Uncategorized

Bambi – Benjamin Lacombe & Felix Salten

Bonjour à tous, vous l’avez peut-être remarqué, je vous parle rarement d’album ou de livres illustré et pourtant il m’arrive d’en découvrir, souvent avec bonheur, comme ce fut le cas avec le travail qu’a réalisé Benjamin Lacombe sur son Bambi.

Une fois n’étant pas coutume, je vais donc vous faire un petit retour sur cette magnifique lecture.

Bambi - Félix Salten, Benjamin Lacombe

Tout d’abord, il vous faut savoir que ce titre n’est pas une mise en avant du travail réalisé par Walt Disney, mais bien une illustration du texte écrit par Felix Salter en 1923 dans sa traduction de l’allemand proposé par le poète ***. Le choix de cette traduction n’est pas anodin et il apporte au texte une dimension parfois plus ***, le choix de certains mots ayant été fait consciemment par le traducteur, qui a choisi de mettre en avant certains passages avec plus de force, comme cela nous est expliqué en postface.

J’admire le travail de Benjamin Lacombe depuis de nombreuses années et je suis à chaque fois sous le charme des personnages qu’il invente. Ses dessins sont de toute beauté et nous immerge instantanément dans un univers à la limite du fantastique. Les grands yeux de ses personnages me faisant penser à des contes de fées.

Le travail qui a été réalisé sur Bambi est absolument sublime, tant par le coup de crayon, que dans la recherche de petits détails qui enchantent notre lecture. Je pense ici à la double page ajourée dont je glisse la photo ci-dessous ou encore les différentes illustrations réalisées (semble-t-il) au fusain qui nous émerveille et apporte une délicieuse pause dans la lecture de cet album.

En somme ce titre restera longtemps gravé dans ma mémoire et si j’hésite à l’ajouter à ma propre bibliothèque professionnelle, de peur de le retrouver en mauvais état après un passage chez un lecteur peu scrupuleux, je n’hésiterai pas à l’offrir comme cadeau.

Romans

Le Chameau de la bibliothèque – Karine Guiton

Bonjour à tous, alors que je rêve d’une glace bien rafraichissante, histoire d’oublier cinq minutes les 30°C dans le bâtiment où je travail, je vous propose de découvrir ce que j’ai pensé du livre jeunesse Le Chameau de la bibliothèque de Karine Guiton, qui sera disponible le 7 juillet chez Didier Jeunesse.

Monsieur Mache n’est pas un chameau comme les autres. Grand amateur de littérature, il passe son temps à emprunter des livres à la bibliothèque.
Oui, mais voilà, il ne rend jamais les ouvrages empruntés !

L’auteure, Karine Guiton est également bibliothécaire depuis plus de vingt ans, on lui doit également le roman jeunesse La Sorcière du marais, paru en mai de cette année. Dans son second roman, point de magie, celui-ci met en scène des animaux anthropomorphisés dans un village où la bibliothèque semble avoir une place prédominante.

J’ai beaucoup aimé cette histoire, et promis ce n’est pas seulement du à mon métier commun à celui de Mme Floris, la bibliothécaire.

Les personnages sont simples, avec un caractère bien défini et donc facilement identifiables par les enfants. Un bon point pour l’auteure, d’autant que celle-ci a décidé de mettre en avant l’un des pire cauchemar des bibliothécaires : les lecteurs adorables, grands lecteurs mais qui ne rendent pas leurs livres ! Ici, la bête noire se nomme Monsieur Mâche, un chameau qui cache un secret bien croustillant, qui saura éveiller la curiosité et l’intérêt des enfants.

Outre les personnages, j’ai apprécié la leçon de moral insérée par Karine Guiton. Comme quoi, toutes les bibliothécaires ne sont pas des vieilles à chats complètement obtuses !

Je regrette simplement le peu d’illustrations de Laure du Fäy, elles sont sympathiques et quelques unes en plus n’auraient pas gâché, à mon sens, cette histoire.

Mangas

Beastars (tomes 9 et 10 ) – Paru Itagaki

Bonjour à tous, alors que je m’apprête à découvrir les tomes 11 et 12 de cette série durant cette semaine à 1000 pages, je pense qu’il est temps de vous proposer mon avis sur les tomes précédents qui, il est important de le signaler, ont été riches en émotions !

