Romans

Tu n’auras pas le dernier mot ! – Aëla Liper

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis qui te à la lecture de Tu n’auras pas le dernier mot de Aëla Liper.

Premier article du mois que je vous propose à distance, je m’excuse d’avance si je ne réponds pas aux commentaires de suite car je ne peux savoir à l’avance ce que donnera la connexion sur mon lieu de vacances.

Qui a dit qu’on ne pouvait pas trouver l’amour à la bibliothèque ?

En ce moment, la vie de Loeiza est aussi palpitante qu’un fondant au chocolat sans chocolat. Son projet le plus excitant cette semaine ? Commencer le tome 2 de sa saga préférée, qu’elle a enfin pu emprunter à la médiathèque, et retrouver l’héroïne badass qui (elle au moins !) ne vit pas son existence par procuration. Mais, entre les pages du livre, elle découvre un petit mot à son attention signé de la main d’un inconnu. Le mystérieux correspondant a trouvé sa liste des « choses à faire avant 35 ans », qu’elle avait oubliée dans le tome 1 (voilà où elle l’avait mise !), et semble vouloir l’aider à les réaliser. L’occasion rêvée pour Loeiza de pimenter un peu son quotidien, avec un tout nouvel objectif en tête : découvrir l’identité de cet homme mystère…

Attirée non par la couverture Debré roman, que je trouve affreuse, mais plutôt par son résumé fort choupinou et du tout par cette petite phrase d’accroche qui a su faire mouche  »qui a dit qu’on ne pouvait pas trouver l’amour à la bibliothèque? » (Rassurez-moi, personne n’a jamais osez dire ça ?!). C’est donc le coeur en joie que je me suis lancée dans cette lecture, pour le meilleur et pour le rire.

L’histoire proposée par Aëla Liper ne casse pas trois pattes à un canard, mais elle a eu le mérite de me faire rire encore et toujours plus à chaque page. Cette bonne humeur est portée comme un étendard par la soeur de Loëzia et sa meilleure amie, qui toutes deux cherchent à lui redonner le moral. Loëzia faisant une malheureuse fixette sur une grossesse qui ne vient pas. Cette bonne humeur, souvent contagieuse, m’a fait du bien. Au moins autant que le style léger (et garanti 100% pur beurre salé de Bretagne) de l’auteure. Cette dernière n’hésite d’ailleurs pas à insérer dans son texte de nombreuses expressions typiquement bretonnes qui m’ont fait voyager au pays des lichouseries (sucreries, gourmandises).

Mais au delà de cet aspect léger, Tu n’auras pas le dernier mot, est aussi un roman qui nous offre des moments intenses avec des sujets plus sérieux.

Les seuls bémols qui je retiendrais sont les libertés que l’auteure s’est permise de prendre avec la réalité : non on ne fait pas de tests ADN en claquant des doigts et non, les bibliothécaires ne fournissent pas d’informations personnelles sur leurs lecteurs, comme beaucoup de professionnels nous sommes soumis à la RGPD.

Romans

Never Leave Me Again (tome 1) – Estelle C. Miccoli

Bonjour à tous, après vous avoir parlé de la série d’urban fantasy et vous avoir proposé hier un petite séance pop-corn, je vous propose aujourd’hui de revenir dans le mode réel et de découvrir mon avis sur la dernière création de l’auteure Estelle C. Miccoli, disponible aux éditions Harper Collins, Never leave me again (ne me quittes plus, pour les non-bilingues comme moi).

Il veut la reconquérir. Elle n’est pas prête à lui pardonner.

