Romans

No love no fear (intégrale) – Angel Arekin

Bien le bonjour lecteurs du samedi, aujourd’hui je vous propose de retrouver mon avis sur No love no fear d’Angel Arekin, un titre découvert sur Netgalley avec l’aimable participation des éditions BMR.

Téléchargez le livre :  No love no fear - L'intégrale

Depuis l’enfance Erine, Maël et Yano étaient amis. Quand Maël et Yano réalisent qu’ils sont en fait tous les deux amoureux d’Erine, ils font un pacte : ne jamais rien tenter avec elle. Mais ni l’un ni l’autre ne tiennent parole, et une tragédie se charge de mettre fin au triangle amoureux, en même temps qu’à l’amitié de l’inséparable trio. Des années plus tard, alors que Rine entre à la fac, elle se trouve confrontée au beau et irritant Yano, qui semble lui vouer une haine sans bornes. Alors que Rine veut tout faire pour s’affranchir de leur passé, Yano la met au défi de parvenir à l’oublier. Il l’entraîne dans un jeu étrange, où l’amour et la peur sont exclus, pour la ramener à lui et la garder sous son emprise. Mais qui possède vraiment l’autre ?

No love no fear, c’est une histoire d’amour et d’amitié moderne. A la lecture du résumé sur Netgalley j’ai été emballé par l’histoire que proposait Angel Arekin et quand j’ai vu que les éditions BMR proposaient l’intégrale de l’histoire j’ai trouvé ça intéressant pour moi qui possède la patience d’une gamine de cinq ans à qui on aurait promis un tours de manège ! Malheureusement, mon impatience a été puni … en effet, quand j’ai obtenu l’accès à ce titre, je me suis rendue compte qu’il faisait plus de 1400 pages ! Et j’ai eu le malheur de le télécharger sur mon portable, imaginez l’horreur ! Mais bref, j’arrête là mes digressions et je vous donne enfin mon avis sur cette histoire.

Le premier tome est prenant avec quelques petites notes de suspense bien amenées. On entre directement dans l’histoire, poussé par la plume fluide de l’auteure à la recherche de ce qui liait Rine et Yano et ce qui a bien pu les pousser à s’éloigner de manière aussi brutale.

Malheureusement les deux tomes suivants tournent en boucle et on perd cette notion d’originalité qui m’a plu dans l’histoire qui lie Rine, Yano et Maël. L’auteure tente pourtant de nous raccrocher à son histoire en y mêlant, à de trop rares moments, des péripéties qui sortent de l’ordinaire, mais cela retombe à plat bien trop rapidement.

Et si je m’attendais à ce qu’il y ait du sexe, après tout nous sommes chez BMR, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit une donnée non négligeable de l’histoire et qu’il vienne entacher cette dernière d’une lourdeur qui m’a gâché ma lecture.

Romans

Lettres de pluie – Steve Sem-Sandberg

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur un titre que j’ai lu récemment et qui ne m’a pas du tout emballé. Lettres de pluie.
Explications.

lettres-de-pluie-couverture

Un roman intimiste par le lauréat du prix Médicis étranger 2016.
Années 1960, une petite île suédoise. Minna et Andreas ont été confiés pour la journée à leur voisin, Johannes. Mais le soir, leurs parents ne rentrent pas. Toute trace d’eux a disparu. On sait seulement qu’ils sont américains. Alors on parle d’espionnage, on exhume des histoires de la dernière guerre et de l’occupation nazie… Étrangers, sans famille, élevés par un alcoolique soupçonné d’avoir été collabo, les deux enfants sont la cible toute désignée des haines qui rongent les insulaires. Devenu adulte, Andreas revient solder ses comptes.
Dans ce petit monde étouffant où la pluie brouille les frontières du réel, le passé ténébreux de l’île acquiert une intense présence.
Et le drame semble inévitable.

Un livre dont l’histoire nous est racontée du début à la fin par Andreas, l’un des personnages principaux, entendez par là qu’il n’y a tout au long des 265 pages du roman que des descriptions et des dialogues retransmis, aucun n’ayant lieu en direct. Ce qui nous donne une histoire morne qui met beaucoup trop de temps à naître pour finalement mourir sans avoir vraiment un jour existé.

Même une fois le roman terminé je reste sans réelle réponse aux questions soulevées par l’existence de Minna, d’Andreas et de la disparition inexpliquée de leurs parents.

