Romans

Reviens vite, tu me manques déjà ! – Julia Parme

Bonjour à tous, en cette fin d’après-midi je vous propose de découvrir mon avis sur une autre romance lu cet été, mais qui saura également enchanter vos soirées d’automne !

Fleuriste créative cherche client charmant pour concevoir de jolis bouquets… et plus si affinités.

Un sourire ! C’est tout ce qu’il a fallu pour que le cœur d’Iris s’emballe ce matin. Il faut avouer que son nouveau client, Gabriel, est plus charmant que la plupart des habitués de sa boutique. Et galant, qui plus est ! Il n’a pas hésité à lui venir en aide lorsqu’elle s’est coupée avec l’un de ses outils. Un réflexe que n’aurait certainement pas eu Édouard, son petit ami de longue date, qui a toujours fait passer ses copains avant elle. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour imaginer quoi que ce soit entre elle et Gabriel. D’autant que, si ce dernier lui a acheté des fleurs, c’est sûrement pour les offrir à quelqu’un qui lui est cher… C’est vite vu : s’il ne remet plus les pieds dans son magasin, Iris sera fixée. Mais s’il revient… c’est peut-être qu’elle lui plaît elle aussi !

Reviens vite, tu me manques déjà !, c’est une jolie histoire, toute en douceur, dans laquelle nous faisons connaissance avec Iris une jeune femme fleuriste de formation et heureuse propriétaire de la belle boutique « Les Lys de Lily ». Heureuse dans sa vie professionnelle et amicale, il n’en ai pas tout à fait de même dans sa vie amoureuse, surtout lorsqu’elle se rend compte que l’homme qui partage sa vie, Édouard, depuis six ans déjà, n’a pas la même vision de la vie et n’envisage pas d’approfondir leur relation. Une constatation bien triste qui aurait pu miner le moral de la douce Iris si, quelques temps auparavant, elle n’avait pas fait la connaissance d’un client au charme ravageur. Ce dernier, Gabriel, est tout simplement parfait. Tendre et bienveillant, c’est le gendre idéal. Des personnages sympathiques et qui m’ont semblé réels donc (parce que oui le beau gosse millionnaire c’est bien mignon, mais on en trouve pas à tous les coins de rues !)

Mais un joli couple principal ça ne fait pas tout, et pour ça l’auteure a réussi son coup en agrémentant son histoire de personnages secondaires tout aussi agréables à rencontrer. Notamment avec Jeanne, la meilleure amie d’Iris (et accessoirement sa colocataire), la maman d’Iris qui joue un rôle central dans cette belle histoire, ainsi que de multiples autres visages qui ne font parfois que passer et qui pourtant ajoutent encore une touche d’humanité à cette belle histoire qui prend tout son temps pour s’épanouir.

L’histoire que propose Julia Parme est toute simple, et même si on se doute de la fin, après tout nous sommes dans un roman d’amour, j’ai pris un réel plaisir à suivre les (més)aventures de nos deux protagonistes principaux, à découvrir leurs réactions face à une peur de l’engagement bien naturelle et qui les amènent à vivre des moments intenses. D’ailleurs en parlant de péripéties, je tenais à revenir un instant sur la rencontre initiale du couple, moi qui ai tendance à débiter plus de jurons qu’il est nécessaire dès que quelque chose tourne mal, je me suis immédiatement reconnu dans Iris et le délicat accueil qu’elle propose à Gabriel lors de leur première rencontre.

Un roman doux, attendrissant mais qui ne manque pas de piquant … comme une jolie rose !

En somme, Reviens vite, tu me manques déjà ! m’a permis de découvrir une jolie plume, pleine de douceur, que je recommande bien volontiers à tous les amateurs de romance !

Romans

Tout est sous contrôle (sauf toi !) – Sally Thorne


Bonjour à tous, cet après-midi je vous propose de poursuivre la série d’articles entamée avec Les Amants de Key West sur les lectures romantiques que j’ai récemment découvertes.

Troisième livre écrit par l’auteure australienne Sally Thorne, Tout est sous contrôle (sauf toi!) est le tout premier que je découvre, mais certainement pas le dernier étant donné que ce titre ne fut pas loin de me déclencher un coup de cœur ! Allez retour sur cette très bonne lecture !