Beastars, tome 9 par Itagaki

Le tome de la révélation. Et oui c’est enfin l’heure de découvrir qui se cache derrière l’affreux meurtre perpétré dans le premier tome et qui nous poursuit depuis le tout début de l’histoire. Si j’ai apprécié de découvrir enfin l’identité du meurtrier, je trouve que cette révélation tome un peu à plat, Legoshi faisant cette découverte un peu par hasard lors d’un accident plutôt sanglant au club de théâtre … Je pensais que cette révélation aurait une plus grande incidence sur la suite du titre, or il n’en est rien. L’auteure ayant fait le choix d’orienter son récit sur un tout autre élément : la pression et la souffrance que subissent les grands carnivores s’ils veulent continuer à vivre au sein de cette société. Je ne tiens pas à vous en dire beaucoup plus, au risque de d’éventer l’identité du coupable, mais sachez qu’une fois de plus Paru Itagaki arrive à composer à la perfection sur les deux tableaux, que ce soit concernant la vie plutôt risquée des (petits) herbivores ou la vie pleine de contraintes de grands carnivores.

Beastars, tome 10 par Itagaki

Autant le tome 9 fut le tome de la révélation, autant celui-ci semble plus calmer le jeu et remettre les pièces en place (avant un nouveau coup de maître ?). Les chapitres semblent s’y enchaînaient sans trop de cohérence, et pourtant ils permettent d’en découvrir toujours plus sur les personnages que l’on suit depuis maintenant 10 tomes, avec toujours un regain d’intérêt à chaque tome. J’ai été heureuse de recroiser Louis et d’en découvrir toujours plus sur le marché noir, de constater que Legoshi ne manque pas d’autodérision ou encore d’assister à des scènes d’une rare puissance dans ce manga quand Legoshi affronte l’assassin de Tem dans un moment qui semble annoncer le combat du siècle … Cependant je me suis un peu plus ennuyée lors du chapitre consacré à Gohin, mais qu’importe il faut parfois des moments pus calme pour recentrer l’attention des lecteurs.

BD

La Famille Blaireau-Renard : Vivre ensemble – Brigitte Luciani & Eve Tharlet

Deuxième bonjour de la journée !

Avant de débuter cet article, je tenais à remercier les éditions Dargaud et Netgalley sans qui je n’aurais pu découvrir ce nouvel opus de l’une des familles animales les plus chou de la terre, j’ai nommé la famille Blaireau – Renard !

Bandes dessinées - La Famille Blaireau-Renard Vivre ensemble ! - DARGAUD

Dans ce nouveau titre, Vivre ensemble, on retrouve les même personnages que dans les bandes dessinées précédentes et une fois de plus ils vivent des expériences à la fois tendres et joyeuses, mais petite nouveauté ici les aventures se conclues par des petites leçons de vie en mode « documentaire participatif ».

Ce nouveau tome comporte quatre aventures où chacun des petits de la famille participe à un apprentissage de la vie courante. On retrouve notamment les thèmes suivants :
La liberté
L’égalité
La fraternité
Comment se mettre d’accord

Jusqu’à présent, je ne connaissais que les bandes dessinées classiques de cette série, je ne m’étais jamais aventurée dans les livres dérivés et bien pour une première je suis plutôt satisfaite et je vous recommande d’en faire de même !

BD

Le château des animaux : Miss Bengalore – Xavier Dorison & Félix Delep

Bonjour à tous, on débute cette nouvelle semaine avec une chronique BD. Cela n’arrive pas souvent, car vous le savez maintenant, je ne suis pas une grande fan de bande dessinée. Mais il peut parfois m’arriver d’avoir un coup de cœur pour l’une d’entre elle, ce qui me décide à la découvrir comme ce fut le cas pour le Château des animaux.

9782203148888

Dans le château des animaux, dirigé par le taureau Silvio, les animaux s’épuisent au
travail. C’est notamment le cas de la chatte Miss Bengalore et du lapin César, incapables de lutter contre l’injustice. C’est alors qu’arrive Azélar, un rat itinérant, qui leur apprend les préceptes de la désobéissance civile.

Cette histoire est, comme vous l’avez aisément compris, une réécriture de La Ferme des animaux de George Orwell. Pour moi ce titre est un peu particulier, en effet il fait partie de ces extraordinaires romans découverts à l’occasion de lectures obligatoires en milieu scolaire et qui m’ont laissé un souvenir impérissable. Je le classe avec plaisir aux côtés de Matin brun, Fahrenheit 451 ou encore L’Odyssée et Les Liaisons dangereuses.

