Séries TV

The 100 – Jason Rothenberg

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous ai préparé un petit article sur une série que je dévore depuis quelques temps sur Netflix, comme vous vous en doutez il s’agit de la série The 100, dont il existe aussi une version papier écrite par Kass Morgan, mais que je n’ai pas lu.

Description de cette image, également commentée ci-après

 

Actuellement la série compte six saisons (une septième est d’or et déjà prévue), dont cinq sont disponibles pour l’instant sur Netflix. Afin que vous puissiez vous faire votre propre idée sur cette série, voici un court résumé du pitch de départ :

 

Cela fait 97 ans qu’une apocalypse nucléaire a ravagé et irradié la Terre. Sur une station spatiale qui était en orbite à ce moment-là, l’Arche, des humains ont survécu et ont organisé leurs vies et celles de leurs enfants selon des règles très strictes : n’importe quel acte illégal est passible de la peine de mort par éjection dans l’espace, sauf pour les moins de 18 ans qui s’accumulent dans la seule prison. C’est alors que les dirigeants s’aperçoivent que l’Arche ne pourra plus les maintenir en vie pour longtemps, et décident d’envoyer 100 prisonniers sur Terre pour savoir si celle-ci est redevenue habitable.

Comme je vous le disais plus haut, je n’ai pas lu les romans, alors n’attendez pas de moi que je vous fasse une comparaison entre les deux supports et les similitudes ou différences qui peuvent exister.

A de nombreuses reprises je me suis dis que l’intrigue est vraiment très dynamique. Chaque saison est riche en rebondissements, pour l’instant je n’ai pas l’impression que l’histoire s’épuise. J’apprécie de nombreux éléments au niveau du scénario, entre autres les passages opposant les natifs aux habitants de l’ex-arche.

Mais je pense que si je me suis autant accrochée à cette série, c’est essentiellement du à ses personnages auquels on s’attache très facilement, même si certains sont parfois un peu trop entêtés (notamment Jasper ou Octavia). J’aime la manière dont les scénaristes intègrent (ou font disparaître) les personnages, en général c’est très finement joué et j’ai l’impression qu’ils ont toujours fait partie de la bande de survivants. Je trouve que les protagonistes dégagent beaucoup de charisme, cela est sûrement du au fait que ces adolescents soient livrés à eux-mêmes sur une planète qu’ils ne conaissaient qu’à travers leurs cours d’histoire, ayant toujours vécu sur l’Arche ils ne connaissent rien à la nture qui les entoure.

Au fur et à mesure que les saisons s’echaînent j’ai apprécié de voir les personnages vieillir, évoluer. Certains semblaient êtres des enfants à leur arrivée sur Terre, c’est maintenant des adultes sur qui le groupe peut compter.

Notamment le personnage de Clarke ou encore celui d’Octavia. Toutes deux ont en réellemet bavé depuis leur arrivée sur Terre. Mais les épreuves qu’elles ont traversé en ont fait des personnages très important de la série. Leurs attitudes, leur entêtement peuvent parfois m’agacer un peu, mais elles font partie des personnages que j’apprécie le plus dans la série. Mais pour moi le personnage qui compte le plus dans tout ce groupe, c’est celui de Monty. J’ai l’impression qu’il est celui qui a le plus évolué, parti de rien il est devenu l’un des piliers du groupe.

Les décors sont magnifiques, que ce soient ceux de l’Arche ou encore de Polis, la capitale des Natifs, je les trouve très travaillés et la plupart d’entre eux me semblent êtres réels et non en carton.
De bons décors mélangés avec des passages dramatiques, et certaines scènes ont réussi à me tirer des larmes. J’irai même jusqu’à dire que certains passages m’ont tué, et pas que moi si vous voyez ce que je veux dire …