Elle mène une vie bien réglée. Il ignore complètement les règles. 
Certes, à vingt-cinq ans à peine, Ruthie ne vit que pour son travail et n’a ni fiancé ni vie sociale.
Certes, elle passe ses journées entourée de personnes dont l’âge avoisine les quatre-vingt-dix ans.
Mais Ruthie va bientôt devenir manager de la maison de retraite de luxe où elle officie, et sa vie lui convient parfaitement. Son emploi du temps est calé sur des semaines, ses journées sont millimétrées, et elle sait que tout est sous contrôle. Du moins le croyait-elle, jusqu’à ce qu’elle rencontre Teddy. Ce biker tatoué des pieds à la tête a besoin d’un toit, et son père, le propriétaire de l’établissement, lui permet de loger avec les employés à condition qu’il donne un coup de main. Ruthie se serait bien passée de cet élément perturbateur qui, du jour au lendemain, devient à la fois son «  collègue  » et son voisin. D’autant que, si le physique très avantageux de Teddy s’avère utile pour négocier avec les résidentes, il devient vite une menace pour sa propre tranquillité mentale…

Dans ce roman, tout de jaune vêtu, nous faisons la connaissance de Ruthie, notre désespérante héroïne. Et pourtant, elle est aussi un véritable amour que l’on ne peut qu’apprécier. Attente de tocs suite à un traumatisme dans son adolescence, elle a la particularité de faire des listes à n’en plus finir et surtout de s’habiller comme une petite vieille, bien qu’elle ait tout juste passé le cap des 25 ans ! Attachante donc, mais terriblement désespérante. Surtout du point de vue de Théodore, Teddy pour les intimes, le fils du grand patron de Ruthie qui, suite à divers problèmes financiers et relationnels se retrouve à la rue et se voit contraint de séjourner au sein du complexe pour retraités ! Si Ruthie est toquée, Teddy lui applique plutôt la philosophie du carpe diem et a pour habitude de vivre dans un désordre constant (un comble pour notre fille de pasteur si bien organisée !). Mais comme tout le sait, les opposés s’attirent !
A leurs côtés évolue divers personnages, dont la cheffe de file est une des résidentes de Providence, Renata Parlonni, dont le caractère est aussi aiguisé que son porte-monnaie est rempli (on parle de Rolls-Royce tout de même !)

Tout est sous contrôle (sauf toi!) fut une lecture simple mais qui a su me donner le sourire, notamment dans les passages où l’on découvre Ruthie qui s’épanouit toujours un peu plus aux contacts bienfaisants de Mélanie, sa jeune intérimaire, et de Teddy (et oui le bad-boy cache un côté ourson en peluche !)

Rendez-vous (i)rréguliers

Le Livre du mois – Septembre 2021

Bonjour à tous, alors que le mois de septembre touche à sa fin, il est temps pour moi de vous dévoiler quel fut mon coup de cœur :
❤️

Le livre du mois - bandeau


Le bateau de Thésée (tome 7) – Toshiya Higashimoto

Le Bateau de Thésée, tome 7/10, tome 7 de la série de manga Le Bateau de  Thésée, de Higashimoto - - Éditions Dupuis

Décidément, plus j’avance dans la découverte de cette série, plus je tombe sous le charme de ce titre. Je le trouve parfait, que ce soit du point de vue de l’esthétique, du character design ou encore de l’ambiance mystérieuse et inquiétante qui se dégage à chaque page, tout me semble parfait !

Résumé :
Shin a retrouvé celle qui, dans une autre réalité, fut sa défunte femme, mais qui, dans cette ligne temporelle, ne le connaît pas. Elle accepte néanmoins de le suivre dans son enquête. Pendant ce temps, sa sœur suit une piste inédite, qui la mène auprès d’une vieille femme qui tente de l’empoisonner. Kiko Sasaki, la mère du pervers Tsubasa qui avait enlevé la jeune Akane, dans une tentative de se convaincre que son fils reste innocent des meurtres, est aussi sur la piste de la vieille femme. À la suite de Shin, elle la rencontre pour la confronter. Mais les deux femmes s’affrontent et Kiko se fait mortellement poignarder. Shin, pour sa part, retourne sur les lieux du drame, persuadé que le coupable se trouve encore dans le village d’Oto Usu.

❤️

Rendez-vous (i)rréguliers

Top 10 tuesday

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir un nouveau Top 10 Tuesday, ce rendez-vous littéraire initialement créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Frogzine.

Journal du blog - Frogzine

Thème de la semaine : 10 livres lus en 2021 que vous avez adoré !

