Romans

Toutes les étoiles mènent à toi – Sophie Ranald

Bonjour, bonjour !
En cette fin de matinée, alors que je me retiens de vider le distributeur de gâteaux qui se trouve dans la hall du Centre Culturel, je vous propose de découvrir mon avis sur l’une de mes dernière lectures romantique. Un livre signé Sophie Ranald, auteure dont je découvre la plume dans ce roman disponible aux éditions &H.

Douze signes astro, douze rencards, douze chances de trouver l’amour  !

—  Quoi  ? Tu penses que je devrais sortir avec un homme de chaque signe du zodiaque jusqu’à trouver l’âme sœur ?
—  T’as tout compris  ! 
Quand son assistant lui fait cette proposition délirante dans la cuisine du pub où elle travaille comme cheffe, Zoé le fusille du regard par-dessus les carottes émincées. Pourtant, s’il avait raison  ? Voilà des années que, en bon Verseau qui-n’a-besoin-de-personne, elle s’enterre dans le célibat (espérant secrètement que son ex revienne). Ce n’est pas normal que le seul être qui partage son lit soit son chat, elle doit changer de vie, et vite  ! Il lui faut un plan, et celui de son assistant n’est pas si absurde. Douze signes, douze rencards, douze chances de dénicher l’homme de sa vie. Voilà qui l’obligera à sortir de sa zone de confort. Et, comme si les planètes étaient soudain parfaitement alignées, c’est pile quand elle se met en quête d’amour que le destin saupoudre son quotidien de célibataires craquants …

J’ai l’habitude, tous les matins en arrivant au travail, de lire mon horoscope. Non que je crois aux prédictions qui s’y trouvent, mais je m’amuse de ces petites phrases toutes faites que l’on interprète comme l’on veut. Alors forcément quand j’ai découvert le pitch de cette histoire sur Netgalley, je me suis dis que l’idée de se trouver un partenaire en se basant sur la compatibilité de signes astrologiques était adorable. Après tout, les japonais pensent bien qu’il existe des compatibilité entre les groupes sanguins, alors pourquoi pas ?!

Zoé est une fille normale, ni trop parfaite ni trop cruche-nuche, et cela est tellement rare dans les romances qu’autant vous dire que je l’ai tout de suite apprécié. J’ai particulièrement aimé le fait qu’elle n’hésite pas (enfin si ^^) à sortir de sa zone de confort, notamment lorsqu’elle décide de tester en premier lieu les hommes dont le signe est le moins compatible avec le sien et croyez-moi cela donne lieu à de scènes hilarantes … tant qu’elles restent dans un roman ! Dans la vraie vie, j’aurai flippé sévèrement si j’étais confrontée à telles situations !

 » – Zoë, il y a ouverture d’esprit , et porte ouverte si grande que ton cerveau dégringole de là. »

Des personnages secondaires un peu clichés (notamment le collègue-gay-trop-funny) mais qui apportent de la douceur et surtout de la bonne humeur à ce court roman.

Vous vous en doutez bien, on est dans une romance ici, alors forcément Zoé va rencontrer le grand amour, mais avant cela elle enchaînera de multiples péripéties, certaines moins drôles que d’autres. Et même si j’ai senti venir le crush final à des kilomètres à la ronde, j’ai trouvé que l’approche de l’auteure s’était faite tout en douceur, ce qui n’est pas pour gâcher mon plaisir !

Je ne vais pas m’étendre guère plus sur cette lecture, que j’ai trouvé sympathique dans sa construction mais qui dans sa composition m’a un peu lassé. En somme une histoire qui tourne un peu en rond, mais qui ne manque pas de piquant ou d’humour.

Romans

Bain de minuit à Buckingham – S.J. Bennett

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur le dernier né de S.J. Bennett, un cosy mystery où une fois de plus notre personnage principal se trouve être Sa Majesté Elisabeth II !

L’année 2016, marquée par le référendum sur le Brexit, s’annonce difficile pour Elizabeth II : l’un de ses tableaux préférés, mystérieusement disparu de sa collection privée des années plus tôt, réapparaît dans une exposition. La reine confie à Rozie, sa secrétaire particulière adjointe, la mission de le récupérer, de préférence avec des explications. Pour couronner le tout, l’ambiance au palais de Buckingham est gangrenée par une vague de lettre anonymes.
Lorsque l’une de ses femmes de chambre est retrouvée morte, exsangue, au bord de la piscine, c’en est trop pour la souveraine, qui décide d’intervenir. Tremblez corbeaux, meurtriers, voleurs et autres pourfendeurs de la royauté : Sa Majesté mène l’enquête !