Après cette ribambelles d’éloges, je me dois tout de même de vous signaler que certains éléments m’agacent un tantinet : c’est quoi ces tenues de warrior ? Pourquoi les natifs ne maîtrisent pas la technologie ? Des points que j’aurai aimé voir éclaircis, mais qui ne m’empêchent pas de cotinuer mon visionnage. Et même si j’ai bien plus aimé certaines saisons que d’autres, la saison trois m’ayant particulièrement agacé, je me suis tout de même accrochée pour mon plus grand plaisir alors que je suis toujours plongée dans la cinquième saison de cette série (la chaleur fait que je regarde moins la télé, je profite de mon jardin le plus possible).  J’attend d’ailleurs avec impatience que la saison six soit diffusée sur Netflix.

signature

Publicités
Uncategorized

C’est mardi, que lisez-vous ? #23

illustration mardi que lisez-vous

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Les réponses tout de suite !

Ce que j’ai lu cette semaine :

la fille qui avait bu la lune

J’ai du m’accrocher pour terminer cette lecture, pourtant elle n’était pas si mal que ça, je vous en dirai plus très prochainement dans l’article qui lui sera consacré.

Résultat de recherche d'images pour "les 5 mondes tomes 3"

Nouveau tome de cette série, à peine acheté, déjà dévoré !

sur le fil du coeur

J’ai eu un peu de mal avec le style de l’auteur, mais j’ai tout de même poursuivi ma lecture. Au final, je suis plutôt déçue, mais je vous en dirai plus prochainement.

Je suis en train de lire :

 

Le manuscrit inachevé Thiliez Lizzie

Oh bon sang, ça devient terrible, il me tarde d’avoir le fin mot de cette histoire pour que mon petit cœur puisse enfin se clamer !

 

Ce que je lirai ensuite :

Je pense commencer ces deux titres, mais je n’ai pas encore réellement décidé, je ferai en fonction de mes envies.

 

signature

 

Romans

Monsieur – E.L. James

Bonjour à tous, aujourd’hui je m’attaque à un article de taille, non qu’il sera très long, mais il fut compliqué à écrire. En effet j’étais tentée par la lecture du nouveau chef-d’œuvre (Hahahaaaaa) de E.L. James, mais il s’agissait essentiellement de curiosité mal placée … or ma lecture ne fut pas si terrible que ça, ce que j’ai beaucoup de mal à admettre !

Londres 2019. La vie est douce pour Maxim Trevelyan. Avec sa belle allure, ses relations aristocratiques et son aisance financière, il n’a jamais eu à travailler et dort rarement seul. Mais tout va changer lorsque la tragédie frappe et que Maxim hérite du titre de noblesse, de la fortune de sa famille, et de toutes les responsabilités qui en découlent. Un rôle auquel il n’est pas préparé et qu’il a du mal à assumer.
Son plus grand défi sera de lutter contre son désir pour une jeune femme énigmatique fraîchement arrivée en Angleterre et dont le passé trouble semble inquiétant. Réservée, belle et douée pour la musique, elle reste un mystère, et Maxim éprouve pour elle une passion qui lui est inconnue et qu’il n’ose nommer. Qui est Alessia Demachi ? Maxim peut-il la protéger de la malveillance qui la menace ? Et comment réagira-t-elle quand elle apprendra qu’il a lui aussi ses propres secrets ?

Résultat de recherche d'images pour "monsieur el james"
Entrer une légende
Autant les couvertures de 50 nuances étaient magnifiques, autant là c’est moche !

Commençons par le commencement. Le premier chapitre. Celui-ci est effréné, le personnage qui l’habite semble fuir un terrible danger et puis … plus rien, on passe totalement à autre chose dès le second chapitre. On fini par en comprendre la signification que bien après. J’ai trouvé que c’était mal construit, après tout j’étais venue pour une romance et là on me sert un truc qui est censé me faire frissonner, désolée mais il y a erreur !

Mais bon bref passons, la fameuse histoire d’amour que j’attendais fini bien par arriver. Il s’agit d’une histoire d’amour plutôt gnangnan, les personnages ne se connaissent pas encore, qu’ils s’aiment déjà. A propos des personnages principaux justement, ils sont à tendances très caricaturales (Monsieur, où quand Barbie l’immigrée-vierge-effarouchée rencontre Ken le-millionnaire-accro-au-sexe), fort heureusement ils s’améliorent au cours du récit.

