homme sérieux et consciencieux dans son travail auprès des collègiens.

Dans l’ensemble, j’ai bien apprécié cette histoire, mais je ne vais pas vous mentir, je trouve qu’elle s’adresse plus à un public d’adolescents qui aurait besoin de constater que non le monde entier n’est pas cotre eux et qu’il existe des adultes prêts à les soutenir dans leur apprentissage de la vie. Pour ma part, avec mon regard d’adulte, je l’ai trouvé un peu trop caricaturale.

signature

 

 

 

 

P.S. : J’ai totalement oublié de vous repréciser que j’ai lu ce livre dans le cadre de « Lire en couleurs », il correspondait à la consigne « Un livre jeunesse/young adult ».

 

cover-lire-en-couleurs.png

Publicités
Romans

La cinquième femme – Henning Mankell

La-cinquieme-femme

Je continu mon exploration de l’œuvre d’Henning Mankell avec un nouveau roman consacré au commissaire Kurt Wallander. On le retrouve ici dans une enquête longue, peu palpitante et qui pourtant m’a tenu en halène jusqu’à son dénouement.

Septembre 1994, l’inspecteur Wallander rentre de vacances et espère un automne calme. Mais il lui faut bientôt éclaircir une série de meurtres à donner froid dans le dos aux policiers les plus endurcis.
Un vieil ornithologue a été retrouvé empalé dans un fossé, un autre, passionné d’orchidées, ligoté à un arbre et étranglé, le dernier, chercheur à l’Université, noyé au fond d’un lac. Pourquoi tant de férocité à l’égard de citoyens apparemment paisibles ? Et pourquoi ces mises en scène sadiques ? Parce que – selon la devise de Wallander – les êtres sont rarement ce que l’on croit qu’ils sont.
Et si le crime était la vengeance d’une autre victime contre ses bourreaux ? Dans ce cas, l’inspecteur Wallander n’a plus qu’à se hâter pour empêcher un nouveau meurtre tout aussi barbare.

Attirée par cette histoire, tant pour son personnage principal que par son résumé, j’ai était un peu « déçue » de ma lecture. Contrairement à ma lecture précédente, l’histoire est bien plus longue, ce qui contrait l’auteur à faire plus de descriptions. J’ai aussi noté de nombreuses répétitions (notamment dans l’expression de sentiments) qui m’ont fait légèrement décrocher de ma lecture.

Dans ce roman, rythmé par trois grandes phases qui correspondent chacune à un nouveau meurtre, on suit de nouveau Wallander et son équipe, que j’ai pris du plaisir à retrouver (même si je les découvre ici bien plus jeunes que dans ma première lecture, étant donné que j’ai pris les romans à l’envers). Chacun d’entre eux est confronté aux tourments liés à cette enquête hors normes et qui va mener Wallander d’un bout à l’autre du pays à la recherche d’indices pouvant les mener, ou pas, sur les traces du meurtrier.

Un meurtrier, ou plutôt … une meurtrière (ceci n’est pas un spoiler, car dès le début de l’histoire les choses sont claires) qui fait froid dans le dos. Elle n’est pas réellement cruelle (quoique …), mais elle applique avec une telle ferveur son désir de vengeance qu’elle fini par vous glacer le sang. Au cours de ma lecture j’ai apprécié le cheminement qui conduit Wallander, et son équipe par la suite, sur les pas de cette femme, eux qui ne peuvent croire à la théorie d’une femme tueuse en série !

Une fois de plus j’ai aimé découvrir au fil des déambulations du policier un pays que je ne connais pas du tout, bien que ce dernier soit définitivement trop glacial pour une frileuse dans mon genre. Je suis toujours autant intriguée par certains des éléments qui émergent de ci de là, comme le fait que les scandinaves semblent êtres des oiseaux de nuit ou encore que le vouvoiement ne soit que très rarement de mise, même avec un illustre inconnu.