Cette histoire, qui débute par la découverte du corps d’une femme de chambre morte au bord de la piscine privée de la famille royale, signe la seconde enquête de Rozie, la secrétaire particulière adjointe de la Reine Élisabeth II. La première qui était une excellente mise en bouche est à à (re)découvrir par ici.

Une fois encore, l’auteure S.J. Bennett nous plonge avec bonheur et un humour so british dans les petits papiers de la famille royale britannique et plus particulièrement à l’ombre des chapeaux si célèbres de Sa Majesté. Il s’agit là d’un univers qu’elle connaît bien puisqu’elle aurait pu, elle même, exercer le poste de Rozie, secrétaire particulière de la Reine.
L’ambiance de ce second tome est légèrement différente, en effet l’histoire qui se déroule sur fond de pré-Brexit-pré-élection-trumpiste est en plus émaillée de lettres anonymes écrites par un corbeau ce qui plombe un peu l’ambiance dans les couloirs du palais. Mais malgré cela, la présence, toujours aussi charmante de la Reine nous offre quelques scènes absolument savoureuses !

L’enquête est encore une fois plutôt sympathique, pas mirobolante ou effrayante (si c’est ce que vous recherchez dans un cosy mystery, alors vous vous êtes trompés de genre ^^), mais elle a tout de même le mérite de ne pas être résolue trop rapidement et de nous apporter à la fois du mystère, du suspense, et de l’humour alors que l’on traque aux côté de la reine son « affreux petit tableau ». A cette occasion, l’auteure a choisi de faire revenir l’enquêteur officiel du premier tome, l’inspecteur-chef David Strong et même si son personnage ne sert pas à grand chose dans la résolution du crime, sa présence ne gâche rien et apporte même une légère touche de rivalité avec les hommes du Palais qui se sentent délicieusement en concurrence avec lui.

Ce second roman, nous offre également, outre la petite enquête, de longs moments en compagnie de Sa Majesté, nous la suivons ainsi dans son quotidien et ce toujours en compagnie de ses fidèles et adorables petits chiens (je suis la seule à vouloir un corgi à chaque fois que je vois ceux de la reine ou c’est une réaction tout à fait saine ? ^^)

En somme j’ai bien aimé cette lecture, qui offre tout ce que l’on attend d’un bon cosy mystery et que vous pouvez découvrir sans avoir lu le premier opus (il vous manquera quelques infos, mais rien de très important). Je regrette simplement que le roman est mis trop de temps à démarrer. Honnêtement quand l’histoire débute enfin, j’étais un peu déboussolée à cause du flash-back qui duuuuur bien trop longtemps à mon goût.

Romans

La Chasse – Bernard Minier

Bonjour à tous, alors que je vous ai un peu abandonné cette semaine parce qu’à la bibliothèque ça a été la folie, je vous propose de retrouver ce matin mon avis sur le dernier né de la saga Martin Servaz.

La Chasse par Minier

« Il y a des ténèbres qu’aucun soleil ne peut dissiper. »
Sous le halo de la pleine lune, un cerf surgit de la forêt.
L’animal a des yeux humains.
Ce n’est pas une bête sauvage qui a été chassée dans les forêts de l’Ariège …

Dans ce thriller implacable au final renversant, Bernard Minier s’empare des dérives de notre époque. Manipulations, violences, règlements de comptes, un roman d’une actualité brûlante sur les sentiers de la peur.

Troisième roman de l’auteur que je découvre, mais le premier en version audio. Je dois vous avouer que j’ai eu un peu de mal à me faire à la voix du narrateur, Hughes Martel, mais passé quelques minutes j’ai fini par m’habituer et me laisser porter par l’histoire proposée par l’auteur.
Une histoire où l’auteur a fait le choix d’intégrer complétement l’épidémie actuelle.