En toute honnêteté, j’ai eu l’impression de perdre mon temps, pourtant je me suis accrochée à cette lecture, je trouvais le pitch intéressant, énigmatique même ! Je trouve cela terriblement dommage de lancer le lecteur à la poursuite de réponses qu’il ne trouvera jamais.

En somme, je ressors très déçue de cette lecture, malgré la plume plutôt agréable de l’auteur (du moins de sa traductrice). Mais je remercie tout de même Netgalley et les éditions Robert Laffont pour m’avoir permis de découvrir ce titre.

Romans

Au delà de la lumière – Daniel Mat

Deuxième bonjour de la journée, après mon bilan mensuel concernant le challenge polar et thriller, je vous propose de retrouver ci-dessous mon avis sur une lecture que j’ai particulièrement apprécié récemment, Au-delà de la lumière de Daniel Mat.

au delà de la lumière - Daniel Mat - couverure

Dans le futur, une technologie faisant appel à des rêves lucides partagés a remplacé la réalité virtuelle. Une version extrême de celle-ci, fondée sur des expériences de mort imminente contrôlées, est utilisée dans un nouveau sport de combat : la métamachie.

À dix-sept ans, David redoute cette discipline dont l’étoile montante n’est autre que Théa, sa petite amie. Plus sa carrière progresse, plus elle s’éloigne de lui. Tout bascule le jour où elle ne se réveille pas à la fin d’un combat. Alors que l’organisation étouffe l’affaire, David se retrouve seul et sans réponses.

Lorsque l’opportunité de participer à un tournoi amateur s’offre à lui, il y voit une chance de mener l’enquête de l’intérieur. Mais ses propres souvenirs semblent se mettre en travers de son chemin.

Jusqu’où est-il prêt à aller pour découvrir la vérité ?

Merci à Scrinéo et à Netgalley qui m’ont permis de faire cette découverte forte intéressante, dont certains points m’ont un peu fait pensé à E-Challenger de Stephane Soutoul que j’ai pu lire l’année dernière et que j’avais particulièrement apprécié.

Au-delà de la lumière, qui se trouve être le premier roman de Daniel Mat, on peut découvrir une intrigue riche en action et en émotion, qui aborde tout au long de ses 472 pages des thèmes variés comme l’amour, l’amitié, mais aussi le deuil ou la culpabilité.

De part le style de l’auteur qui est fluide et rythmé, la quête dans laquelle il nous plonge est palpitante. On se retrouve plongé dans un monde dystopique, qui semble avoir vécu une terrible guerre ou tout du moins une grande révolution à l’échelle planétaire qui a laissé de grandes séquelles. Malgré tout, l’auteur ne nous donne que très peu d’indication sur ce qui s’est réellement passé. Hormis le fait que les êtres humains ont trouvé le moyen de prolonger leur vie et qu’ils pratiquent désormais un sport semi-virtuel, la métamachie. Pour ma part je ne connaissais pas, donc je ne peux pas vous dire si c’est une invention de sa part ou si on le retrouve dans d’autres titres. Il s’agit d’un sport de combat, où au moins deux individus combattent dans une arène virtuelle après avoir été placés en condition d’EMI (expérience de mort imminente) par un sérum fabriqué par une société médicale bien louche et basée à Mondor, la capitale de ce nouveau monde.

Dans le roman, on suit David Sinclair, un jeune homme rongé par la culpabilité de ne pas avoir pu sauver sa petite amie, Théa, métamachiste talentueuse, qui se retrouve plongée dans le coma suite à son dernier combat. C’est d’après ce postulat que l’histoire va se lancer, David cherchant par tous les moyens à comprendre ce qui est arrivé à sa compagne et pour cela, lui l’outsider, va prendre part à une compétition de métamachie aux enjeux beaucoup plus importants que ceux qu’il imaginait.

Les combats, qui représentent une distraction nationale, sont retransmis sur le descendant d’internet. Et l’auteur en profite pour décrire des scènes grandioses, palpitantes et boostées au suspense et à l’adrénaline, et même s’il y a parfois des redites, cela permet de réellement s’imprégner de l’ambiance voulu par l’auteur et donc de visualiser parfaitement ces scènes de combats entre métamachistes.