L’auteur revient à de très nombreuses reprises sur la perte d’un être cher à son personnage, et les sentiments, la confusion que ce dernier éprouve fini d’en faire un homme réel, presque palpable.

Un vrai coup de cœur pour le personnage du Commissaire Wallander, comme je vous le disais, c’est la deuxième histoire que je découvre dont il est le personnage principal et vraiment j’adore cet homme.

signature

Lire en couleurs 🎨·Romans

L’amie prodigieuse, le nouveau nom (tome 2) – Elena Ferrante

Il arrive avec un peu de retard, mais voici enfin l’article consacré au second tome de L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante et qui, souvenez-vous, faisait parti de ma sélection pour Lire en couleurs de mars.

cover-lire-en-couleurs.png

Le soir de son mariage, Lila, seize ans, comprend que son mari Stefano l’a trahie en s’associant aux frères Solara, les camorristes qu’elle déteste. De son côté, Elena, la narratrice, poursuit ses études au lycée. Quand l’été arrive, les deux amies partent pour Ischia. L’air de la mer doit aider Lila à prendre des forces afin de donner un fils à Stefano.

Le nouveau nom-chat
Et un bisou de Calamity-Cat, un ! 
Le second tome de cette saga m’aura occupé durant de nombreuses heures de lectures, malheureusement pas parce qu’il était passionnant, mais plutôt le contraire … allez je vous explique !

Si j’ai particulièrement aimé le premier tome de cette saga, dont vous pouvez retrouver mon avis en suivant le lien, ce ne fut pas le cas ici.

L’histoire se poursuit dans la lignée directe du premier tome, avec les retombées du mariage de Lina et Stefano Caricci. Dans l’ensemble on retrouve les mêmes personnages que durant le premier tome, avec l’ajout de quelques petits nouveau (notamment un ami de Nino ou encore les enfants de la professeure de lycée d’Elena). Chacun d’entre eux a vieilli et poursuit sa route.

Si dans le premier tome j’ai aimé découvrir la Naples des années 50-60, ici cet élément est passé au second plan, en effet le tome se concentre, presque uniquement, sur la vie des deux héroïnes. Je trouve ça un peu dommage, j’aurai aimé en apprendre plus sur cette époque bouillonnante de la péninsule italienne.

Dans ce tome, Elena continu de reconstituer ses souvenirs aux côtés de la fougueuse (ou devrais-je dire emmerdeuse ?) Lina.
Et oui, car cette dernière, qui était déjà une enfant terrible dans le premier tome se révèle ici être une affreuse bonne femme ! Rien ne semble jamais lui convenir, et si au début je comprenais sa rébellion face à la trahison de son tout nouveau mari, j’ai fini par être lassée de ses caprices et de son humeur inconstante.

D’autant que son amie de toujours n’est pas en reste, Elena développe au fil des pages sa jalousie, non sans raison au vu de la trahison que lui impose Lila, mais tout de même autant de rancœur c’est épuisant moralement …

Elena Ferrante a toujours une écriture douce qui m’a tout de même permis de pousser toujours plus loin ma lecture et ainsi de terminer ce second tome.

Un tome qu’il m’a était difficile de lire, car il reflète une expérience personnelle de rupture amicale …

signature

 

Romans

Speed game – Pascale Stephens

Eh bien je crois qu’il est temps de reconnaître que je suis retombée (et engloutie jusqu’au bout du nez dans une période à (forte) dominance romance young adult. En moins de deux mois, j’en ai déjà lu quatre !
Du coup, vous vous en doutez, l’article d’aujourd’hui sera de nouveau consacré à l’une de ces romances.

speedgame

Amateurs du genre, accrochez-vous c’est partie pour les présentations :

Zoé a travaillé très dur pour se faire une place au sein d’un des plus grands magazines français. Malheureusement sa carrière de journaliste pourrait s’arrêter là. Le responsable  ? Franz Krueger.
Si elle n’écrit pas l’article qu’on lui impose sur ce bad boy, pilote de moto et coureur de jupons, elle sera virée. Or, ce gars est connu pour être ingérable. Elle ne l’a pas encore rencontré qu’il lui pourrit déjà la vie. Et dire qu’elle va devoir passer deux semaines avec lui … Ça s’annonce mal, vraiment très mal.