Concernant les personnages secondaires, je ne retiens que celui de Caroline, qui est absolument détestable. Une saleté de petite bourge mal embouchée et pseudo tristounette (mais qui subitement change à son tour pour devenir une fille sympathique le temps d’un court moment, c’est à rien y comprendre).

Oh et puis tant que j’y suis à vous parler de Caroline, autant que je vous parle de Kit, son défunt époux, frère de Maxim. Au début du livre, ce dernier est décédé très récemment et un mystère plane sur sa mort, ce dernier ne sera jamais élucidé, ça ne valait donc pas le coup de le mentionnait à d’aussi nombreuses reprises si c’était pour le laisser choir comme une vieille crêpe au soleil !

Une grande partie du roman est construite autour du passé de Alessia, une histoire secondaire plutôt intéressante et qui apporte un peu de piquant à l’histoire, même si un fois de plus elle a tendance à tomber à plat.

Et quand l’histoire se détache de l’inquiétant passé d’Alessia, le roman fait dans l’originalité en étant rempli de scènes de … sexe ! Vous y avez cru à l’originalité hein 😉 J’ai donc trouvé qu’il y avait de trop nombreuses scènes de sexe qui s’étendent sur des pages et des pages, mais, pour info, pas de sado-masochisme à recenser cette fois (c’est déjà un bon point ^^).

Pour terminer cet article je ne peux pas m’empêcher de vous parler du voyage qu’entreprend Maxim en Albanie et de sa rencontre avec les parents de Alessia, cette scène dont je vous expliquerai pas la raison est à la limite du cocasse.

Si je devais tout de même retenir un bon point sur cette lecture, je dirai que la plume de E.L. James, qui n’était pas d’une grande qualité lors de sa première trilogie, s’est ici un peu améliorée, du moins c’est l’impression que j’ai eu (mais peut-être est-ce du à la traduction …).
Oh et puis histoire de pas être trop méchante (Torti c’est toi qui a choisi ce livre, personne ne t’y a forcé), je pourrai aussi vous dire que Maxim et Alessia forment un couple plutôt choupinet.

En somme ce nouveau titre de E.L. James n’est pas affreux, mais j’ai déjà lu des romances pimentées bien plus originales que celle-ci.

signature

Uncategorized

My bookish family TAG

Bonjour à tous, ce week-end, je pars en vadrouille avec ma sœur et ma cousine pour notre traditionnel week-end annuel entre gonzesses, destination le Futuroscope ! A l’occasion de cette petite virée en famille, je voulais vous proposer un nouveau TAG consacré à la famille livresque que j’aurai aimé avoir.

  • Qui seraient vos parents ?

J’adore mes parents, je les trouve extraordinaires, mais après tout si on me laisse le choix parmi tous les personnages littéraires que j’ai pu croiser jusqu’à présent je dirai …

Hana, la maman d’Ame et Yuki dans le manga de Mamoru Hosoda, si elle a pu élever deux enfants-loups, s’occuper d’un petit poulpe dans mon genre ne recrutons lui faire peur 😉

Et pour mon papouné livresque je me choisi Torakichi du manga Père & fils, de Mi Tagawa. Au début il galère un peu (beaucoup), mais par la suite il devient un papa modèle et dévoué (un peu comme le mien !)

Image associée

  • Qui serait ta sœur ?

Choix cornélien, je ne tiens pas à la vexer en choisissant n’importe qui pour la remplacer. Mais étant donné que ma sœur est un panier percé, ça serait bien si je pouvais trouver quelqu’un d’un peu moins dépensier, ça me changerai !
Par conséquent mon choix se porte sur Mélissa, la grande soeur dans le roman d’Ana Paire Ils peuvent tous aller se faire voir. 

  • Et qui serait ton frère ?