Un fantôme du passé
… Voilà ce qu’Alice a cru voir dans son studio de danse, ce soir-là, alors qu’elle s’entraînait. Comment justifier autrement l’apparition de Matthias sous ses yeux, quatre ans après sa disparition inexpliquée ? Elle n’y croit toujours pas. Le garçon qui lui a brisé le cœur de la pire des manières est de retour. Plus beau, plus grand, plus assuré encore que dans son souvenir. S’il croit qu’il lui suffit de se pointer comme ça pour qu’elle lui tombe dans les bras, il se trompe. Alice a passé des années à tenter de comprendre ce qui s’était passé, à imaginer le pire… Alors Matthias a intérêt à s’expliquer. Et, même si une infime partie d’elle l’aime encore, elle compte bien la mettre en sourdine en attendant qu’il fasse ses preuves… 

J’ai été plutôt alléché par le résumé, dans lequel j’ai cru déceler des petites notes de Section Aguara de Colombine Huc, du type un homme coupable d’une horrible trahison et qui va tout faire pour se racheter … hélas, je me suis trompée ! Non pas pour le côté trahison, pour ça Matthias a assuré, mais plutôt pour l’intérêt que j’ai consacré à cette histoire.

Explications.
Je pensais qu’avec un pitch plutôt sérieux comme celui qui nous est exposé dans le résumé, les personnages le seraient eux aussi, or ce ne fut pas le cas. Et je n’ai pas du tout aimé Alice, qui se trouve être une petite égoïste sans grand intérêt. Quant à Matthias, s’il est plus sérieux que son ex-compagne, je n’ai pas du tout apprécié son côté mélo-dramatique.
Et vous savez, lecteurs que vous êtes, combien il peut être difficile de s’intéresser à une histoire quand ses personnages sont à la limite du détestable.
Mais bon, comme souvent ma curiosité l’emporte sur ma mauvaise humeur et je vais donc m’essayer à la lecture du second tome de cette histoire dès que je le pourrais. Je vous en proposerai un avis dans le courant du mois de juin ou début juillet.

Sur ce, je vous dis à lundi pour le début d’une nouvelle semaine et surtout pour le récapitulatif de la Semaine à 1000 pages dans laquelle je suis plongée corps et âme !

Light Novel

Ce qu’il n’est pas (tome 4) – Bingo Morihashi

Bonjour à tous !
Aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur le quatrième tome de l’une de mes séries favorites, Ce qu’il n’est pas de Bingo Morihashi.

Ce qu'il n'est pas ! - Tome 4 - Ce qu'il n'est pas - Bingo Morihashi,  Alexandre Goy - broché - Achat Livre ou ebook | fnac


Cela fait un an que Shirô tente de cacher son amour pour Mirai en espérant l’oublier, mais rien n’y fait. Alors qu’un nouvel été approche, il doit pourtant faire face à d’autres problèmes : sa relation avec Miyoshi pourrait bien évoluer, mais le veut-il vraiment ? Devant l’insistance de sa petite amie, Shirô se met à paniquer. Pour ne rien arranger, il vit désormais dans un dortoir individuel, et il n’est pas certain d’apprécier cette solitude… Et pour couronner le tout, voilà qu’une nouvelle élève vient se mêler à tout ça ! A-t-il vraiment fait les bons choix ?

Ce quatrième tome du light novel, Ce qu’il n’est pas de Bingo Morihashi étant sorti en juillet 2020, j’avais un peu de retard sur la lecture de cette série, que j’affectionne pourtant beaucoup et qui est disponible aux éditions Akata.
Mais qu’importe, mon retard est désormais derrière moi et j’en suis très satisfaite. Tout comme je le suis de cette lecture, que j’ai bien apprécié.

Hélas, je ne peux pas vous dire que j’ai adoré ce tome, contrairement aux précédents, dont vous pouvez retrouver mes avis en suivant les liens correspondants (tome 1, tome 2 et enfin tome 3). Et oui, comme vous avez pu le constater en découvrant le résumé ci-dessus, Shirô et Mirai, qui étaient jusqu’ici inséparables se sont éloignés et je n’ai donc pas retrouvé la complicité qui les liés et que j’appréciais tant !
Mais bon, en soit ce n’est pas bien dramatique, d’autant que cela permet à l’histoire de faire un très grand bon en avant. Un pas de géant qui intervient à la fin de ce volume lorsque Mirai décide d’avouer son secret à sa petite amie. Secret, que je vous rappelle, il lui cachait depuis près d’un an, soit toute une vie dans une relation d’adolescents. Mais ce n’est pas tout, Shirô lui aussi passe un cap dans ses sentiments vis-à-vis de son ex-colocataire. Pour le meilleur et pour le pire comme on le découvrira certainement dans le prochain tome de cette extraordinaire histoire qui restera décidément l’une des meilleures histoire traitant de transidentité et d’homosexualité que j’ai pu lire.