Même si cette histoire n’est pas révolutionnaire, j’ai pris beaucoup de plaisir à la découvrir. Les personnages qui composent le récit sont attachants.
Zoé, tout d’abord, est une jeune femme bien dans ses baskets, ni trop gourde, ni trop Mère Thérésa, je l’ai trouvé fort sympathique.
Quant à Franz, lui c’est différent, son personnage est déjà plus classique, presque cliché. Il est l’image même du bad boy estampillé XXIe siècle, beau gosse, richissime et coureur de jupons, le tout cachant un profond mal-être … rien de bien intéressant me direz-vous. et vous aurez raison ! Son personnage est terriblement convenu et sans grande surprise. Alors pourquoi il m’a plu ?
Eh bien parce qu’il est chiant justement ! J’avais tellement envie de voir Zoé lui en coller une (oui c’est une histoire d’amour, et alors ? Qui aime bien, châtie bien ^^). Son rôle est suffisamment agaçant, mais pas trop, pour pimenter le récit et nous donner envie de poursuivre notre lecture. Du moins pendant les trois-quarts du roman. En effet, la partie où nos deux tourteaux ne se courent plus après m’a semblé plus classique, moins mémorable, on replonge dans une romance young adult avec des scènes de sexe à foison, ce qui en soit ne me dérange pas, simplement je trouve que cela ne fait pas avancer l’histoire.

Dans l’ensemble j’ai apprécié ma lecture, notamment grâce au style de l’auteure, cette dernière a une écriture fluide et très agréable. Elle ne s’embarrasse pas de détails inutiles (vous connaissez mon dégoût face aux détails ennuyeux).

Si cette lecture n’est pas un coup de cœur, je l’ai tout de même trouvé fort distrayante.

signature

 

 

 

 

P.S. : Speedgame est le second livre de Pascale Stephens se déroulant dans l’univers de la course de moto, on y retrouve Clémence et Nate les protagonistes du premier opus Speedway sorti en 2017 également chez BMR.

Romans

Comment larguer un bad boy ? – Sereine M.

Comment-larguer-un-bad-boy

Riley, 21 ans, est étudiante en droit et promise à un brillant avenir. Son seul problème, actuellement, c’est son copain : Sledge. Le bad boy par excellence… avec qui elle vit depuis trois ans. Or, un mauvais garçon, aussi séduisant soit-il, reste un mauvais garçon. L’idée selon laquelle un homme peut changer et devenir le parfait petit copain est un mythe. Il n’est pas attentionné, fume à l’intérieur, se moque des règles de propreté. Et il vous fait du mal, sans même le savoir. Riley est donc déterminée à le larguer. Pour cela, elle a un plan infaillible : tout faire pour que lui la quitte. Sauf que les bad boys, en plus de tous leurs défauts, ont une caractéristique que Riley ignorait : ils sont coriaces et… obstinés !

L’histoire de Sledge et de Riley peut paraître bien inutile et particulièrement niaise, et pourtant je m’y suis laissé entraîner avec bonheur.

Ce jeune couple est absolument adorable, du moins si on prend le temps de passer outre le comportement de sagouin que peut parfois avoir Sledge, comportement qui est justement à l’origine de la décision de Riley de le quitter, et pour cela elle va tout mettre en oeuvre pour y parvenir. Et quand je dis tout, c’est tout.

Riley va mettre en place en quantité infinie d’idées toutes plus saugrenues et invivables  les unes que les autres pour décider Sledge a la quitter.
Certaines de ces idées m’ont fait rire, d’autres moins.
Mais c’est surtout leur enchaînement sans trop de cohérence qui m’a agacé.
C’est trop répétitif.
Pourtant et malgré ce défaut non négligeable, j’ai aimé ce livre.