Cette nouvelle enquête se déroule une fois de plus à Toulouse, mais ici la ville rose en proie à une montée de la violence est devenue la ville rouge nous exposant sa face la plus sombre et où la fracture qui scinde actuellement, et depuis longtemps, notre société nous explose à la figure. On y retrouve le personnage phare de l’auteur, Martin Servaz, un flic atypique. Non pas bourru et grognon, comme c’est souvent le cas, mais plutôt un homme cultivé, amateur de musique classique.

Le roman démarre sur les chapeaux de roues (non ce n’est pas un mauvais jeu de mots en rapport avec l’accident de voiture du début), j’ai trouvé ces premières pages extraordinaires, malheureusement la tension qui y règne va vite s’estomper. Je regrette un peu que l’auteur ait choisi de nous dévoiler l’identité des coupables aussi rapidement. Certes, la partie où les enquêteurs les traque est conséquente, mais j’aurais aimé un peu plus de suspense.
Je regrette également la manière dont l’enquête se termine, une simple dénonciation par un coupable prit de remord … mouais !

En somme, je ressors de cette lecture avec un avis plutôt mitigé. J’ai aimé cette lecture, mais elle a un je-ne-sais-quoi qui m’a laissé de marbre. Peut-être le fait que l’auteur est choisi d’ancrer son récit dans la réalité de l’épidémie, alors qu’on rêve tous d’en sortir, ou alors le fait que le coupable ne soit pas réellement traqué avec une enquête palpitante à souhait, allez savoir !
Je remercie néanmoins Babelio et les éditions Lizzie pour m’avoir permis de découvrir ce titre.

Romans

Les romances Harlequin qui ont enchanté mon hiver – 1/2

Bonjour à tous, alors que j’ai l’impression de travailler au Pôle Nord tellement il fait froid à mon boulot, j’ai eu l’envie subite de me replonger dans les douces romances qui ont enchanté mon mois de décembre et dont je ne vous ai pas encore parlé.
Comme j’en ai eu lu un certain nombre (une demie-douzaine tout de même), je vais vous proposer deux articles récapitulatifs d’ici à la fin du mois de janvier.
Servez-vous un chocolat bien chaud et emmitouflez-vous dans un plaid tout doux et c’est parti pour le premier d’entre eux !

Retrouve-moi cet hiver (pour le meilleur et pour le pire) – Cindy Lia

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est cover236807-medium.png

Il est celui qui lui a brisé le cœur… mais aussi le seul qui pourrait recoller ses morceaux.
Depuis que Liv a croisé son regard au mariage de sa meilleure amie, elle ne peut plus nier la réalité  : Josh, son amour de jeunesse est bien là. Cela fait huit ans qu’elle tente, en vain, de l’oublier. Huit ans qu’il lui a brisé le cœur en la quittant, sans plus jamais lui donner de nouvelles. Et aujourd’hui voilà qu’il réapparaît, comme si de rien n’était, dans son petit village enneigé du Maine et dans sa vie… Mais s’il croit qu’il peut effacer les blessures du passé à coup de belles paroles et de sourires charmeurs il se trompe sur toute la ligne ! Elle n’est plus la jeune fille naïve qu’il a connue : l’amour a fait place à l’amertume, et son cœur s’est protégé derrière une armure de glace. Alors, Josh est peut-être revenu avec les meilleures intentions mais il va recevoir le pire des accueils…

Première romance avec laquelle j’ai entamé la saison. Ce fut un début en douceur avec un titre que j’ai trouvé sympathique, attendrissant mais un peu trop longuet. J’aurais aimé que les personnages doutent un peu moins de leurs sentiments et que les choses soient un peu plus claires pour nous dès le début. Je comprends bien que l’auteure ne peut pas nous révéler le fin mot de son histoire à l’ouverture du roman, mais tout de même je trouve qu’elle nous balade un peu trop longtemps avant que l’explication n’intervienne. Malgré tout, ce fut tout de même une bonne lecture, contrairement à la suivante …

Alerte : avalanche d’amour et tempête de flocons – Alex Kin

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est cover236805-medium.png

Noël ça craint… sauf avec toi !
Passer les fêtes dans un chalet de luxe à Megève ? Ça en ferait rêver plus d’une ! Pourtant, Léni, elle, aurait préféré hiberner en solitaire jusqu’à l’année prochaine ; c’est le premier Noël depuis le décès de sa mère, et elle n’a pas vraiment le cœur à faire la fête. Mais sa meilleure amie n’a rien voulu entendre et s’est donné pour mission de lui remonter le moral pendant ces vacances grâce à un programme de festivités délirant. Entre dégustation de chocolat chaud au coin du feu, excursion en raquettes, visionnage de comédies de Noël et bataille de boules de neige, Léni n’aura pas le temps de s’ennuyer ! Elle espère quand même trouver un moment pour discuter un peu avec Will, l’un des invités, cet américain aussi charmant qu’attentionné. Tout le contraire de Valentin, l’employé saisonnier de la propriété, qui n’a pas l’air d’apprécier leur présence et ne se gêne pas pour le montrer…