Encore une fois, j’attends donc avec impatience la suite, qui pour l’instant n’est pas encore disponible aux éditions Akata.

Mangas

Beastars (tomes 9 et 10 ) – Paru Itagaki

Bonjour à tous, alors que je m’apprête à découvrir les tomes 11 et 12 de cette série durant cette semaine à 1000 pages, je pense qu’il est temps de vous proposer mon avis sur les tomes précédents qui, il est important de le signaler, ont été riches en émotions !

Beastars, tome 9 par Itagaki

Le tome de la révélation. Et oui c’est enfin l’heure de découvrir qui se cache derrière l’affreux meurtre perpétré dans le premier tome et qui nous poursuit depuis le tout début de l’histoire. Si j’ai apprécié de découvrir enfin l’identité du meurtrier, je trouve que cette révélation tome un peu à plat, Legoshi faisant cette découverte un peu par hasard lors d’un accident plutôt sanglant au club de théâtre … Je pensais que cette révélation aurait une plus grande incidence sur la suite du titre, or il n’en est rien. L’auteure ayant fait le choix d’orienter son récit sur un tout autre élément : la pression et la souffrance que subissent les grands carnivores s’ils veulent continuer à vivre au sein de cette société. Je ne tiens pas à vous en dire beaucoup plus, au risque de d’éventer l’identité du coupable, mais sachez qu’une fois de plus Paru Itagaki arrive à composer à la perfection sur les deux tableaux, que ce soit concernant la vie plutôt risquée des (petits) herbivores ou la vie pleine de contraintes de grands carnivores.

Beastars, tome 10 par Itagaki

Autant le tome 9 fut le tome de la révélation, autant celui-ci semble plus calmer le jeu et remettre les pièces en place (avant un nouveau coup de maître ?). Les chapitres semblent s’y enchaînaient sans trop de cohérence, et pourtant ils permettent d’en découvrir toujours plus sur les personnages que l’on suit depuis maintenant 10 tomes, avec toujours un regain d’intérêt à chaque tome. J’ai été heureuse de recroiser Louis et d’en découvrir toujours plus sur le marché noir, de constater que Legoshi ne manque pas d’autodérision ou encore d’assister à des scènes d’une rare puissance dans ce manga quand Legoshi affronte l’assassin de Tem dans un moment qui semble annoncer le combat du siècle … Cependant je me suis un peu plus ennuyée lors du chapitre consacré à Gohin, mais qu’importe il faut parfois des moments pus calme pour recentrer l’attention des lecteurs.

Romans

Ce n’est qu’un visage – Eléanore Ly

Deuxième bonjour de la journée !

Après vous avoir proposé un TTL à la couverture des plus sombre, j’avais envie de vous parler d’un roman que j’ai découvert via le site SimplementPro qui met en relation des auteurs auto-édité et des lecteurs, parfois j’y trouve des pépites (comme dans le cas de Michèle Beck) et parfois c’est catastrophique ^^ Dans notre cas je ne peux pas dire qu’il s’agisse d’une pépite d’or, mais plutôt d’un coup de grisou ! En effet le roman d’Eléanore Ly m’a tout simplement soufflé.
Allez retour sur cette sombre histoire …

Ce n'est qu'un visage par Ly

Avant toute chose, je vous lisse découvrir le résumé que l’auteure a proposé pour son titre, un titre aussi mystérieux que bouleversant.