Riley et Sldge forment un couple très attach(i)ant, c’était, la plupart du temps un plaisir de suivre leurs aventures.

Au vu du résumé, on pourrait s’attendre à ce que l’auteure nous conduise tout droit vers un fin convenue à l’avance et pourtant elle est parvenue à me surprendre et même à me déclencher un léger pincement au cœur.

En somme, une romance, enfin non plutôt une rupture tout en rigolade.

signature

 

 

 

P.S. : Bon je dois bien l’avouer, moi aussi j’aurai craquer pour Sledge, ce suppôt de Satan est tout simplement irrésistible !

Sledge 1- Torti 0

Lire en couleurs 🎨·Romans

Fandom – Anna Day

Premier article du mois consacré au Challenge Lire en couleurs, il était temps !

cover-lire-en-couleurs.png

fandom

Aucune histoire ne mérite qu’on meure pour elle…

Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée… Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l’arc ou de grimper aux arbres, et que vous n’avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori…

Contrairement à ce que laissé présager la quatrème de couverture, Violet et ses amis ne sont envoyés à Panem, mais plutôt dans un univers que l’auteure, Anna Day, a imaginé. Si au départ j’ai trouvé ça dommage qu’on nous appâte avec Hunger Games, j’ai finalement adoré le monde déglingué de la Danse des pendus. Enfin si le terme adoré peut convenir à une société où les humains sont, pour certains, génétiquement modifiés, les autres leur servant d’esclaves, de défouloir ou encore de jouet sexuel … réjouissant me direz-vous !

Et pourtant c’est bien dans ce monde pourri jusqu’à l’os que Violet, Nate, Katie et Alice ont atterri et il va falloir qu’ils fassent preuve d’un courage sans faille pour s’en sortir.

Et croyez-moi, faire preuve de courage c’est toujours plus facile quand c’est les autres qui doivent s’y coller, ce dont Violet, jeune lycéenne pour le moins timide et parfois effacée va malheureusement faire l’amère expérience !

Ce roman entre aventures palpitantes, quête de soi et trahisons multiples est fort sympathique. Un second tome est prévu pour cet automne, j’ai hâte de voir ce que l’auteure réserve encore comme péripéties à notre groupe d’ami(e)s.

J’ai beaucoup aimé cette histoire, même si je n’ai pas vraiment adhéré à la manière qu’a choisi l’auteure pour nous la raconter. J’ai trouvé que Violet se référait trop aux éléments qu’elle connaissait sur ce monde, elle cherche constament à coller au canon (l’histoire originelle de La Danse des pendus) et c’était parfois lassant. Ces passages perdaient, à mon sens, une partie de la tension ambiante. J’aurai aimé qu’elle prenne encore plus de risques, mis à part ça, j’ai beaucoup aimé ce petit pavé et j’attendrai que sa suite paraisse avec impatience !

signature

Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

C’est mardi, que lisez-vous ? #8

CARTONS ! CARTONS ! CARTONS ! 

Ce déménagement va avoir ma peau ! 

illustration mardi que lisez-vous
Poulpe trop choupinou 🐙

 

Même principe que d’habitude, : chaque lundi mardi, je répondrai à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

 

Ce que j’ai lu cette semaine :

Cette semaine a aussi été chargée à cause du déménagement qui approche à grands pas, mais j’ai eu plus de moments de lectures, par conséquent j’ai pu finir deux des romans que j’avais commencé !

 

Je suis en train de lire :

Par contre, je suis toujours en train de lire le second tome de la saga napolitaine d’Elena Ferrante, l’ennui est malheuresement toujours au rendez-vous, mais comme il faut que je le rende bientôt à la bibliothèque j’avance doucement mais sûrement.