Comme je vous le disais juste au dessus, j’ai été très déçue par cette seconde lecture. Le personnage principal de cette histoire, Léni, ainsi que tous les problèmes qu’elle trimbale dans sa valise m’ont totalement laissé de marbre. Un vrai bonhomme de neige. Pourtant l’auteure lui a créer tout un tas de problèmes : familiale, amical, la total, mais rien la crème n’a pas prise de mon côté. Et il en va de même pour les autres personnages que j’ai trouvé bien creux et totalement bateaux. Le seul point positif que je retiendrai réside dans la mignonnerie de Cookie, une petite peluche de Noël que les personnages de l »histoire s’amusent à cacher chaque jour durant la période des fêtes. En somme, je crains de d’avoir trouvé cette histoire ennuyeuse et sans grand intérêt !

L’hiver n’est jamais froid au petit café de l’amour – Julia Nole

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est cover236806-medium.png

Mission : sauver Noël (et le café de Madie !)
C’est un fait : depuis que sa grand-mère, Madie, a été placée en EHPAD, rien ne va plus dans la famille de Lili. Sa sœur ne jure que par son travail, son frère frôle le coma éthylique tous les week-ends, et voilà que son père envisage de vendre le café de Madie. Pourtant, cet endroit est tellement plus qu’un simple café ! C’est une véritable institution dans le village, un refuge où venir se réchauffer et un lieu chargé de souvenirs, qui les a tous vus grandir… Non, il ne peut pas disparaître. Alors, Lili va tout faire pour le sauver et permettre à sa grand-mère d’y passer un dernier Noël. Même si ça signifie recroiser Tom, son éternel ennemi d’enfance, celui à qui elle doit le surnom de « Liliputienne » ainsi que sa phobie des insectes. Ce garçon moqueur devenu un officier de police très séduisant… mais toujours aussi énervant !

Heureusement la troisième lecture que j’ai entamé, sitôt la précédente bouclée, a su me réchauffer le cœur à coup de douceur et de bons sentiments (et aussi de délicieux gâteaux, ce qui ne gâche rien !) Lili et Tom forment un duo terriblement attachant, un point que je considère comme essentiel dans une romance. Parce que soyons honnêtes : si le couple ne fonctionne pas entre les pages d’un Harlequin, où pourrait-il avoir un avenir ?!

Romans

Les sept châtiments – Jordi Llobregat

Bonjour à tous !
Étant en pleine lecture du dernier roman de Bernard Minier, La Chasse, je me suis dis qu’il était temps que je vous propose un avis sur un autre titre qui semble avoir charmé l’auteur français (du moins d’après le bandeau publicitaire ^^)

Dans une petite station de ski des Pyrénées, située à la frontière de l’Espagne et de la France, un homme est retrouvé mort au fond des eaux glacées d’une piscine. Il est menotté et ses paupières sont cousues. Alex Serra, inspectrice aux homicides de la police de Barcelone, est envoyée sur place pour mener l’enquête aux côtés de Jean Cassel, un lieutenant de police français. Les investigations prennent un tour imprévu lorsqu’un lien est établi entre la victime et une grande famille de la région, propriétaire des terres de la vallée, dont l’héritière vit recluse dans un manoir isolé. C’est en effet dans l’histoire tourmentée du village, lieu de passage des fugitifs pendant la Seconde Guerre mondiale, que semble se trouver la clé de l’affaire. D’une ancienne colonie industrielle perdue dans la montagne jusqu’à un mystérieux monastère, Alex et Jean vont devoir réveiller bien des vieux fantômes pour découvrir la vérité. Et le temps leur est compté : alors qu’une tempête sans précédent s’abat sur la région, la liste des victimes ne cesse de s’allonger.