J’ai bien aimé les différents personnages que Daniel Mat met en scène, tant David qui évolue tout au long du récit, que les personnages secondaires qui sont bien travaillés et qui apportent chacun un petit quelque chose à l’histoire, nous conduisant petit à petit vers un dénouement des plus palpitants …

En somme, je vous invite à plongez, comme moi, corps et âme au-delà de la lumière et à venir percer le secret enfermé dans les souvenirs de David …

 

Romans

Les Gardiens des Anges (tome 1) : les Ailes perdues – Michèle Beck

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur le premier tome de la saga Les Gardiens des Anges de Michèle Beck que j’ai pu découvrir via SimplementPro.

Si l’histoire débute sur un prologue qui m’a un peu laissé perplexe, les événements s’enchaînent ensuite à une vitesse folle, nous entraînant dans une course contre la montre, où nous somme poursuivi par des ennemis dont on ignore presque tout, à la recherche de réponses à des questions que nous autres êtres-humains lambda ne nous serions jamais posé,  mais avant ça, laissez-moi vous faire découvrir le résumé de ce premier tome haletant :

« Je m’appelle Lily, j’ai 17 ans et je fais partie de ces humains dotés de pouvoirs qu’on nomme les potentiels.
Dit comme ça, c’est plutôt cool, non ?
Ça le serait si les potentiels n’étaient pas au cœur d’une guerre sanglante entre les anges et les démons. Heureusement, je peux compter sur Matthew, un ange mystérieux, pour veiller sur moi et me guider dans ce nouveau monde. Sauf que lui aussi a ses problèmes à surmonter, une histoire de mémoire et d’ailes perdues.
S’il n’y avait que ça, on pourrait s’en sortir. Mais c’était sans compter sur l’apparition d’une force sombre et puissante qui ne reculera devant rien pour m’atteindre, y compris s’en prendre aux gens que j’aime. »

Alors qu’elle vient tout juste de perdre sa mère, Lily n’était pas préparée à ce que sa vie s’écroule une nouvelle fois et encore moins à être la cible de créatures particulièrement dégoûtantes qui en veulent à sa vie. Fort heureusement, au même moment, elle fait la connaissance de Matthew, un jeune homme mystérieux au possible, qui lui révèle être un ange (oui, rien que ça). Mais attention Matthew n’est pas un ange dans le genre Léo de Charmed, il a bien plus hérité de Jace, le beau shadowhunter et n’hésite pas à massacrer ceux qui s’opposent à lui et fait preuve d’une détermination et d’une force incroyable, tout comme Lily, dont le courage face à cette situation pour le moins déroutante, est presque sans limite !

Je regrette un tantinet que Lily accepte cette situation sans broncher, mais après-tout, est-ce qu’on a vraiment le temps de se poser ce genre de questions quand on est poursuivie par un chien maléfique qui bave des vers et de la pourriture (oui c’est dégueulasse, mais c’est à l’image de cette affreuse créature !)

Ce premier tome des Gardiens des Anges est une histoire complexe où l’auteure a trouvé le moyen de faire cohabiter différentes créatures magiques; anges, démons, sorcières et même vilains zombies se côtoient pour nous entraîner aux côtés de Lily et Matthew dans une quête folle où magie blanche et noire s’affrontent pour notre plus grand bonheur sous la plume accrocheuse de Michèle Beck.

Pour conclure cette chronique magique, que vous dire de la fin si ce n’est qu’elle m’a brisé le cœur et qu’elle me donne terriblement envie de savoir ce qui va advenir de ces personnages qui se sont révélés bien plus attachants que je ne l’aurai imaginé !

Romans

Chère Ella – Rebecca Yaros

Bonjour à tous, vous passez un bon week-end ? Le mien s’annonce sympathique et pour cause, cet aprem je vais faire les boutiques avec ma maman et ma soeur !

Le temps d’une lettre, Beckett, soldat américain en mission au Moyen-Orient, oublie les horreurs du quotidien. Et même s’il ne la connaît qu’à travers leur correspondance, il tombe sous le charme d’Ella, la sœur de son meilleur ami. Lorsque celui-ci périt au combat, il demande à Bennett de veiller sur Ella. Car la jeune mère célibataire de deux enfants se démène depuis que sa petite fille a été diagnostiquée d’un cancer.
Fidèle aux dernières volontés de son ami, Beckett vient prêter main forte à Ella. Hanté par le poids de la culpabilité, il ne lui révèle toutefois pas qui il est. Mais plus il se rapproche d’elle, plus la vérité risque de le rattraper…

Je me suis longtemps demandé par quoi commencer pour vous parler de ce roman. Est ce que je dois débuter en vous présentant Chaos, a.k.a Beckett, le nouvel homme de ma vie littéraire ou est ce que je dois vous parler de la dimension émotionnelle abordée par ce roman lors des passages consacrés à la terrible maladie de la jeune Mazie ? La question demeure.