Bon, je n’ai pas de frère, alors au moins là je ne vais vexer personne.
Mon choix se porte sur la personne d’Edward Elric, du manga Fullmetal Alchemist que j’affectionne tout particulièrement. Edward est râleur (un point qu’on auraient en commun), mais je pense qu’il n’existe pas de frère plus dévoué à sa famille que lui !

Image associée

  • Qui pourrait bien être ton animal de compagnie ? 

Alors là c’est pire qu’un choix cornélien, j’adore trop les bestioles magico-choupinettes qu’on croise dans les livres … mais comme il faut bien faire un choix je vais dire Pinpin, le ver-pinceau issu du monde de L’Atelier des sorciers, de Kamome Shirahama. Je l’adore beaucoup trop et je viens à peine de lire le quatrième tome de cette série où un passage lui est entièrement consacré, ce qui m’a donné l’idée de le choisir.

115

  • On vivraient tous … 

A Esmera. Le monde magnifique décrit dans L’Arrache mots de Judith Bouilloc et où certaines personnes ont la capacité d’extraire des mots des histoires qu’ils lisent ! Mais outre cette particularité enchante, ce monde me semble être parfaitement vivable, sans dictateur fou ou affreux monstre qui voudrait s’en prendre à ma vie.

  • Et on iraient à l’école … 

Là je ne vais pas faire dans l’originalité, mais je dirai Poudlard. Après tout qui n’a jamais rêvé de passer des heures dans cette fameuse grande salle ?! Mais Poudlard avec quelques améliorations, du genre les uniformes de Beauxbaton qui ont l’air d’êtres soyeux et tout doux contrairement aux vieilles robes noires qui doivent gratter !

Résultat de recherche d'images pour "poudlard grande salle"

  • Là-bas qui serait ton/ta meilleur(e) ami(e) ? Bien évidemment on peut avoir les deux. 

Concernant mon meilleur ami je me permet de faire une petite entorse à la consigne en choisissant un personnage issu de l’univers télévisuel d’un roman et je choisi le Magnus Bane de la série TV Shadowhunters. Je trouve que c’est le meilleur ami idéal, il est loyal, bourré d’humour et il a un stylé vestimentaire que je trouve extraordinaire !

Image associée

Pour ma meilleure amie livresque, sans hésiter, je choisi Lara Jean de la saga A tous les garçons que j’ai aimé. Cette fille a un cœur en or et puis c’est assurément un cordon bleu et pour moi qui suis une petite gourmande, c’est le rêve ! Ah et autre point positif, si je me fis à l’actrice qui l’incarne dans le film Netflix, elle aussi a un style vestimentaire qui déchire !

Image associée

  • Et pour finir avec qui voudrais-tu partager ta vie ? 

J’aurai bien choisi l’un des frères Fuentes, issus des livres de Simone Elkeles, mais ils ne feraient que m’attirer des ennuis, les bad boy c’est bien mais que de loin. Par conséquent, et histoire d’être en sécurité, je me choisi le beau Capitaine Atsushi Dojo, issu de l’univers de Library Wars de Hiro Arikawa  Outre sa belle gueule, c’est un homme sensible, aimant et plein d’humour … que demandez de plus ?

Résultat de recherche d'images pour "dojo library wars"

 


Merci d’avoir lu ce TAG jusqu’au bout, n’hésitez pas à le reprendre et à vous créer à votre tour une famille livresque !

signature

Mangas

L’atelier des sorciers (tome 4) – Kamome Shirahama

Bonjour à tous, on se retrouve aujourd’hui pour un article consacré au quatrième tome du manga de Kamome Shirahama, L’Atelier des sorciers. Je vais faire simple, j’ai adoré ce nouvel opus, il est rempli de nouveaux personnages, de nouveaux lieux, d’encore plus de magie et de suspense pour mon plus grand bonheur !

Agathe s’apprête à passer son deuxième examen du monde des sorciers qui lui permettra de pratiquer la magie en public. Kieffrey, Coco et les autres apprenties l’accompagnent sur place, mais la présence néfaste de la Confrérie du Capuchon va bientôt venir troubler le bon déroulement de l’épreuve…

Quel est le but de cette étrange organisation ?