Dans la version proposée par le duo Dorison & Delep, on fait tout d’abord connaissance avec Miss Bengalore, une chatte qui s’épuise sur un chantier de construction afin de pouvoir nourrir sa portée de chatons. L’histoire de cette mère de famille veuve est l’occasion pour les auteurs de nous faire découvrir la vie terriblement difficile de certains animaux au sein de la République des animaux, une république qui n’en a que le nom tant elle ressemble à une dictature. Les animaux y sont contrains de travailler bien au delà de ce que leurs corps peuvent endurer et tout ça pour obtenir une pitance bien dérisoire. Le moindre bourgeon de rébellion est directement tué dans l’œuf par les affreux chiens qui assure le système de sécurité du château et qui sont sous les ordres de Sylvio. Ce dernier se trouve être le premier bœuf à me faire peur en image ! Il est tout simplement affreux ! Tout dans son être transpire la malveillance et la cruauté. Plus on en découvre le concernant, notamment dans l’arrangement qu’il a conclu avec les humains vivants à l’extérieur du château, plus on s’aperçoit qu’il est mauvais.

Fort heureusement, la personnalité détestable de Sylvio est contrebalancée par la présence entre les mûrs de son fort, d’êtres dotés de bienveillance, de douceur et d’altruisme. Je pense ici, bien évidemment à Miss Bengalore, mais aussi à César, le meilleur chaud lapin de la terre et à Marguerite une oie à l’origine de la première révolte qui insuffle dans le cœur de ces opprimés un espoir de changement.

Parlons maintenant un peu du dessin, ce dernier est un peu particulier, pas vraiment beau, pas vraiment moche. On identifie cependant sans le moindre problème les animaux, et j’ai eu l’impression qu’au travers du trait de Félix Delep on ressentait tout particulièrement bien l’épuisement des animaux. Ils semblent voûtés, sales et terriblement maigres.

En somme, un premier tome qui sert essentiellement à poser les bases de l’histoire et à instiller un léger espoir de renouveau dans nos cœurs et dans celui des citoyens de la république des animaux.

Romans

L’envol du Phénix – Nicki Pau Pretto

Bonjour à tous, je vous parle aujourd’hui d’une lecture fantastique qui m’a accompagné durant la dernière semaine à 1000 pages.

Je vais être honnête avec vous, j’ai d’abord choisi cette lecture pour sa couverture, qui m’a tapé dans l’œil, puis pour son résumé que j’ai trouvé bien intriguant :

Même si cela est désormais interdit, deux sœurs, Val et Véronyka, rêvent de chevaucher des phénix. Alors qu’elles pensent que tous les dresseurs de ces animaux légendaires sont morts ou emprisonnés, plusieurs résistent et vivent retranchés dans une forteresse au sommet des montagnes. Mais ils refusent d’entraîner des femmes.

Cette petite brique de presque 600 pages nous entraîne aux côtés de Veronyka et de Val, deux sœurs que tout opposent, et qui vivent dans une contrée des plus magique.

Si le début de l’histoire est un peu longuet, j’ai bien plus accroché dès lors que Nika prend son envol loin de sa sœur. La jeune fille n’hésite pas à braver de multiples dangers afin de pouvoir, un jour, réaliser son rêve : devenir dresseuse de phénix.

J’ai trouvé cette histoire passionnante et j’ai réussi à m’immerger et à imaginer les différentes scènes sans la moindre difficulté, l’auteure décrivant plutôt bien l’environnement qu’elle a créé.

J’ai trouvé les différents personnages bien construits et surtout bien amenés, chacun ayant une place essentielle dans le récit.
J’ai également apprécié la relation qui se tisse entre Nyk(a) et Tristan.

A aucun moment j’ai eu l’impression que l’auteure en faisait trop. Même quand elle nous parle de phénix, ces êtres fantastiques si majestueux. A certains moment, l’auteure leur donnant tant de grâce et de majesté et de force, je les ai imaginé tel des dragons.

Si j’ai trouvé certains passages un peu plus longs, notamment ceux mettant en scène Sev, j’ai tout de même dévoré ce roman et je vous engage à faire de même !

Séries TV

Beastars – Saison 1

Bien le bonjour à vous tous, aujourd’hui je vous propose de retrouver mon avis sur l’anime phare sorti très récemment sur Netflix, Beastars.

Résultat de recherche d'images pour "beastars netflix"

J’ai regardé cet anime avec mon compagnon, ce qui en soit est une situation exceptionnelle. D’habitude, Monsieur est plus film british, les anime asiatiques et autres dessins animés fait par la souris ne sont pas vraiment sa tasse de café ! Malgré ça, nous avons tous les deux bien apprécié cette toute première saison, dont je vous laisse redécouvrir le résumé :

Dans un monde où animaux de toutes sortes coexistent, un gentil loup découvre ses pulsions de prédateur alors même qu’un meurtre vient d’être commis dans son école.