Comme la semaine dernière, je poursuis mon écoute de la Cinquième femme d’Henning Mankell. Le roman commence à prendre de la vitesse et j’aime de plus en plus la plume de l’auteur.

Beastars-1-kioon

Je commence enfin le premier tome de cette série que j’ai emprunté à la bibliothèque il y a un bout de temps (d’ailleurs je dois être en retard ^^), elle sera l’objet d’un article très prochainement dans le cadre de Lire en couleurs.

Résultat de recherche d'images pour "speed game livre"

J’ai aussi débuté une nouvelle lecture (oui je sais, je ferai mieux de finir celles que j’ai en cours, mais j’arrive pas à être raisonnable en ce moment !), il s’agit d’un titre que j’ai obtenu grâce à Netgalley, j’en suis à un peu plus de la moitié et pour l’instant je l’apprécie énormémnt.

 

Ce que je lirai ensuite :

Et voilà comme je vous le disais la semaine dernière je n’ai pas eu le temps de lire tout ce que je voulais ! Rah vivement que le déménagement soit fini !

atelier sorciers 3

Oui bon là il va falloir que je sois plus sérieuse, ça fait un moment que je repousse la lecture du tome 3 de L’Atelier des sorciers, ce qui est parfaitement stupide étant donné que j’adore ce manga !

A la semaine prochaine pour un nouveau rendez-vous, en espérant que la semaine à venir soit plus productive que la précédente (oui je sais, j’ai déjà dit ça la semaine dernière, mais on sait jamais si je le repète peut-être que ça peut fonctionner !)

signature

 

 

 

 

 

 

 

Romans

L’appel du néant – Maxime Chattam

Je renouvelle une information que je vous ai déjà donné, Maxime Chattam est l’un de mes auteurs de polars français préféré, cependant soyons honnête dès le début, cette fois-ci il me laisse sur un sentiment en demie-teinte.
Laissez-moi vous expliquer le pourquoi du comment.

Tueur en série…
Traque infernale.
Médecine légale.
Services secrets.
… Terrorisme.
La victoire du Mal est-elle inéluctable ?

Tout d’abord, je dois vous dire que ce fut un réel plaisir de retrouver les membres de la SR de Paris. Ludivine Vancker est un personnage féminin que j’apprécie tout particulièrement, je la trouve vraie, humaine, un point dont on qualifie rarement les protagonistes de roman policiers, en général ils sont dans la caricature (bougons, alcoliques, incapables d’avoir des relations sociales …). Ici ça n’est pas le cas. Et il en va de même pour le reste de l’équipe, Saignon, qui doit faire en sorte de gérer son boulot pour le moins contraignant et sa vie de famille ou encore Guilhem, qui semble prendre de plus en plus confiance en lui, j’aime voir son personnage évoluer.

Ce livre est également l’occasion de faire connaissance avec un nouveau personnage, Marc, agent de la DGSI à plein temps et (possible futur) compagnon de Ludivine. J’espère qu’il sera de nouveau intégré au prochain roman de Maxime Chattam, même si c’est seulement en temps que compagnon de Ludivine et non pas directement en tant qu’agent de la DGSI.

Le récit que nous offre ici Maxime Chattam est divisé en deux parties qui peuvent sembler bien distinctes à la lecture (ou à l’écoute comme dans mon cas) et qui pourtant se complètent au fil des pages. Il me semble que c’est la première fois que c’est le cas dans cette série, après je peux me tromper, ma mémoire n’est pas infaillible.

La première partie est consacrée à la traque, haletante, d’un tueur en série sanguinaire et qui ose, pour notre plus granhd malheur, s’en prendre directement à l’équipe. Et la seconde s’oriente plus sur une enquête de fond à la poursuite d’une cellule terroriste.