Ce roman et sa très belle couverture, qui je dois bien l’avouer m’a un peu poussé à le découvrir, est le deuxième publié par Jordi Llobregat, mais le premier que je découvre. Comme vous avez pu le lire dans le résumé ci-dessus, l’auteur a choisi de situer son histoire du côté espagnol des Pyrénées, une première pour moi.

L’enquête que l’on suit dans Les Sept châtiments est un peu classique et elle va suivre, vous vous en doutez, un certain schéma porté notamment par un cérémonial inspiré par les sept pêchés capitaux expliqués par Dante. Mais ce classicisme ne m’a pas empêché de savourer ici un bon roman policier. J’ai notamment apprécié les personnages mis en scène par l’auteur. D’autant qu’il a prit la peine d’étoffer leur biographie tout en nous laissant de grande part de mystères, ici je pense essentiellement à Álex Serra, dont au final on ne saura rien de plus sur son passé. Un passé qui pourtant la hante au plus haut point … C’est donc a une équipe de flics recomposées que l’on a affaire ici : l’enquêtrice principal Álex Serra, un frenchi Jean Cassel et deux jeunes collaborateurs qui apportent une dose de joyeuseté bienvenue dans la morosité ambiante.

Mais assez parlait des personnages, passons à l’histoire en elle-même. L’auteur nous propose un récit qui alterne entre le présent et les passés, je le mets en pluriel car on suit les souvenirs de différents personnages. L’intrigue qui se déroule donc essentiellement sur deux périodes peut potentiellement perdre certains lecteurs, mais n’ayez crainte l’auteur a su proposer un emboîtement de qualité aux pièces du puzzle qu’il a étalé devant nos yeux tout au long de son récit. Et c’est donc avec bonheur que j’ai assemblé les passages découverts dans un journal intime d’une jeune fille juive qui relate sa fuite à travers les Pyrénéens pour échapper aux rafles nazies et le présent où les enquêteurs doivent faire face à la découverte parfois un peu crue des victimes du tueur qui sévit dans cette histoire.
Outre les personnages qui ont de la profondeur, j’ai apprécié l’action qui est présente presque à chaque page de ce roman disponible aux Éditions du Cherche Midi. Et je regrette peut-être juste un peu certains passages qui ont ralenti ma lecture, notamment ceux mettant en scène les opposants à la candidature aux JO de la zone montagneuse où se déroule l’action, je sais que ces moments ne sont là que pour brouiller les pistes justement mais je m’en serais bien passée ! Malgré tout, l’auteur parvient à nous surprendre en beauté au moment de conclure son histoire !

Romans

Les Mots fantômes – David Moitet

Bonjour à tous, cet après-midi j’ai envie de vous faire partager mon avis suite à ma lecture, il y a quelques semaines, du dernier roman de David Moitet, Les mots fantômes disponible chez Didier Jeunesse.

A l’origine, j’ai choisi de découvrir ce roman parce que j’ai flashé sur sa couverture que je trouve sublime, et puis au fur et à mesure l’histoire proposait par David Moitet a su me séduire … presque jusqu’à la fin ! Mais avant de vous en dire plus, je vous laisse découvrir le résumé de ce titre :

Eliott est en maison de repos, sa mère vient de mourir. Cependant, il est clair pour lui que cette mort est suspecte, et qu’il ne s’agit pas du suicide qu’on veut lui faire croire. Lilas, une pensionnaire du centre, a un choc en voyant une photo de la mère d’Elliot : c’est une des apparitions qui la hante tous les jours. Elle comprend qu’elle a le don de voir les morts, ce que sa famille s’évertue à lui cacher depuis des années. 
Les deux adolescents se lancent dans une double enquête, à la recherche de la vérité, au péril de leur vie…

Dans ce nouveau roman, destiné à un public adolescent, nous faisons connaissance avec Eliott, une jeune garçon dont la mère vient de décéder, dans des circonstances qui le laisse perplexe, et Lilas une jeune fille qui subit depuis des années des crises de paniques d’un genre bien particulier. Suite à divers éléments, qui n’ont pas grand intérêt dans cet article, les deux adolescents se retrouvent internés. S’en suit une foule de péripétie faisant intervenir des fantômes, des amis pour le moins particuliers mais terriblement attachants et un tueur dont le sang froid n’a d’égal que ses relations hauts placées.