Ce qu’il y a de sûr c’est que ce roman renferme des personnages tous plus attachants les uns que les autres, j’aurai voulu pouvoir les sauver tous.

J’ai adoré l’histoire écrite par Rebecca Yaros, tant ses personnages comme je viens de vous le dire, que l’histoire en elle-même je la trouve passionnante. Et puis j’aime beaucoup la construction de cette histoire, chaque chapitre débutant par une des lettres que se sont écrit Chaos et ***, nous faisant découvrir petit à petit leurs personnalités et leurs sentiments naissants.

Mais Chère Ella n’est pas qu’un livre mettant en scène une belle histoire d’amour, c’est aussi un roman dur où on peut lire des moments terribles qui m’ont fait chavirer le cœur, notamment quand le cancer de la jeune Mazzie accapare le devant de la scène. En toute honnêteté pendant cette lecture, j’ai pleuré à plusieurs reprises au cours de la lecture. Âmes sensibles ne vous abstenez pas de lire ce roman, mais prévoyez les mouchoirs.

En somme, un livre que je ne parviens pas à ranger dans une seule catégorie. Roman d’amour ? Fiction sur la maladie infantile ? Roman sur la perte d’un être cher ? En somme je vous le disais, je ne parviens pas à le ranger dans une boîte unique, à moins de créer celle des coups de foudre.

Romans

Le discours – Fabrice Caro

Bonjour à tous, aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que j’ai récemment écouté, Le discours de Fabrice Caro, auteur que je n’avais jamais lu jusqu’à lors (pas même sa BD phare, Zaï, Zaï, Zaï)

De l’humour et des belles phrases au rendez-vous de ce court roman qui fut aussi passionnant qu’hilarant.

51EbxJTKgdL._SL500_

«Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie.» C’est le début d’un dîner de famille pendant lequel Adrien, la quarantaine déprimée, attend désespérément une réponse au message qu’il vient d’envoyer à son ex. Entre le gratin dauphinois et les amorces de discours, toutes plus absurdes les unes que les autres, se dessine un itinéraire sentimental touchant et désabusé, digne des meilleures comédies romantiques.

Vous êtes futur(e) témoin de mariage ? Vous aimez l’humour ? Vous vous êtes fait plaquer ? Vous avez un humour noire ? Votre famille ignore (presque) tout de votre vous réel ? Qu’importe, ce roman est fait pour vous ! Alors n’hésitez plus et foncez !

Entre moments sérieux, souvenirs attendrissant ou gênants et divagations, Adrien et Fabrice Caro nous entraîne dans un pur moment de détente ou seuls vos zygomatiques travailleront !

Tout débute par une demande des plus classique, faire un discours au mariage de sa soeur. Jusqu’à rien de bien mirobolant, sauf que pour Adrien cela représente une épreuve semblable à la quête du Graal ! Non qu’il soit incapable d’écrire deux lignes sensées ou qu’il est peur de parler devant tout le monde, simplement Adrien ce mariage il s’en cogne car il y a plus important dans sa vie : son ex-petite amie ne lui as pas répondu à son sms alors qu’elle l’a vu. Oui vous avez bien lu. Elle a osé le lire sans lui répondre. Et c’est ce point plus qu’essentiel qui va nous occuper durant un très long repas de famille ou rien ne va se passer comme on s’y attend.

Au travers de ses souvenirs ou de ses réflexions détonantes, on va découvrir les pensées les plus intimes d’Adrien, notre narrateur. Homme de quarante ans qui vient tout juste de se faire plaquer par la femme de sa vie pour un musicien a la blessure profonde (je vous le disais, Adrien a vraiment des réflexions détonnantes), notre narrateur imagine tout un tas de bonnes raisons pouvant expliquer pourquoi Sonia, son ex, ne lui répond pas, le tout en imaginant ce sue pourrait donner le fameux discours qu’il devra prononcer lors du mariage de sa petite soeur.