Katya, dix-sept ans, quitte sa région natale et emménage avec ses parents dans une ville qu’elle ne connaît pas. Pour eux , c’est un nouveau départ, mais Katya ne partage pas leur enthousiasme. Pourtant, lorsqu’elle fait la connaissance de Lucie, Arnaud et Alexandre, sa vie prend une nouvelle tournure. Intriguée par le comportement des deux garçons, elle s’interroge : pourquoi Arnaud se montre-t-il étrangement bienveillant, alors qu’Alexandre choisit de l’ignorer ? Alexandre, lui a dix-neuf ans, il est toujours au lycée, et passe l’essentiel de son temps avec ses amis de toujours, Lucie et Arnaud. Liés par un passé commun, ils forment une «famille» soudée. Cependant, l’arrivée de Katya dans leur classe va profondément modifier leurs relations.
Pourquoi Alexandre est-il persuadé que fréquenter cette fille est une erreur ? Que sait-il des intentions d’Arnaud ?

Il ne m’aura fallu qu’une courte après-midi pour dévorer ce titre et pour cause il est bien trop addictif pour qu’il soit possible d’en interrompre la lecture. D’autant que la plume de l’auteure est fluide, accrocheuse et qu’elle a choisi d’alterner les points de vues entre Katya et Alexandre ce qui nous pousse à toujours vouloir en savoir plus !

Mais en savoir plus sur quoi au juste me direz-vous ? Car il est vrai que le mystère plane dans ce livre, il rôde tel un bête sournoise et malfaisante dans les vie de ces quatre ados.
Tout commence avec Katya, cette dernière a perdu sa sœur jumelle dans un tragique accident de voiture, mais là n’est peut-être pas le plus important. Cruel ? Oui. Mais il vous faut savoir que l’auteure lui réserve d’autres horreurs et que ces dernières vont arriver par le biais de sa nouvelle bande d’amis, tout juste rencontrés. Et quels amis, mon dieu je n’aimerais pas avoir les même ! Hier, je vous parlais des amitiés en tout genre, nous avons ici à faire avec une amitié destructrice de celle que l’on voudrait ne jamais avoir croisé sur notre chemin.

Mais revenons-en à Katya et à ces trois autres ados qui forment une famille bien étranges, soudée pour le meilleur et surtout pour le pire. Il est aisé de comprendre que l’auteure nous cache quelque chose, malgré tout je ne m’attendais pas à ça ! Je pense avoir découvert une partie du mystère assez rapidement, mais ce n’était que la face émergée de l’iceberg ! Trois jours après je ne me remet toujours pas de ma chute dans le précipice ouvert par Eléanore Ly !

Je vous entends d’ici me dire que je fais bien des mystères autour de cette lecture, mais sachez que je n’en ai pas le choix, je ne peux rien vous dévoiler de plus au risque de vous gâcher cette bouleversante lecture.

Mangas·Rendez-vous (i)rréguliers·Romans

Quand je me lève du pied gauche et que j’ai envie de faire ma mauvaise tête #1


Aujourd’hui, je suis d’humeur chafouine et rien en semble pouvoir me redonner le sourire, alors histoire de rester dans le thème j’ai décidé de vous proposer un article sur des titres que je n’ai pas aimé. Ils sont totalement différent les uns des autres, mais pourtant rien n’y a fait, je n’en ai aimé aucun ! Ni le manga, ni la romance et encore moins le policier.


Le patron est une copine par Nagabe

Allez, on commence avec le manga, il s’agit du titre Le Patron est une copine, de Nagabe que vous pouvez retrouver aux éditions Komikku (même si je vous conseille amplement de passer votre chemin).