L’histoire était plutôt intéressante, très bien écrite jusqu’à son dénouement dans lequel l’auteur a, je trouve, bâclé le sort réservé aux méchants qui ont émaillé son récit. Mais si on fait abstraction de ce léger point négatif, Les mots fantôme est un roman fort sympathique que je vous recommande bien volontiers.

Romans

L’Antidote mortel, tome 2 : La casque maléfique – Cassandre Lambert

Bonjour à tous, après notre traditionnel C’est lundi, que lisez-vous ?, je vous propose de réellement attaquer la semaine avec un nouvel avis lecture. Celui d’aujourd’hui concerne le second et dernier tome de la série L’Antidote mortel écrit par Cassandre Lambert et disponible aux éditions Didier Jeunesse.

Whisper accède à peine à ses fonctions royales que le palais est assiégé. Contrainte de s’enfuir à nouveau, son unique dessein est de sauver le royaume. Eden, en quête de vérité sur son père, s’engage au cœur d’une forêt ensorcelée. Elle découvre l’existence d’un casque fascinant et convoité de tous. De son côté, Jadis doit apprendre à maîtriser ses nouveaux pouvoirs, au péril de sa vie… Les trois héros parviendront-ils à se retrouver et à remporter leur bataille ?
Suite et fin d’une série époustouflante, où Whisper, Eden et Jadis font plus que jamais preuve de bravoure… et laissent éclater leurs sentiments !

Ayant découvert cette série à la fin du printemps de cette année, j’ai été très satisfaite quand j’ai appris que le second tome était déjà disponible. En général, je suis d’un naturel plutôt patient, mais bon c’est toujours agréable quand l’attente est courte. En effet, comme vous le savez parfaitement, cela permet de bien mieux se souvenir des événements survenus au début d’une histoire. Et d’ailleurs en parlant d’événements antérieurs, je vous propose de relire mon avis, juste ici, pour vous remémorer de quoi il était question.

Ce second tome, qui est une suite directe de son compère, nous replonge dans les terribles péripéties vécues par Whisper, Jadis et Eden. Les trois jeunes gens, devenus amis au fil de leurs aventures, se retrouvent une fois de plus confrontés à des événements qui les dépassent.

L’alternance de personnage, quasiment à chaque chapitre, proposée par l’auteure lui permet d’étendre son histoire sur une vaste zone géographique et ainsi de nous faire découvrir de nouvelles contrées dans l’univers qu’elle a créé.

Ce second tome est également l’occasion pour nous de découvrir de nouvelles facettes de la personnalité des personnages qui composent cette série. Contrairement au premier tome où je les ai parfois trouvés agaçants et immatures, les personnages ont ici muris et gagné en sympathie. Notamment les deux jeunes filles, qui ont enfin décidé de penser un peu aux autres et non plus systématiquement à leurs petites personnes.

Au final, je ressors de cette lecture plutôt satisfaite. Je ne garderai pas un souvenir impérissable de cette lecture, mais au moins, j’ai passé un bon moment.

Romans

Bien cordialement, votre employée (complètement folle de vous) – Caro M. Leene

Bonjour à tous, en cet bel après-midi et alors que je vous ai proposé hier un cosy mystery, j’avais envie de vous proposer mon avis sur une romance découverte cet été. Bien cordialement, votre employée (complètement folle de vous) dont le titre est bien trop long est le second roman de Caro M. Leene que je découvre après Cher père Noël, je voudrais un mec ! (dont vous pouvez retrouver mon avis en suivant le lien). J’ai trouvé cette lecture plus sympathique que la précédente, même si elle est tout de même très (trop ?) classique.

L’avantage de fantasmer sur son patron ? Fini de traîner les pieds pour aller au bureau !
 
Dans la vie, Aubrey a trois fantasmes  : Ryan Gosling, Liam Hemsworth et Jace Adam. Jace Adam, le riche businessman qu’on aperçoit dans toutes les soirées branchées de la ville, le patron de la start-up new-yorkaise numéro un et… son crush de lycée. Mais attention, si elle s’est fait embaucher dans son entreprise, c’est uniquement pour profiter d’une opportunité professionnelle en or, pas pour le mater en douce  ! D’accord, elle doit avouer que Jace est encore plus séduisant qu’avant, avec ses cheveux en bataille, sa petite fossette et son charisme d’entrepreneur à succès. Mais Aubrey aussi a changé  : elle n’est plus l’élève timide et réservée qu’elle était à l’époque. Cette fois, elle ne laissera pas cette peste de Serena, l’éternelle petite amie et désormais associée de Jace, lui mettre des bâtons dans les roues. Elle sera une employée modèle et se limitera à des échanges strictement professionnels… ou presque  ! 