Un thème qui m’a moins plu que les fois précédentes. Non pas que le terrorisme et ces multiples impacts ne m’intéresse pas mais, quand je lis c’est souvent pour découvrir de nouvelles choses, pour m’évader … même si mon évasion me conduit souvent dans la tête de tueurs pervers … et là j’ai eu l’impression d’être devant les journaux télévisés. Le sujet me semblait presque trop réaliste. Je sais que ce que je vais dire peut paraître bête, mais pour moi plus un crime est sanglant, affreux, moins il me paraît plausible dans la vie réelle, et cela me rassure. Là j’ai été confronté à du « réel », et j’ai trouvé ça dérangeant.

J’ai donc une très nette préférence pour la première partie, je l’ai trouvé glaçante, plus angoissante que la suite du roman.

Et que dire du chapitre 42 qui « clôture » plus ou moins la première partie ? J’étais glacée d’effroi. Je me suis dis « Non Maxime Chattam ne peut pas recommencer ? Il n’a pas osé ?! » Non je ne vous expliquerai pas plus en détail ce qui a causé mon effroi, sachez simplement que c’est en rapport avec le premier livre de cette série, La Conjuration primitive.

J’ai aimé ce roman, cependant je l’ai trouvé long, il y a beaucoup de descriptions presque scéniques, comme si l’auteur voulait donner des indications pour un script. Les émotions des personnages sont aussi décortiquées en long, en large et en travers, d’habitude ça ne me gène pas vraiment, mais là, possiblement car je l’ai découvert en livre-lu, mais ça m’a agacé, je voulais que l’auteur en vienne au fait plus rapidement !

signature

P.S. : Le coup des surprises Kinder, c’est un petit détail au vue de l’épaisseur du roman, mais j’ai trouvé ça terriblement touchant, à chaque évocation ça me tirait un petit sourire.

Romans

Une main encombrante – Henning Mankell

Certains le savent, je fais actuellement trois (longues) heures de route quotidienne entre mon domicile et mon travail, il a donc fallu que je trouve de quoi m’occuper … et quoi de mieux pour cela qu’un livre lu ?
Rien.
J’ai donc commencé à fouiller dans les rayons de la médiathèque et mon choix c’est porté sur « Une main encombrante » d’Henning Mankell. Ce titre me faisait de l’œil depuis un bon moment et j’étais à la recherche d’un titre court pour mon premier essai. Cette histoire qui dure moins de six heures était donc idéale.

mainencombrante

Je vous laisse avec son résumé, on se retrouve juste en dessous !

C’est l’automne en Scanie avec son lot de pluie et de vent. Wallander est en fin de carrière et se sent au bout du rouleau. Il aspire à une retraite paisible, rêve d’acheter une maison à la campagne et d’avoir un chien. Un collègue lui fait visiter celle d’un vieux parent. Wallander s’enthousiasme pour l’ancienne ferme et les lieux alentours, et pense avoir trouvé son bonheur.

Pourtant, lors d’une dernière déambulation dans le jardin à l’abandon, il trébuche sur ce qu’il croit être les débris d’un râteau. Ce sont en fait les os d’une main affleurant le sol. Les recherches aboutissent à une découverte encore plus macabre. Au lieu d’une maison, Wallander récolte une enquête. Jusqu’où devra-t-il remonter le temps, et à quel prix, pour identifier cette main ?

Comme je vous le disais à l’instant, c’est une histoire courte et cette dernière clôture les aventures de Kurt Wallander, ce que j’ignorais avant de commençais mon « écoute », mais bon qu’importe !

J’ai aimé la simplicité de l’histoire, l’auteur ne s’embarrasse pas de détails, c’était très agréable, parce que je dois bien avouer que je ne suis pas fan des descriptions à rallonge ou des passages qui exprime en long, en large et en travers les émotions des personnages ! Non ici, Wallander est bouleversant de simplicité, c’est un être humain tout ce qu’il y a de plus classique, bougant à souhait et pourtant terriblement attachant !