Je vais être honnête avec vous, j’ignore d’où vient le problème que j’ai rencontré dans ce manga. Il ne vient pas du thème, puisque j’ai lu des histoires d’hommes homosexuel n’ayant pas encore fait leur coming out de bien meilleure qualité notamment dans les Light Novel disponibles dans le catalogue des éditions Akata. Les dessins ne sont pas terribles, mais bien loin d’êtres catastrophiques.
Mais alors, d’où vient le problème ?
Peut-être parce que le sujet est traité avec dérision.
Il faut également savoir qu’a aucun moment je me suis attachée à l’un des personnages. Ces derniers sont d’une crédibilité qui frise le zéro ! Je n’ai pas non plus apprécié que les dudit personnages soient des animaux, le fait de les anthropomorphisés aide sûrement à l’identification personnage / lecteur, mais contrairement à Beastars où les animaux ont une place importante dans l’histoire, là l’auteur aurait pu choisir des plantes ça aurait été pareil !

Bref, il s’agit pour moi d’un titre d’une platitude exaspérante. Une grosse déception que j’ai été heureuse de pouvoir rendre vite fait bien fait à la médiathèque !


Impossible désir par Marini

Impossible désir – Julie Marini

La blague. Moi qui m’attendais à découvrir une histoire similaire à celle de Yuri et Iku de Secret Sweetheart me voilà bien mal tombée avec ce roman écrit avec les pie… Wooo stop, je m’emballe là. Ok je n’ai pas aimé cette histoire, mais je n’aime pas être ignoble avec le travail d’un auteur.
Alors je reprend plus calmement.
Dans ce court roman, moins de 200 pages au compteur, on fait la connaissance de Clélie et de Donatello 🐢🍕, son demi-frère par alliance. Tous deux se sont toujours détestés jusqu’à une fameuse soirée de Noël, où allait savoir pourquoi ils décident de conclure un pacte et de s’envoyer en l’air, en tout bien tout honneur. Et attention, il y des règles à respecter : une seule nuit et pas d’amour. Ouais déjà là je dois dire que l’auteure m’a un peu perdu. Je m’attendais à une relation compliquée où les deux protagonistes auraient ressenti du désir durant des années, mais se retenant du fait de la relation qui lie leurs parents respectifs. Que nenni ici point de belle histoire d’amour, hormis dans les dernière pages de son roman où l’auteure décide de nous racontait des salades du genre : il l’aime depuis dix ans, mais il a jamais réussi à le lui dire, alors il a préféré être vilain avec elle et l’ignorer … blablabla bonjour l’incongruité de la chose !


Les yeux des ténèbres par Koontz

Les Yeux des ténèbres – Dean Koontz

BD

Les Trois fantômes de Tesla – Guilhem & Marazano

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien en cette fin de semaine et que l’annonce du déconfinement est pour vous une bonne nouvelle.
De mon côté, le moral remonte un peu, mais il a des pieds d’argile, alors je ne vais pas me réjouir trop vite …

Comme vous le savez, les BD ce n’est pas ma tasse de chocolat chaud, mais c’est pourtant bien d’une bande dessinée dont je vais vous parler aujourd’hui. En effet, je me suis laissé tenter par un titre de Guilhem et Marazono, qui m’a fait de l’œil alors que j’étais en visite (avant le confinement) dans la BU où travail mon compagnon, il s’agit de la BD Les Trois fantômes de Tesla, vous connaissez ?

Amazon.fr - Les Trois fantômes de Tesla - tome 1 - Le Mystère ...

J’aime bien les couvertures de ce titre, c’est d’ailleurs elles qui ont attiré mon regard, alors que j’étais en train d’attraper Le Château des animaux en rayon (comme quoi, on trouve de tout en bibliothèque universitaire ^^), au moment de l’emprunt je n’ai même pas pris la peine de jeter un œil au résumé, mais si, à mon contraire, il vous intéresse je vous propose de le découvrir ci-après :

« Rumeurs de débarquement de sous-marins allemands sur la côte est… Mystérieuses apparitions, et disparitions, sur les bords de l’East River… Mise sous tutelle des laboratoires d’Edison par le FBI… Expérimentations de terribles armes secrètes par les forces japonaises dans le Pacifique… Pour celui qui sait voir au-delà des apparences de calme trompeur, tout démontre que New York sera bientôt plongée au coeur des événements qui ravagent aujourd’hui le reste du monde…
Et nous sommes toujours sans nouvelles de Nikola Tesla, probablement le seul savant dont l’originalité et les inventions géniales sont susceptibles de nous fournir une aide décisive dans cette guerre destructrice !