Bien cordialement, votre employée (complètement folle de vous) met en scène un couple (oh le spoil !) m’a foi bien adorable. Aubrey, c’est le genre d’héroïne qu’on apprécie facilement : gentille, attentionnée mais pas du tout nunuche. Un très bon point pour ce court roman disponible aux édition Harlequin, dans leur collection &H. Quant à Jace, lui c’est plutôt le beau gosse, plein aux as et à qui tout réussi, mais bon il a le mérite d’être sympathique alors on va dire qu’on lui pardonne ce léger défaut (oui être millionnaire, s’est devenu un défaut ^^).

L’histoire proposé dans ce roman par Caro M. Leene ne casse pas trois pattes à un canard (faut que j’arrête avec cette expression, je vais avoir le WWF aux fesses un jour ^^), mais elle a eu le mérite de me faire passer un bon moment cet été, d’autant que j’ai vraiment apprécier les efforts fournis par Jace afin de reconquérir l’élue de son cœur. Tout comme j’ai passé un excellent moment en compagnie des personnages secondaires de ce roman, notamment ce meilleur ami styliste dont toutes les filles rêveraient !

En somme, il s’agit d’une histoire amusante, pleine de punch et d’humour et je ne manquerai de découvrir très prochainement F*** Eve, mon père Noël s’appelle Adam ! que l’auteure vient de faire paraître toujours aux édition &H.

Romans

Mort sur le Transsibérien : Une enquête d’Olga Pushkin – C.J. Farrington

Bonjour à tous, en cet après-midi bien trop longue à mon goût, j’ai décidé de vous proposé mon avis sur un polar (presque) russe … Écrit par un british, l’histoire se déroule tout de même au fin fond de la Sibérie et vous pourrez le découvrir dès le 4 novembre en librairie aux éditions Hugo*Thriller.

Bienvenue à Roslazny, un petit village assoupi de Sibérie, enseveli sous la neige, engourdi par le froid.
Olga Pushkin est la garde-barrière du village. C’est elle, notamment, qui veille au bon déroulement du passage du majestueux Transsibérien, depuis la petite maison où elle vit seule avec son hérisson et son amour de la littérature. Car la littérature, c’est la grande affaire de la vie d’Olga ; et son rêve, c’est de rejoindre l’université de Tomsk – l’Oxford sibérien – et de quitter Roslazny où jamais rien ne se passe…
Mais la chape de silence et de froid qui semble congeler le village va bientôt se fissurer : lettres anonymes et petits larcins vont réveiller la rumeur de l’existence d’une Baba Yaga, ces sorcières féroces qui se cacheraient dans les immensités gelées de la taïga russe.
Et lorsqu’un touriste américain tombe du Transsibérien après avoir été égorgé, la bouche pleine de pièces de 10 roubles, l’angoisse s’empare de Roslazny. Un deuxième mort, et c’est la panique dans le village ; d’autant plus que l’inspecteur en charge de l’enquête, l’énigmatique et boudeur Vassily Marushkin, se retrouve emprisonné par son machiavélique supérieur, l’inspecteur-chef Babikov.
Alors Olga va devoir mener elle-même l’enquête, d’abord pour disculper Vassily, puis pour comprendre qui sème ainsi le trouble à Roslazny. Mais le temps presse, et les pistes semblent se perdre dans la brume qui encercle le village.

Dans ce tout premier roman mettant en scène Olga Pouchkine, l’auteur a prit tout son temps pour poser son décor. Peut-être un peu trop à mon goût, je me suis hélas ennuyée pendant près d’un tiers du roman avant que l’enquête mentionnée dans le titre ne débute enfin ! Mais je dois bien reconnaître qu’une fois que C.J. Farington en a enfin terminé avec le quotidien plan-plan d’Olga, l’histoire prend un autre tournant notamment quand la naïve Olga se retrouve assommée (au sens propre) par un mort des plus mystérieux. Décidant qu’il s’agit là de sa chance de faire bouger un peu sa vie, la jeune russe va mener l’enquête (bon grès, mal grès) aux côtés de policiers parfois plus véreux qu’une vieille pomme !