J’ai beaucoup aimé Adrien, homme complexe et plein d’humour et de bonne volonté, il l’a régalé avec ses envolées littéraires aussi folles que biens senties.

Un texte détonnant porté par la voix d’Alain Chabat, qui s’il m’a semblé lire un peu rapidement, apporte un vrai plus à cet enregistrement.

 

Romans

Six of crows (tome 1) – Leigh Bardugo

Bonjour à tous, cet après-midi j’avais envie de vous parler d’une saga young adult que j’ai découvert très récemment, alors qu’elle existe depuis un lustre, vous avez compris en lisant le titre qu’il s’agit de l’excellente saga Six of Crows de Leigh Bardugo.

J’avais beaucoup entendu parler de cette auteure, de son univers bien à elle et plus particulièrement de cette série, notamment sur ce blog, dont la créatrice en est fan.

six of crows 1

Ketterdam – Quartier du Barrel : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix.
Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Bekker, dit « Dirtyhands ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques.
Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant …

Comme je vous le disais, je ne connaissais pas l’univers qu’à créer l’auteure et dans lequel se déroule plusieurs de ses histoires, mais une fois que j’en ai eu entrouvert sa porte … je ne suis pas parvenue à la refermer ! Leigh Bardugo a su créé un univers complexe, aussi extraordinaire qu’effrayant, un vrai bonheur ! J’ai adoré les personnages de cette histoire, ils forment une équipe de folie ! Ils sont tous plus attachants les uns que les autres et puis je dois bien avouer que ce voyou de Kaz Brekker m’a rendu un peu folle !
Dans ce premier tome qui leur est consacré, ces six hors-la-loi, ces voyous au grand cœur vivent des aventures plus que palpitantes, impossible de les lâcher une fois qu’on les a rencontré ! Leigh Bardugo parvient à nous immerger dans son histoire à un tel point que je me suis prise au jeu, je me suis réellement inquiétée pour ses personnages.

Et que vous dire des péripéties qui leur arrivent, si ce n’est qu’elles sont palpitantes ? En seulement quelques pages l’auteure parvient à nous faire sentir chez nous dans les rues effroyables de la ville de Ketterdam. Et c’est avec autant de plaisir et d’appréhension que l’on embarque pour Le Palais des Glaces, repaire de terrifiants chasseurs de sorciers …

 

 

Romans

L’architecte du temps – Chris Red

Bonjour à tous, vous passez un bon après-midi ? De mon côté, il est plutôt sympathique, je suis actuellement en train de découvrir la série Le Bazar de la charité sur Netflix (oui je n’avais pas du tout envie de me farcir les pubs de TF1 !), vous connaissez peut-être ? Mais qu’importe le sujet du jour n’est pas cette série, mais bien le livre de Chris Red, L’architecte du temps.

Fan de steampunk depuis de nombreuses années, je me suis laissée tenter par le résumé de L’architecte du temps sur Simplement Pro, un livre de Chris Red, un auteur que je ne connaissais pas du tout, mais qui me semble très prolifique et dont j’ai pu lire des avis plus que positifs.

Résultat de recherche d'images pour "l'architecte du temps"

J’ai commencé à écrire mon avis après avoir lu plus de la moitié de ce titre, à l’heure où j’écris ces premières lignes, j’en suis à 62% et malheureusement je dois vous avouer que … je n’adhère pas du tout à cette histoire.
Mais comme je déteste rester sur un échec, j’ai tout de même décider de terminer ma lecture afin de vous donner un avis constructif et honnête.

Londres. 1851.
Edgar Stone est un inventeur aussi renommé que décrié. Une humiliation publique lui a valu d’être la risée des journalistes, et notamment de Charles McCartigan, l’employeur de Rose Cunningham, sa compagne. Déterminé à laver son nom souillé et à prouver sa valeur, il a défié les lois du temps pour présenter ses futures créations lors de la première Exposition Universelle de l’ère moderne.
Devant la reine Victoria, la souveraine de l’Empire britannique, et accompagné de son fidèle assistant, Richard Morris, il compte prouver à tous son talent et son ingéniosité. Mais surtout, il rêve de rendre le monde meilleur et d’accélérer la croissance industrielle de sa nation. Tout semble se dérouler à merveille…
… Jusqu’à l’apparition de l’inspecteur Samuel Grant, haut gradé au sein de la division temporelle de Scotland Yard qui va le conduire en 1999 dans un Londres futuriste où l’attend son procès.