Au début, j’ai eu un peu de mal avec l’ambiance, que j’ai trouvé un peu mollasse. Pour moi ça manquait d’entrain (et je ne me rappelle pas avoir ressenti cela a la lecture des premiers tomes …). Fort heureusement, ça ne dure pas et la série trouve très vite son rythme de croisière.

Les personnages sont tout aussi intéressants et sympathiques (pour certains) que dans le manga.
Mention spéciale à Haru, qui vers la fin de la saison devient un personnage fort intéressant.
Et Legoshi, me direz vous, lui il est fidèle à lui même : un boulet.
J’affectionne son personnage, mais ses difficultés à communiquer et à interagir ont tendance à m’irriter gentiment.

Concernant les autres personnages, Louis est particulièrement réussi à mon humble avis, son âme dégage autant de force et de tourment que dans le manga. A contrario, Bill, m’a semblé plus doux que dans le livre et … suis-je la seule à être gênée de l’absence de pupille chez Gohin ?!

Résultat de recherche d'images pour "beastars netflix gohin"

Mais assez parlé des personnages, passons à l’animation de cette série. Comme je vous l’ai dis au début de cet article, je trouvais l’animation trop lente, pas suffisamment fluide, les déplacements des personnages ne faisaient pas naturels … Je ne saurais pas vous dire si ça s’améliore ou si c’est moi qui n’y faisait plus attention, toujours est-il que j’ai arrêté de ressentir cette gêne vers la fin de la saison.

Autre point concernant l’animation, j’ai beaucoup aimé les couleurs choisies et je trouve le doublage français plutôt réussi.

En somme, il s’agit d’une bonne adaptation que je vous conseille bien volontiers. Et si jamais vous êtes plus papier que télé, vous pouvez toujours retrouver mes avis sur les tomes du manga déjà parus (par ici -> tome 1 ; 2 ; 5 et 6 )

Uncategorized

C’est mardi, que lisez-vous ? #54

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous retrouve pour le désormais traditionnel rendez-vous, c’est mardi que lisez-vous ?

J’espère que votre semaine fut bonne, la mienne a été plutôt sympathique (du moins côté lecture, le perso lui il rameeeeee !)

illustration mardi que lisez-vous

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Les réponses tout de suite !

Ce que j’ai lu cette semaine :

Monsieur Blaireau et Madame Renarde fut une excellente découverte en BD jeunesse que je vous recommande bien volontiers, que vous soyez petits ou grands !

Poooo ! Encore deux tomes qui mettent la barre haut et dans lesquels j’ai pris plaisir à retrouver Louis et Legoshi qui évoluent tous deux vers des directions diamétralement opposées …

CVT_Ragdoll-tome-3--Les-loups

Alors là, je ne peux que dire oui oui et encore ouiiii ! Ce troisième et dernier tome de la saga Ragdoll fut un moment de bonheur intense ! Pour moi, il s’agit du meilleur des trois (retrouvez mes avis sur les tomes 1 et 2 en suivant les liens).

41xAY4brHsL

Second tome de cette série, j’ai trouvé l’histoire plus intéressante que dans le premier, mais le personnage de Véline est toujours aussi agaçant avec son cerveau en bug continuel sur le sexe !

Hum je suis un peu déçue par cette lecture, même si l’histoire est choupinette, il ne se passe (presque) rien. Je m’attendais à tellement mieux de la part de l’auteure du sublimissime  »Bride stories » …

Je suis en train de lire :

hope-never-dies-couverture

Je viens tous juste de le commencer et ça part plutôt bien, à voir comment ça tourne (et surtout à voir si Connor, le personnage masculin de ce tome a la même non-délicatesse que Malcom dans le tome précédent).

My home hero 6 - couverture

Après les évènements qui sont survenus dans l’avant dernier tome, j’ai une de ces hâte de le commencer, roh !

51YgxSnXW6L._SX195_

Il me reste 4 jours avant de perdre cet e-book, je ne sais pas si j’en viendrai a bout d’ici là, car comme je vois l’ai dis plus haut, Véline, le personnage principal m’agace plus souvent qu’il ne m’amuse …

Ce que je lirai ensuite :

Résultat de recherche d'images pour "robert galbraith  blanc mortel"

Quatrième et dernière (pour l’instant) enquête du duo so british formé de Cormoran Strike et de Robin Elacott, vu comment j’ai apprécié les trois précédentes, j’ai hâte de me plonger dans celle-ci !

Résultat de recherche d'images pour "everless sara holland"

Bon ce roman me fait de l’œil depuis près d’un an, il est grand temps que je le découvre !