L’enquête en elle-même a été plutôt sympathique, bien ficelée surtout et avec de nombreuses fausses pistes qui permettent de faire durer le plaisir, mais je regrette une fois de plus les longueurs et les bavardages intérieurs d’Olga qui m’ont terriblement ennuyée !

L’auteur nous propose une fin ouverte, ce qui semble présager une suite … que je ne lirai probablement pas, n’ayant pas été convaincue par l’héroïne que j’ai trouvé trop naïve.

Romans

Reviens vite, tu me manques déjà ! – Julia Parme

Bonjour à tous, en cette fin d’après-midi je vous propose de découvrir mon avis sur une autre romance lu cet été, mais qui saura également enchanter vos soirées d’automne !

Fleuriste créative cherche client charmant pour concevoir de jolis bouquets… et plus si affinités.

Un sourire ! C’est tout ce qu’il a fallu pour que le cœur d’Iris s’emballe ce matin. Il faut avouer que son nouveau client, Gabriel, est plus charmant que la plupart des habitués de sa boutique. Et galant, qui plus est ! Il n’a pas hésité à lui venir en aide lorsqu’elle s’est coupée avec l’un de ses outils. Un réflexe que n’aurait certainement pas eu Édouard, son petit ami de longue date, qui a toujours fait passer ses copains avant elle. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour imaginer quoi que ce soit entre elle et Gabriel. D’autant que, si ce dernier lui a acheté des fleurs, c’est sûrement pour les offrir à quelqu’un qui lui est cher… C’est vite vu : s’il ne remet plus les pieds dans son magasin, Iris sera fixée. Mais s’il revient… c’est peut-être qu’elle lui plaît elle aussi !

Reviens vite, tu me manques déjà !, c’est une jolie histoire, toute en douceur, dans laquelle nous faisons connaissance avec Iris une jeune femme fleuriste de formation et heureuse propriétaire de la belle boutique « Les Lys de Lily ». Heureuse dans sa vie professionnelle et amicale, il n’en ai pas tout à fait de même dans sa vie amoureuse, surtout lorsqu’elle se rend compte que l’homme qui partage sa vie, Édouard, depuis six ans déjà, n’a pas la même vision de la vie et n’envisage pas d’approfondir leur relation. Une constatation bien triste qui aurait pu miner le moral de la douce Iris si, quelques temps auparavant, elle n’avait pas fait la connaissance d’un client au charme ravageur. Ce dernier, Gabriel, est tout simplement parfait. Tendre et bienveillant, c’est le gendre idéal. Des personnages sympathiques et qui m’ont semblé réels donc (parce que oui le beau gosse millionnaire c’est bien mignon, mais on en trouve pas à tous les coins de rues !)

Mais un joli couple principal ça ne fait pas tout, et pour ça l’auteure a réussi son coup en agrémentant son histoire de personnages secondaires tout aussi agréables à rencontrer. Notamment avec Jeanne, la meilleure amie d’Iris (et accessoirement sa colocataire), la maman d’Iris qui joue un rôle central dans cette belle histoire, ainsi que de multiples autres visages qui ne font parfois que passer et qui pourtant ajoutent encore une touche d’humanité à cette belle histoire qui prend tout son temps pour s’épanouir.

L’histoire que propose Julia Parme est toute simple, et même si on se doute de la fin, après tout nous sommes dans un roman d’amour, j’ai pris un réel plaisir à suivre les (més)aventures de nos deux protagonistes principaux, à découvrir leurs réactions face à une peur de l’engagement bien naturelle et qui les amènent à vivre des moments intenses. D’ailleurs en parlant de péripéties, je tenais à revenir un instant sur la rencontre initiale du couple, moi qui ai tendance à débiter plus de jurons qu’il est nécessaire dès que quelque chose tourne mal, je me suis immédiatement reconnu dans Iris et le délicat accueil qu’elle propose à Gabriel lors de leur première rencontre.

Un roman doux, attendrissant mais qui ne manque pas de piquant … comme une jolie rose !

En somme, Reviens vite, tu me manques déjà ! m’a permis de découvrir une jolie plume, pleine de douceur, que je recommande bien volontiers à tous les amateurs de romance !