Dans un premier temps, j’ai trouvé l’histoire de Chris Red fort intéressante, ayant toujours aimé le principe des voyages dans le temps. Malheureusement je n’ai pas apprécié le style de l’auteur, que je qualifierais de trop peu immersif. Je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire et pour cause, malgré toutes les embûches semées sur leur parcours, je n’ai pas ressenti la moindre empathie pour les différents personnages de l’histoire. Pourtant ils sont intéressants :

Edgar Stone, un inventeur de génie, qui profitant de sa découverte majeure des voyages dans le temps a ramené à son époque des découvertes postérieures, ne pensant en aucun cas aux conséquences fâcheuses de ses vols. Ce dernier est entouré par sa compagne, Rose Cunningham, une jeune femme forte et droite dans ses bottes et de Richard Morris, son fidèle acolyte, qui n’hésite pas à mettre sa vie en danger en s’embarquant dans des aventures toujours plus rocambolesques. Ces trois compères ainsi qu’une ribambelle d’autres personnages nous accompagnent tout au long de plus de trois cents pages au travers de différents mondes et espaces temps.

Si vous êtes adeptes de voyages dans le temps et d’aventures, je ne peux que vous recommander ce livre, même si pour moi ce ne fut pas le coup de cœur tant attendu. Allez savoir ce qui s’est passé, après tout les sentiments, ça ne se commandent pas.

Romans

Jail me – Isa Lawyers

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous ai préparé un article sur une romance qui m’a particulièrement plu très récemment aux éditions BMR, Jail me

Comme j’ai dévoré les deux tomes en moins de trois jours, je vous fait un article groupé pour l’ensemble.

Tome 1 – Jail me, baby

Résultat de recherche d'images pour "jail me baby""

Entre son père surprotecteur et sa passion dévorante pour Oliver Braxton, star de rock internationale, Laura a trop longtemps laissé sa vie sentimentale de côté. Bien décidée à changer la donne, elle ose enfin aborder Jo, un jeune graffeur anglais qui lui fait de l’œil depuis quelques semaines. Gentil, prévenant, il a tout pour lui.
Mais un rendez-vous dans le bureau de son chef, et tous ses projets se trouvent bouleversés. Son idole est à Paris. Elle va le rencontrer. Juge d’application des peines, la voilà chargée du dossier d’Oliver Braxton. Est-ce un signe du destin, ou l’annonce d’ennuis à venir

Tout d’abord, je tenais à vous dire que si vous ouvrez Jail me, vous alliez rencontrer une histoire bien construite, ce qui ne gâche rien, mais aussi et surtout une histoire où le sexe sera très présent, vous voilà prévenus.

Pour ceux que cela ne génerai pas, vous allez maintenant pouvoir faire la rencontre de personnages terriblement attachants (si vous me cherchez, je suis partis faire la groupie d’Oliver Braxton) et prendre part à un jeu du chat et de la souris, qui court tout au long du roman, tant Laura et Oliver ne parviennent pas à s’accorder (au bout d’un moment ça devient un tantinet agaçant, mais qu’importe ils sont adorables). 

Jail me, c’est un condensé de péripéties toutes plus croustillantes les unes que les autre, un vrai régal !

Et que vous dire de la fin de ce premier tome, alors que je pensais que l’auteure allait bien gentiment nous écrire une fin « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », et bien non, Isa Lawyers vient faire s’éparpiller le château de cartes en milliers de confettis en nous dévoilant le vrai visage d’Oliver, un salopard prêt à laisser sa petite amie se faire lyncher par une horde de fans en colère !

Tome 2 – Jail me, please

41NYm2VcqyL.jpg

Se reconstruire. Tel est l’objectif de Laura, clouée sur son lit d’hôpital après avoir été violemment agressée par une fan d’Oliver Braxton. Mais plus que son corps, c’est son cœur qui est brisé. Depuis la trahison d’Oliver, Laura est perdue. Il a fait de sa vie un chaos. Sa raison lui crie de fuir son idole, tandis que tout son être lui intime de rester près de celui qu’elle aime. Et comment l’oublier quand, chaque jour, la presse people lui rappelle un peu plus le beau chanteur ? Laura pourra-t-elle laisser cette histoire d’amour derrière elle, après avoir passé des années à la rêver  ?