  • Complot – Nicolas Beuglet
  • L’appel de Chtulhu – Gou Tanabe
  • Les enfants sont rois – Delphine de Vigan
  • Le dard du scorpion – Preston & Child
  • La fureur de mal-aimés – Elsa Roch
  • BL métamorphose – Kaori Tsurutani
  • Une touche de bleu – Nozomi Suzuki
  • Asadora ! – Naoki Urasawa
  • Reviens vite, tu me manques déjà – Julia Parme
  • Oublier nos promesses – Elsa Roch

Rendez-vous (i)rréguliers

Le Livre du mois – Août 2021

Bonjour à tous, alors que le mois d’août s’apprête à tirer sa révérence, il est temps pour moi de vous faire connaître le livre qui a retenu mon attention ce mois-ci. Bon il y en a eu d’autre (notamment le tome 16 de Beastars, le tome 6 du Bateau de Thésée ou encore le quatrième tome d’Asadora !), mais j’ai décidé de vous parler uniquement du roman de Julia Parme disponible chez Harlequin.
❤️

Le livre du mois - bandeau


Reviens vite, tu me manques déjà – Julia Parme

La couverture est adorable !

Pour ce mois-ci je vous ai choisi l’une des romances que j’ai découverte tant que j’étais au Portugal. Je l’ai trouvé à la fois tendre, amusante sans être cucul. Un parfait petit mélange en somme que je vous recommande bien volontiers !

Résumé :
Fleuriste créative cherche client charmant pour concevoir de jolis bouquets… et plus si affinités.
Un sourire ! C’est tout ce qu’il a fallu pour que le cœur d’Iris s’emballe ce matin. Il faut avouer que son nouveau client, Gabriel, est plus charmant que la plupart des habitués de sa boutique. Et galant, qui plus est ! Il n’a pas hésité à lui venir en aide lorsqu’elle s’est coupée avec l’un de ses outils. Un réflexe que n’aurait certainement pas eu Édouard, son petit ami de longue date, qui a toujours fait passer ses copains avant elle. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour imaginer quoi que ce soit entre elle et Gabriel. D’autant que, si ce dernier lui a acheté des fleurs, c’est sûrement pour les offrir à quelqu’un qui lui est cher… C’est vite vu : s’il ne remet plus les pieds dans son magasin, Iris sera fixée. Mais s’il revient… c’est peut-être qu’elle lui plaît elle aussi !

❤️

Rendez-vous (i)rréguliers

Les Livres du mois – Juillet 2021

Bonjour à tous, alors que juillet arrive à son terme et que je prépare ma valise pour des vacances bien méritées, je vous propose de découvrir qu’elles furent, parmi toutes mes découvertes littéraires de ce mois, celles que j’ai préféré …
❤️

Le livre du mois - bandeau

Une fois encore, je retiens deux titres qui pour moi s’élèvent bien au dessus des autres, il s’agit de deux mangas, l’un publié chez Ki-Oon et le second chez Glénat.


BL Métamorphose – Kaori Tsurutani

Une très bonne série qui met en avant de manière douce et amusante les relations entre différentes générations. L’histoire m’a charmé en l’espace de quelques pages et c’est avec plaisir que je découvrirai le cinquième et dernier tome de cette série dès que je pourrais !

Amazon.fr - BL Métamorphose T01 (1) - Kaori, Tsurutani, Oudin, Geraldine -  Livres

❤️

Une touche de bleu (tome 1) – Nozomi Suzuki

Un shojo à la fois tendre et cruel, à l’image de le vie qui ne nous fait pas toujours des cadeaux. Une fois encore j’ai beaucoup aimé l’histoire, dans laquelle j’ai enfin pu trouver un shojo plus adulte et moins niais que les derniers titres que j’ai pu découvrir. Les dessins sont quant à eux plus quelconque, sans être laids, loin de là.
Mention spécial pour le personnage de Nanami dont la grognonerie et la coquetterie m’ont fait doucement penser à moi ^^’

Une touche de bleu, tome 1 - Nozomi Suzuki - Babelio
Rendez-vous (i)rréguliers

Les Livres du mois – Juin 2021

Bonjour à tous, alors que le gong final est sur le point de retentir pour clore juin, il est temps pour moi de revenir sur les deux lectures qui ont su faire vibrer mon petit cœur de lectrice durant ce premier mois d’été !
❤️

Le livre du mois - bandeau

Vous l’aurez compris en lisant le début de cet article, aujourd’hui, une fois de plus, ce n’est pas d’un titre dont je vais vous parler, mais bien de plusieurs, deux en l’occurrence. Deux romans policiers aux antipodes, mais qui tous deux ont réussi à me charmer bien au delà des espérances.
Commençons par le premier que j’ai lu, en tout début de mois :

Le dard du scorpion – Preston & Child

Pour (re)découvrir mon avis concernant ce titre, n’hésitez pas à suivre le lien correspondant inséré dans le titre du roman ci-dessus.