 

 

signature

 

 

 



Et vous, quoi de beau au programme cette semaine ? Dites moi tout !

 

 

BD

Monsieur blaireau et Madame Renarde – Brigitte Luciani & Eve Tharlet

Pour commencer, bonjour à tous, j’espère que passez un agréable après-midi et que vous pouvez profiter de ce beau soleil d’hiver !

De mon côté, j’en profite un peu trop, puisque je suis en train de vous écrire cette chronique alors qu’un rayon de soleil bien chaud vient me réchauffer à travers la vitre … Au lieu de faire ce que j’avais prévu à la maison, à savoir ménage et repassage (ouais c’est moins glamour), mais que voulez-vous, en ce moment je suis plus cigale que fourmi ou plus … Renarde que blaireau !

Ouais et là vous vous dites que c’est pas le soleil que j’ai pris, mais de la drogue 😂 Mais rassurez-vous, ce n’est pas le cas, si je vous parle de blaireau c’est simplement parce qu’aujourd’hui je voulais vous transmettre mon avis sur l’excellente série de bande dessinée, Monsieur Blaireau et Madame Renarde, de  que vous pouvez retrouver aux éditions Dargaud dans une bien belle édition, grand format avec une couverture un peu moltonnée.

Mr Blaireau Mme Renarde 4

Il existe pour l’instant six tomes de cette belle histoire où l’on fait la rencontre de deux familles d’animaux. Une maman renarde, accompagnée de sa fille Rousette et un papa blaireau accompagné de ses trois bambins : Glouton, Carajou et Cassis (qui est vraiment trop adorable), sa petite dernière.

blaireaurenard

J’ai adoré cette série, qui sous couvert d’histoires d’animaux, transmet de belles leçons de vie aux plus jeunes (comme aux plus âgés). Au cours des multiples pages, l’auteure aborde notamment les thèmes de la famille recomposée, du sentiment de rejet dans une nouvelle vie ou encore ceux du partage et de l’amitié.

A chaque page, toujours illustrées avec goût et douceur, on découvre un nouveau petit morceau de bonheur qui nous réchauffe le coeur.

En somme, si vous croiser la route de cette adorable famille, n’hésitez pas et rejoignez-les dans leur terrier (à ce propos n’ayez aucune crainte avant de vous y plonger, Monsieur Blaireau veille à ce qu’il soit toujours bien rangé !)

 

Mangas

Beastars (tome 5 & 6) – Paru Itagaki

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur les tomes 5 et 6 de l’époustouflante série Beastars, de Paru Itagaki.

Mais avant de vous laisser lire ce que j’ai écrit, je tenais à m’excuser, je suis malade depuis jeudi et la fatigue se ressent dans les lignes qui vont suivre. Toutes mes excuses.

Image associée

Tome 5

Après un tome quatre, centré sur la préparation du festival de la météorite, on se trouve cette fois-ci confronté à une autre ambiance bien plus noire, plus cruelle. En effet, suite à l’enlèvement d’Haru à la fin du tome précédent, Légoshi, dont les sentiments partent dans tous les sens le perturbe, se lance dans une mission suicidaire pour tenter de sauver la jeune lapine.

Ce tome est également l’occasion de recroiser, Gohin, l’affreux (sérieux, il me fait peur !) panda qui a tenté de psychanalyser Légoshi, il nous montre cette fois-ci une autre facette de lui, celle d’un « homme » qui n’hésite pas à défendre ceux en qui il croit, quitte à se mettre lui même en danger. Même s’il me fait toujours aussi peur, il me remonte un peu dans mon estime.

P_20191212_213638_1

Tome 6

Dans ce nouveau tome, l’auteure s’amuse à mettre, une fois de plus, ce benêt de Legoshi dans une situation des plus gênantes, fort heureusement cela lui permet d’enfin ouvrir son cœur à … 😉

Juno, la jeune louve élève en seconde à l’institut Cherryton, se dévoile ici un peu plus, et si au départ vous la preniez pour une gentille demoiselle (comme moi), laissez moi vous dire qu’elle nous cache une autre facette de sa personnalité que je n’ai pas du tout apprécié !

Et que dire de Louis ?! Je suis restée sur les fesses face au retournement de situation que l’auteure nous balance en pleine bouille !

Je trouve que plus les tomes défilent, et plus les personnages gagnent en intérêt, l’auteure étoffe leur personnalité petit à petit, je trouve ça agréable à suivre, d’autant que cela est fait un brin de suspense qui nous donne envie d’en savoir toujours plus sur eux, sur leur passé, ou leurs envies …

signature