Pour ma part, je ne suis pas une habituée des romans scandinaves, et pourtant à chaque évocation d’un nom de lieu (après vérification jamais je les aurais orthographié de la sorte !), je savais où le personnage et son équipe se trouvait. Wallander  partage essentiellement son temps entre le commissariat, son appartement qu’il partage avec sa fille Linda et le lieu où le crime a été découvert.

J’ai également apprécié d’entendre une histoire presque douce, il n’y a pas de gore ou de scène sanglante dans ce récit. Comme quoi, c’est pas toujours nécessaire …

L’enquête semble piétiner pendant une grosse partie du roman, parfois on pense que la solution est là sous nos yeux avant de se rendre compte que c’était une fausse piste, et là notre frustration rejoint celle des policiers.
Mais on s’embourbe avec plaisir aux côtés du vieux policier afin de démêler cette histoire pour le moins étrange !

L’histoire est suivie d’un portrait du commissaire où Henning Mankell nous parle en détails de la vision qu’il a de son personnage et ce qui l’a conduit à lui donner cette existence. J’ai trouvé très intéressant de constaté que l’auteur humanise réellement sa création de papier.

Ce fut ma toute première « lecture » d’Henning Mankell, et comme vous pouvez le constater, elle m’a particulièrement plu, j’ai donc décidé de m’en remettre à lui une fois de plus pour un second CD, cette fois-ci j’ai choisi « La Cinquième femme », je vous dirai très certainement ce que j’en ai pensé d’ici quelques temps.

signature

Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

C’est mardi, que lisez-vous ? #7

Pfiouuuu mais les semaines passent à une vitesse effarante ! 

illustration mardi que lisez-vous
Poulpe trop choupinou 🐙

 

Même principe que d’habitude, : chaque lundi mardi, je répondrai à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j’ai lu cette semaine :

Certains d’entre vous le savent déjà, mais suite à mon nouveau travail, je vais bientôt déménager. Par conséquent j’ai été rès occupée ces derniers temps entre les visites d’appartements, de maisons, les tours et détours dans les magasins d’aménagement … bref, j’ai ouvert différents romans, mais je n’en ai fini aucun. Shame on me.

 

Je suis en train de lire :

Comme je vous le disais j’ai ouvert plusiseurs romans, sans jamais dépasser la moitié du texte !
Voici ceux qui m’ont accompagné cette semaine :

Je suis toujours en train de lire le second tome de la saga napolitaine d’Elena Ferrante, mais je le trouve ennuyeux à souhait, ce qui ne me motive pas à avancer dans ma lecture.

Comme les semaines précédentes, j’ai choisi un nouveau livre-audio pour m’occuper lors de mes 3h de route quotidienne pour faire l’aller-retour entre mon domicile actuel et mon travail, et une fois de plus je me suis tournée vers Henning Mankell. Je le débute à peine, mais il est plus descriptif que le précédent (Une main encombrante) et du coup j’ai plus de mal à me concentrer. Mais comme le résumé m’a beaucoup attiré, je vais bien évidemment lui laisser une chance !

fandom

J’ai aussi commencé à lire Fandom d’Anna Day, dans le cadre de Lire en couleurs, j’aime bien l’histoire, mais pour l’instant j’ai un peu de mal à accrocher avec les personnages, je les trouve « trop » : trop râleurs, trop niais, trop méchants … bref, c’est pas la joie.

Comment-larguer-un-bad-boy

Hier, j’ai une fois de plus oublié mon livre en allant chez le médecin, par conséquent j’ai débuté un nouveau titre sur mon portable, au passage je remercie Netgalley pour cet accès, que je trouve particulièrement distrayant, à voir si la bonne humeur présente perdurera au fil des pages !

 

Ce que je lirai ensuite :

Alors là j’ai pleins d’idées pour la suite, mais bien évidemment je n’aurai certainement pas le temps de les lire !

atelier sorciers 3


A la semaine prochaine pour un nouveau rendez-vous, en espérant que la semaine à venir soit plus productive que la précédente !

signature