Le second titre, que j’ai découvert la semaine dernière, est disponible chez Calmann-Levy dans leur collection noir, il s’agit de :

La fureur des mal-aimés – Elsa Roch

Comme pour Le Dard du scorpion, je vous propose de (re)découvrir mon avis en suivant le lien que j’ai glissé dans le titre ci-dessus !

❤️

Sur ce, je vous souhaite à tous un très bon week-end !

Romans

La fureur des mal-aimés – Elsa Roch

Bonjour, bonjour, demain je compte vous proposer un nouvel article sur mes coups de cœurs mensuel, or il se trouve que je ne vous ai même pas parlé d’un des deux livres qui m’ont fait chaviré mon p’tit cœur de lectrice … oups !

Découvert un peu par hasard sur Netgalley, je me suis intéressé à ce roman parce que je trouvais sa couverture attrayante. Or dès les premières lignes du résumé j’ai senti venir le coup de foudre, ce qui n’a pas raté !
Je vous laisse découvrir à votre tour le résumé du troisième roman de l’auteure française Elsa Roch. Une auteure que je suivrai à l’avenir !

Veille de Noël, de nos jours. Tous les soirs ou presque, le commissaire Amaury Marsac va s’asseoir sur un banc dans le square du Vert-Galant, c’est sa soupape, sa respiration pour chasser les angoisses et les horreurs du métier avant de rentrer chez lui. Cette nuit-là, il échange quelques mots avec un sans-abri qui le touche, avant de se rendre compte que le jeune homme, sous son bonnet bleu, regarde obstinément une poubelle, dans un coin du jardin public. Une poubelle qui n’est pas là d’ordinaire, et Marsac se lève pour l’examiner. Dedans, gît un cadavre, un homme au crâne fracassé et au ventre ouvert, rempli de mort aux rats.
    Mars 1995. Alex a 15 ans, il vient de fuir l’appartement familial et ses cauchemars, il est à la rue et doit se cacher quelques jours au cas où son ancienne vie cherche à le rattraper. C’est plus que difficile, la rue à quinze ans, mais Alex résiste au désespoir, car dès que possible il va partir, il va la retrouver, il n’y a qu’Elle qui compte désormais dans sa vie.

     Dans ce polar à l’atmosphère remarquable et au rythme très tendu, on suit alternativement l’enquête de Marsac sur l’homme au bonnet bleu, et la fugue d’Alex vingt ans auparavant. Une bouleversante variation sur les enfances brisées, les secrets de famille, et la beauté cruelle de la vengeance.

La fureur des mal-aimés, c’est un roman plutôt court, moins de 300 pages, mais dont l’action concentrée nous offre de très bons moments de suspense et d’adrénaline.

Dans l’histoire que nous conte ici Elsa Roch, on suit en parallèle deux temporalités, l’une en 1995 et la seconde en période de Noël dans les années 2000, l’auteure ayant fait le choix de ne pas nous donner d’indication temporelle plus précise.
C’est un point que j’ai apprécié, car il nous permet d’appréhender tranquillement le passé de l’un de ses personnage et ainsi de mieux comprendre ce qui se passe dans le « présent ».

Les personnages imaginés par Elsa Roch son agréables à suivre. On trouve, par exemple, Alex un SDF impliqué bien malgré lui dans l’enquête qui se déroule sous nos yeux. C’est un personnage qui renferme de très lourds secrets. Des secrets si noirs qu’ils vont bouleverser le commissaire Marsac, ici en charge d’une enquête particulièrement glauque, où se mêle avec brio des sujets fort dérangeants tels que la pédophilie, la vengeance ou la délation, le tout nous offrant un excellent roman !

En me renseignant un peu sur le travail de l’auteure, j’ai découvert qu’elle était également psychologue spécialisée dans les troubles autistiques, l’adolescence et les addictions et qu’elle avait déjà publié deux autres romans mettant en scène le commissaire Amaury Marsac … livres que j’ai d’ores et déjà commandé !