P_20190701_104855_1.jpg

Ce nouveau tome est  l’occasion de mettre en lumière un personnage peu utilisé jusqu’à présent, Trice l’une des autres disciple de Kieffrey. On la découvre comme étant une jeune fille au lourd passé et droite dans ses bottes, à croire que c’est l’une des qualités communes à toutes les disciples de Kieffrey.

Après le premier examen qui s’est déroulé aux Monts Surréalistes, ce tome nous permet de découvrir une nouvelle épreuve dans l’apprentissage des jeunes filles au travers d’un second examen. Je trouve ça bien que le pitch se recentre un peu sur sur l’apprentissage des disciples de Kieffrey, car après tout nous sommes dans un atelier avec un maître, il est donc normal d’y acquérir de nouvelles connaissances et de les tester à l’extérieur des cours … dans un nouveau lieu, qui nous permet d’en découvrir un peu plus sur le monde lequel nous évoluons, sur son passé, ses habitants, ses dangers …

Ce second examen, que seules Agathe et Trice passent nous permet de faire connaissance avec de nouveaux personnages qui viennent étoffer le répertoire de sorciers que l’on connaissait déjà. J’ai grandement apprécié le personnage de Yinni, je trouve qu’il apporte un plus à ce tome, certes il peut paraître incapable et pleurnicheur, mais il nous permet de constater que tous les ateliers ne se ressemblent pas et que tous les maîtres ne sont pas à l’image de Kieffrey.

Ce nouveau tome, comme les précédents, ne manque pas de suspense et d’action avec l’intervention, pour le moins dramatique, de la Confrérie du Capuchon dont les membres m’effraie de plus en plus …

signature

 

Uncategorized

PAL #9 – Hakuna Matata

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien et que vous profitez de ce bel été pour lire au soleil. Pour ma part, je trouve que je n’ai pas suffisamment lu le mois dernier, alors je compte bien me rattraper en juillet !

  • Le temps d’un cupcake / Sessy Fernandez 🍓
  • Mon ex se marie (et je suis invitée), Olivia Billington
  • La menteuse et la ville, Ayelet Gundar-Goshen
  • Maudit Valentin (Maudit Cupidon tome 2), Lauren Palphreyman 🍓
  • Nos plus belles étincelles, Jamie McGuire
  • La carte des jours (Miss Peregrine et les enfants particuliers tome 4), Ransom Riggs
  • Dictionnaire sans fin du mensonge, collectif.
  • Sur le fil du cœur / Théo Lemattre 🍓
  • Amoureux d’une étoile, Tessa Wolf
  • Dix, Marine Carteron

 

  • Beastars (tome 3), Paru Itagaki
  • L’île errante (tomes 1 et 2), Kenji Tsuruta
  • Moriarty (tome 1), Ryosuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi
  • Le dédale rouge (5 mondes tome 3), Mark Siegel 🍓

Comme chaque mois, les titres écrits en couleurs correspondent à une lecture pour le challenge « Lire en couleurs », qui pour rappel est consacré ce mois-ci à la couleur rouge 🍓.


Et si jamais vous vous demandez pourquoi j’ai intitulé cet article Hakuna Matata, c’est tout simplement parce que sort très bientôt le nouveau film de Disney consacré au lionceau le plus craquant de la planète ! Allez pour le plaisir je vous remet la bande annonce 🦁

 

signature

Uncategorized

Throwback thursday livresque #3

Bonjour à tous, aujourd’hui je fond littéralement au travail tant il y fait chaud, alors c’est avec un grand plaisir, moi qui rêve de me trouver tout ailleurs actuellement, que je participe une nouvelle fois au rendez-vous de Carole et que je vous propose un titre dépaysant

Throwback thursday livresque.png

Si vous ne connaissez pas encore le principe, laissez-moi vous l’expliquer : Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné.
Carole partage chaque semaine son choix pour le thème donné et indique le thème de la semaine suivante sur son blog, où on peut également retrouver les liens des autres participants.