Ce second tome débute sur le traumatisme vécu par Laura, alors que celle-ci doit faire face aux révélations chocs qu’elle vient tout juste de découvrir et qui ont fait voler sa vie en éclats.

Oubliez la romance croustillante, cette fois-ci Isa Lawyers nous réserve une bagarre, une vraie, de laquelle on ne sait qui sortira vainqueur, Laura ou Oliver ?

J’ai un peu moins aimé les passages se déroulant aux USA, dans la belle et grande villa d’Oliver, je pense que tout ce luxe est monté à la tête de Laura, je trouve qu’elle est devenue plus capricieuse, moins attachante, même si je comprend aisément qu’il faille se faire entendre parmi la foule de conquête du bel Oliver, et que pour ça il ne faut pas hésiter à jouer des coudes.

Ce second tome vient conclure en beauté l’histoire de Laura et d’Oliver !

signature

Romans

Ce stupide Cupidon – Cécilia Dogrul

Ce matin, je vous propose un petit article sur une romance young adult que j’ai pu découvrir grâce à Netgalley.

ce-stupide-cupidon-couverture

Au cours de ma lecture j’ai remarqué que l’auteure avait un tic de langage plutôt amusant, à de très nombreuses reprises elle emploi l’expression suivante :
Et c’est ça le hic.
On pourrait penser que c’est dérangeant, mais bien au contraire, car il faut bien reconnaître que la vie d’Ella est remplie de … hic !

Il y a trois ans, Ella n’a pas été surprise d’être totalement invisible aux yeux de son meilleur ami Thomas lorsqu’elle a maladroitement tenté de lui déclarer sa flamme. Il faut dire qu’Ella est une fille banale, voire transparente à côté de sa meilleure amie Alicia, la bombe du lycée.  Et lorsque Thomas rentre soudainement en France, après trois ans au Canada, le quotidien d’Ella est chamboulé. Ses sentiments pour lui n’ont pas changé, mais Thomas la verra-t-il différemment après toutes ces années ? Et surtout, a-t-elle la moindre chance contre une Alicia bien décidée à le séduire ? La compétition pour gagner les faveurs de Thomas vient de commencer, et celle-ci promet d’être intense ! Préparez-vous. En amitié comme en amour, tous les coups sont permis…

Ce stupide Cupidon, c’est une histoire où se mêlent de multiples personnages très  sympathiques, quoique un peu jeunes (ils sont en terminal).
Ça vous tente que je vous les présente ? Allez on y va.
On trouve tout d’abord Ella, la protagoniste principale, elle est gentille et amusante, ses réactions face aux épreuves qu’elle vit m’ont semblé cohérentes, j’ai aimé le fait qu’elle se batte quand on lui fait du mal, mais sans trop en faire non plus, c’est une fille normale avec des forces et des faiblesses. Vient ensuite Paolo, ah Pao ! Lui j’ai hésité entre l’embrasser et le gifler, foutu rital ! Quant à son meilleur ami, Thomas, lui il m’a déçue, je m’attendais à quelqu’un de plus gentil quand on sait que c’est aussi l’ancien meilleur ami d’Ella. Romy et Fanny, les inséparables qui entourent de leur tendresse Ella sont adorables, quoique un peu cliché. Et pour finir, parce que oui j’ai gardé le pire pour la fin, vient Alicia, ou le personnage le plus peste et horripilant que j’ai pu découvrir ses derniers temps, je vous le dis moi, il y a des claques qui se perdent !

J’ai trouvé l’histoire sympathique, sans longueur et bien rythmée. Comme je vous le disais dans l’article concernant L’amour est dans le chai, de Tamara Balliana, il s’agit de la seconde histoire qui aborde le sujet du « je t’aime, moi non plus ». En effet, et même si je ne m’attendais pas à ça, j’ai bien aimé le jeu du chat de la souris entre Ella et Paolo, ces passages sont bourrés d’humour, de non-dits, d’incompréhensions à tout-va, c’était vraiment distrayant de suivre les péripéties d’Ella.

En somme ce fut une bonne lecture, même si elle ne sera pas mémorable, cependant je vous conseille plus de la découvrir au printemps, car elle ne correspond pas vraiment à l’idée que je me fait d’une lecture d’hiver, chaude et douillette comme une bouillotte ^^

signature