Uncategorized

Le(s) Livre(s) du mois – Mai 2021

Bonjour à tous, alors que mai touche à sa fin, il est temps pour moi de revenir sur les lectures qui ont su faire vibrer mon petit cœur de lectrice durant ce mois tout pluvieux !
❤️

Le livre du mois - bandeau

Vous l’aurez compris en lisant le début de cet article, aujourd’hui ce n’est pas d’un titre dont je vais vous parler, mais bien de plusieurs, deux en l’occurrence. Un roman fantastique et un manga.

La Passeuse de mots – Alric & Jennifer Twice

La Passeuse de Mots - Tome 1 - La Passeuse de Mots - Alric & Jennifer  Twice - broché - Achat Livre ou ebook | fnac

Vous vous en doutiez sûrement à la lecture de mon article, mais j’ai tellement aimé cette lecture qu’il allait de soit qu’elle se retrouve ici en fin de mois.

Asadora – Naoki Urasawa

Asadora ! - Naoki Urasawa - SensCritique

Il en va de même pour ce manga, dont j’ai vraiment apprécié la découverte !

❤️

Mangas

Asadora ! (tomes 1 et 2) – Naoki Urasawa

Bonjour à tous, aujourd’hui j’ai eu envie de partager avec vous mon ressenti face à l’une de mes dernière lecture manga, en ce moment je vous parle presque exclusivement de romans alors je me suis dis que ça allait changer un peu.

Asadora ! T02 Abonnez-vous pour 6 tomes !

Que les choses soient bien claires, oui j’ai conscience d’arriver deux siècles après la bataille, mais je m’en moque. Comme tous les monde, j’ai découvert ce titre l’année dernière, et je l’ai acheté pour les lecteurs de la bibliothèque où je travaille à la rentrée de septembre 2020 et depuis lors je n’avais pas encore eu l’occasion de le découvrir personnellement.
C’est désormais chose faite et j’en suis ravie.

Je pense que tout le monde connaît, de près ou de loin, Naoki Urasawa, le mangaka a qui l’on doit ce dernier titre. En effet il est également l’auteur des mythiques séries Monster, Pluto ou encore 20th Century Boys. Pour ma part, je n’avais lu jusqu’à présent aucun de ces titres ! Une erreur que j’ai pu réparer grâce, notamment, à l’aide de l’Apprenti Otaku, blogueur qui fait des blagues aussi pourries que ces articles sont bons, ce dernier ayant à de nombreuses reprises mis en avant le talent de l’auteur, j’ai fini par m’y intéresser. C’est avec Mijirushi, le signe des rêves que la rencontre s’est faite et je suis ressortie de ma lecture charmée par le talent de l’auteur. J’ai aimé tant son coup de crayon, même si on peut dire que ces personnages ont parfois un sourire un peu inquiétant, que par le scénario, plutôt bien étayé de ce titre.

Mais revenons à Asadora !, le titre est disponible, pour l’instant jusqu’au tome 4, aux éditions Kana. Le tome 5 étant prévu pour la rentrée de septembre. Je n’ai pour ma part pu découvrir que les deux premiers tomes, mais j’ai d’ores et déjà mis une réservation sur les tomes trois et quatre de cette série que j’ai tout simplement adoré.
L’histoire, de prime abord, semble simple. On y suit, pour l’instant, les aventures d’une jeune japonaise, qui a la suite d’un terrible typhon a perdu une partie de sa famille et a été recueilli par la tenancière d’un restaurant et un ancien pilote d’avion. Dit comme ça, je suis en train d’imaginer une tragédie, or ce n’est pas du tout le cas ! Asadora ! est au contraire un titre plein de vie, d’entrain ! C’est un vrai bonheur de découvrir chacune de ses pages, d’autant que le mangaka a décidé d’intégrer à son histoire la présence, fort mystérieuse pour l’instant, d’une créature gigantesque dont on ignore encore presque tout. Qui est-elle ? Que fait-elle là ? Est-elle responsable de la disparition des parents d’Asa ? Tant de questions qui me pousse à vouloir découvrir la suite de cet excellent titre le plus raidement possible !

Asadora! Vol.2 Chapter 10: Encounter - Mangakakalots.com

Mais la part de mystère n’est pas la seule chose qui me plaît dans ce titre, une fois encore j’ai adoré les dessins, qui s’ils ne fonr rêver, apportent une touche de réalisme bienvenue. Les personnages dessinés par Urasawa sont plein de vie, d’entrain. Asa ou Kinuyo et leur caractère bien trempé, Monsieur Kasuga le taciturne ex-pilote d’avion sont des personnes que j’aimerais pouvoir réellement côtoyer.

Images de Asadora