 

Comme vous l’avez très certainement compris le thème de cette semaine est :
Dépaysant 

Pour répondre à ce joli thème, j’ai choisi de vous parler une fois de plus du manga, Beyond the clouds de Nicke aux éditions Ki-Oon et dont le troisième tome sort tout juste aujourd’hui !

 

Beyond the Clouds un monde qui semble à la fois merveilleux et qui pourtant ne tourne pas le dos à la technologie et à la mécanique … pour une passionnée de steampunk dans mon genre, c’est le monde idéal !

signature

 

 

Lire en couleurs 🎨

Lire en couleurs #Rouge

On se retrouve une fois de plus pour notre petit article concernant le challenge auquel j’ai décidé de participer cette année, Lire en couleurs. Je ne vous rappelle pas les règles, si elles vous intéresse suivez le lien.

Ce mois-ci sera consacré à la couleur rouge (pas un rouge fadass, non un beau rouge coup de soleil !)
Mettez-vous en rang deux par deux mes petites fraises des bois 🍓, c’est parti pour les livres que j’ai choisi de lire tout en essayant de respecter les consignes suivantes :

– Un livre dont l’auteur(e) est japonais(e)

🍓 The Promised Neverland (tomes 6 et 7) / Pozuka Demizu

– Une romance, une « new romance » ou un livre érotique

🍓 Le temps d’un cupcake / Sessy Fernandez

– Un livre dont la couverture est majoritairement rouge

🍓 Maudit Valentin (Maudit Cupidon tome 2) / Lauren Palphreyman

– Un livre dont le titre est écrit en rouge

🍓 Sur le fil du cœur / Théo Lemattre

– Un livre dont le titre comporte le mot rouge 

🍓 Le dédale rouge (5 mondes tome 3) / Mark Siegel

 

signature

 

Cinéma

The Florida Project – Sean Baker

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous emmène sous le soleil de Floride pour vous parler d’un film qu’on a regadé avec mon compagnon il y a quelque temps, The Florida Project. Il s’agit d’un film réalisé par Sean Baker et sorti en 2017. A cette époque je n’avais pas du tout entendu parler de ce film, et c’est la présence de sa bande annonce sur le DVD de Broken Flowers qui nous a donné envie de le voir. The Florida Project est un film qui met en lumière toute misère sociale américaine vue à travers les yeux d’une enfant de six ans, interprétée avec brio par la très jeune Brooklynn Kimberly Prince.

Image associée

Moonee a six ans et un sacré caractère. Lâchée en toute liberté dans un motel de la banlieue de Disney World, elle y fait les quatre cents coups avec sa petite bande de gamins insolents. Ses incartades ne semblent pas trop inquiéter Halley, sa très jeune mère. En situation précaire comme tous les habitants du motel, celle-ci est en effet trop concentrée sur des plans plus ou moins honnêtes pour assurer leur quotidien…

L’intrigue essentielle de ce film tourne autour de jeunes enfants passant leurs vacances estivales dans un motel miteux à Orlando, en Floride. Laissés seuls les trois-quarts du temps, ils s’occupent comme ils peuvent dans la zone entournant l’hôtel aussi délabré que coloré où ils vivent.

Les décors sont limités aux murs criards du motel, où se passe presque toute l’intrigue, où vivent de nombreuses familles monoparentales, essentiellement des mères avec leurs jeunes enfants. Ces motels sont la face cachée voire honteuse d’une Amérique qui est impuissante à s’occuper de tous ses citoyens.

