Séries TV

La esclava blanca, Victoria – Telenovela

LA-ESCLAVA-BLANCA-SLIDEROK

On se retrouve aujourd’hui pour que je vous parle d’une des séries TV que je suis  actuellement en train de regarder. Cette série date de 2016, mais je l’ai découverte très récemment sur le replay d’M6. Il s’agit de l’esclave blanche, Victoria.
Non, vous ne rêvez pas, elle est encore dans mes séries en cours, et pour cause, elle compte plus de 60 épisodes de 45 minutes chacun (on est loin des 13 épisodes à la sauce Netflix !) Du coup, j’avance à mon rythme, un ou deux épisodes à la fois (en général je ne fais du binge-watching que pendant les vacances ^^), car je dois bien avouer que parfois c’est lourd comme ambiance (les esclaves qui se font violer, les mauvais traitements divers et variés, des coups de fouets en veux-tu en voilà … bref tout ça tout ça).

Mais reprenons les choses dans l’ordre !
Voici tout d’abord un petit résumé de base de la série :

Victoria a été élevée par des esclaves marrons suite à l’incendie qui a ravagé l’hacienda où vivaient ses parents, propriétaires terriens et d’esclaves. Ces derniers ont été tués par l’incendie. Des années plus tard, suite à plusieurs événements, le village où vivait les esclaves marrons n’existe plus et Victoria est envoyée contre son grès en Espagne.

Les années ont passés et Victoria est devenue une jeune femme. Grâce à un stratagème, elle parvient à revenir en Colombie. Elle se fait passer pour la Marquise de Bracamonte venue d’Europe afin d’épouser Nicolàs Parreño, puissant propriétaire terrien. Ce dernier est loin de se douter que Victoria est revenue afin d’obtenir justice et de libérer sa famille de l’esclavage.

nerea_camacho

Dès le début, j’ai flashé sur … les tenues magnifiques des acteurs ! Et oui, j’adore les films dits « en costume », pas ma faute … j’ai été bercé à Sissi l’impératrice (avec Romy Schneider) dans ma jeunesse !
Et puis que dire des décors, si ce n’est qu’ils sont tous plus sublimes les uns que les autres ! Pour info, la série est tournée dans les somptueux paysages colombiens.

Mais avant de vous parlez plus amplement de ce que j’ai pensé de cette série, laissez moi vous présenter les personnages qui la compose. On trouve tout d’abord :

– Victoria : Fille de propriétaires blancs, elle est élevée par un couple d’esclave à la suite d’un incendie où ont périt ses parents. Elle grandit dans un palanque, et est envoyée dans un couvent en Espagne par le prêtre du village qui pense ainsi la protéger des meurtriers de ses parents … Ce dernier ignore qu’elle reviendra des années plus tard afin de se venger et de retrouver sa famille et son amour de jeunesse, Miguel.

– Miguel : Ami de Victoria depuis leur plus jeune âge, il est fait esclave quand le palanque est découvert. Il a toujours gardé l’esprit d’un homme libre, ce qui fait de lui un ardent défenseur de la cause noire, qui n’hésite pas à braver la justice raciste de l’époque pour faire reconnaître les droits de ses compatriotes.

– Nicolás : C’est un entrepreneur aussi puissant qu’ambitieux. Un homme capable de tout dès lors que l’argent et le pouvoir sont en jeu. Nicolás se vante d’être le propriétaire de l’Eden (autrefois la propriété des parents biologiques de Victoria). Sans savoir qui est réellement Victoria, il en tombe amoureux, ignorant qu’elle est sa pire ennemie, venue pour mettre à bas son royaume et récupérer ce qui lui revient de droit.

– Remedios : Fidèle amie de Victoria, on rencontre cette dernière dans le couvent en Espagne où est envoyée la jeune fille. D’un naturel plutôt trouillarde, Remedios suit pourtant Victoria dans chacune de ses aventures, lui apportant un soutient sans borne … à ses risques et périls …

– Doña Adela : Belle-mère de Victoria, c’est une femme acariâtre, pour qui les esclaves ne sont que des marchandises et certainement pas des êtres -humains … Pourtant à l’origine du mariage entre Victoria et son fils, Nicolás, elle fera tout pour mettre des battons dans les roues de sa belle-fille …

– Isabelita : Fille issue du premier mariage de Nicolás, elle semble être atteinte de la maladie des enfants lune (le soleil lui brûle la peau). Petite peste égocentrique dans les premiers épisodes, son personnage prend de l’ampleur au cours de l’histoire …

Au fil des épisodes, j’ai eu des moments de « vide », parfois les personnages et essentiellement Miguel, m’ont agacé, mais je me suis accrochée et j’en suis actuellement à plus de 40 épisodes et la série me tient toujours en haleine. Je poursuis ma découverte du monde, toujours plus violent de l’esclavage sud-américain.

P.S. : En faisant des recherches sur la série (mauvaise idée, je me suis faite spoiler !), j’ai découvert que l’actrice qui incarne Victoria et aussi l’interprète de Daniel, la sœur de Babi dans l’adaptation de 3 mètres au dessus de ciel … et dont vous pouvez retrouvez mon avis sur le troisième tome de cette saga par ici —–>

Publicités
Séries TV

Orange is the new black – Saison 6

orage

Depuis que j’ai débuté cette série, il y a maintenant trois ans avec mon colloc, j’attends chaque année, avec impatience, de découvrir la suite des aventures rocambolesques des prisonnières de Litchfield ! Cette année encore je n’ai (presque) pas été déçue.

Rappelez-vous après l’émeute de la saison 5, les prisonnières étaient toutes séparées. On les retrouve ici, plus perdues que jamais, et on débute la saison avec une Suzanne plus en forme que jamais !
Son personnage interprété par et l’un de mes préférés depuis de nombreux épisodes. L’actrice parvient à nous faire rire, surtout par ses mimiques, dans des situations toutes plus désespérées les unes que les autres.

Crazyeyes

Sans trop vouloir vous spoiler, le synopsis de cette saison se déroule au QHS (Quartier Haute Sécurité). On a donc droit à une ribambelle de nouveaux personnages, détenues plus dangereuses les unes que les autres, matons profiteurs … encore une belle brochette qui nous régale durant les treize épisodes de cette nouvelle saison. Le dernier, comme l’année précédente, dure plus d’une heure, de quoi profiter un maximum de ces personnages en attendant la (possible) nouvelle saison.

Pour ma part, j’ai particulièrement apprécié le retour en force de Caputo, allez savoir pourquoi depuis quelques temps, j’apprécie de plus en plus son personnage : il a beau tout faire pour aider les prisonnières, il finit toujours en dindon de la farce !

On en apprend également plus sur le passé de Frida Berlin, la grande survivaliste de la saison 5, en faisant connaissance avec d’anciennes co-détenues de ses premières années d’incarcération.

Mais cette saison, comme les précédentes ne manque pas d’insuffler la juste dose de sentiments mélancoliques à nos personnages : Red qui se sent abandonnée, Maria dont la force morale s’étiole de jour en jour … Quant au sort qui est réservé à Taystee, je ne préfère même pas vous en parler !

Bref encore une bonne saison, même si j’ai trouvé qu’elle traînait parfois en longueur et si j’ai été déçue de la disparition de certaines filles (envoyées dans d’autres prisons suite à l’émeute) et à l’histoire un peu bâclée des deux « méchantes » de cette saison. J’aurai également apprécié que le scénario se penche plus sur le sort des matons qui ont subi la révolte de la saison précédente … peut-être cela sera-t-il traiter dans une saison future (si saison future il y a …)

Tortellini  🐙