Image associée

On trouve au sein de ces motels aux couleurs chatoyantes, qui représente une façade cachant la misère comme la poussière sous un tapis, une galerie de personnages aussi colorés et délurés que les murs de leur habitation de fortune. Avec dans un premier temps Halley, une jeune mère désabusée qui passe ses journées à tenter de trouver de l’argent pour s’offir un toit, sa fille Moonee, une gamine de six ans absolument infernale. Scooty et sa mère Ashley, qui travaille à la cafétaria du coin et qui semble être celle qui s’en sort le mieux. Et pour finir Booby, le manager de l’hôtel incarné par le très bon Willem Dafoe, un bon gars qui tente d’aider ses locataires tout en restant ferme face aux débordements des enfants livrés à eux-mêmes. Il me semble, si mes souvenirs sont bons, que Booby est le seul personnage masculin à avoir un comportement correct durant ce film. 

Au fur et à mesure que le film se déroule sous nos yeux on assiste à la création et à l’annihilation de liens d’amitié et de solidarité entre les personnages.

Si j’ai apprécié ce film, à l’atmosphère très vite prenante, je lui ai cependant trouvé de nombreux défauts. Notamment un fort décalage entre la forme, pop et colorée, et le fond, presque sordide où l’absence de véritable trame narrative se fait rapidement sentir.

En effet, l’essentiel de l’histoire se concentre sur les galères de Halley, interprétée par Bria Vinaite (actrice que l’on retrouve dans la seconde saison de The OA, dont je vous parlais la semaine dernière dans cet article) et les journées ensoleillées d’une bande de gosses têtes-à-claques, dont la petite Moonee est clairement la chefe. Cette dernière n’a pas sa langue dans la poche, jurant comme un charretier et traitant de tous les noms les adultes qui la réprimandent. Ces enfants dont les actions montrent un manque total d’éducation m’ont autant exaspéré qu’enchanté. Toutefois entre les cris presque incessants, qui deviennent vite insupportables et Halley, la jeune mère qui ne semble faire que des mauvais choix et que je n’ai pas vraiment réussi à plaindre car elle semble se complaindre dans sa situation, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. 

Image associée

Ce film met cependant en valeur la naïveté, la lucidité et la spontanéité des enfants, notamment au travers du jeu époustouflant de la jeune actrice qui incarne Moonee, sans oublier sa compagne de jeu, la jeune Valéria Cotto qui incarne Jancey, je l’ai trouvé presque plus touchante que sa comparse, ce qui est sûrement du au fait qu’elle est moins exaspérante.

On pourrait donc repprocher à ce film une bande son composée essentiellement de cris d’enfants et son manque de scénario, mais c’est souvent le problème avec ces films « tranche de vie », il n’y a pas vraiment de départ, ni de fin. A propos de la clôture de ce film, la fin ouverte, m’a totalement désarçonnée … avec mon compagnon on sentait le drame arriver, mais on ne s’attendaient pas a ça. 

En somme nous avons là un film tranche de vie, qui met en avant une galerie de personnages en détresse sociale. Ils sont aussi attachants que détestables.
The Florida Project ou l’envers du décor du rêve américain, celui où évoluent les laissés-pour-compte.
Si j’ai aimé ce film, j’ai parfois eu du mal avec le jeu presque hystérique, la vulgarité et les cris incessants des enfants.

signature

Uncategorized

C’est mardi, que lisez-vous ? #22

illustration mardi que lisez-vous

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Les réponses tout de suite !

Ce que j’ai lu cette semaine :

Une fois de plus j’ai mis le nez dans cette série, et j’ai encore tombé les tomes à la chaîne !

Je suis en train de lire :

 

la fille qui avait bu la lune.jpg

Au début j’accrochais bien, mais je trouve que ça traîne en longueur là …

sur le fil du coeur

Ça commence plutôt bien, à voir si cette impression perdure … par contre je trouve que l’auteur se permet de prendre beaucoup de libertés avec la vie réelle (quel étudiant de master de psychologie peut me dire qu’un jour son professeur référant lui a proposé de rendre un mémoire commun avec son binôme ?!)

Le manuscrit inachevé Thiliez Lizzie

J’ai entamé la seconde partie du roman, ça devient fifou !

 

Ce que je lirai ensuite :

 

dix

Il est en retard à la médiathèque, donc il faudrait sérieusement que j’envisage d’en débuter la lecture ^^

signature