New York, un été 1942…
Une enquête de T.S. Billing, notre reporter du Daily Worker

Au même moment, le jeune Travis emménage avec sa mère dans un hôtel meublé de Manhattan. Il ne sait pas encore que son énigmatique voisin de palier va l’entraîner dans une aventure aux ramifications scientifiques terribles et galvanisantes…

L’histoire proposée par Guilhem et Marazono dans cette bande dessinée mêle savamment science-fiction et Histoire réelle. J’ai trouvé cela intéressant et très prenant. Notamment grâce à un suspense bien maîtrisé et à des des personnages intéressants et bien amenés. Tout particulièrement Travis, l’un des protagoniste principal de cette histoire. Il s’agit d’un jeune garçon à l’esprit vif, et qui va se retrouver mêler à un complot scientifique à l’échelle mondiale …

Outre les personnages et l’histoire en générale, je tenais également à vous parler des dessins. Réalisés par Guilhem, ils sont très agréables à suivre, usant d’une gamme de couleurs variées, qui va essentiellement du vert de gris à l’ambre.

Les trois fantômes de Tesla + ex-libris offert tome 2 - BDfugue.com

Avis aux amateurs de textes à rallonge, vous ne trouverai rien de tel ici. En effet, cette il y a peu de texte dans cette histoire captivante où les auteurs nous entraînent aux côtés d’éminents scientifiques à la poursuite d’un rêve ultime : faire cesser les combats à l’échelle planétaire …

A l’heure actuelle, ce titre comporte deux tomes sur les trois initialement prévus.

Romans

Friends – Marie-Charlotte François

Bien le bonjour à vous tous, en ce vingt-cinquième jour de confinement, je vous propose de découvrir mon avis sur Friends, une petite romance découverte sur Netgalley et qui n’a strictement rien à voir avec la série TV iconique.

41XkYJPW-QL

Jade, 17 ans voit sa vie basculer à la mort de sa mère. Obligée de changer d’air, elle déménage avec son père.

Elle doit tout quitter : ville, maison, amis… Tout quitter pour refermer les blessures du passé et bâtir un nouveau futur, rempli de bonheur.

Elle déchante cependant vite lorsqu’elle découvre quelle doit cohabiter avec Cameron, 18 ans, aussi insupportable que sa petite amie, Lucie.

Face à cet horrible duo, pas facile de se reconstruire.

Mais si les apparences étaient trompeuses ? Et si Cameron, sous ses airs supérieurs, cachait un cœur ?

Avant de vous donner mon avis sur ce livre, il faut que je vous explique comment j’en suis venue à le lire. Tout d’abord, je l’ai découvert avec un extrait disponible à la fin d’un autre roman. J’ai trouvé le début de l’histoire plutôt sympathique, j’aimais bien le principe de cette jeune fille qui vit uniquement avec son père et qui est obligée de tout quitter, ses repères, ses amis, pour aller vivre dans une ville inconnue. Alors, j’ai un peu fait des pieds et des mains pour pouvoir le lire et … je n’aurais pas du !

Et oui, malheureusement, l’extrait ne correspondait pas du tout à l’ensemble du roman. En effet, Jade me semblait être une jeune fille mature et intéressante. Or il se trouve qu’elle est en fait fade et obsédée par son apparence physique et le contenu de sa garde-robe.
Et que dire de la relation qui se noue entre Jade et Cameron, qui du jour au lendemain, passent de pires ennemis à amoureux fous.
Des points qui m’ont gâché ma lecture et qui m’ont fait oublier les bons moments passés au cours de cette lecture.

En somme, même si j’ai passé plus de temps à rouspéter face à la platitude des personnages, je ne peux pas vous conseillez de passer votre chemin car … chacun sa route, chacun son chemin 🎶 Oula non, le confinement me fait dérailler.
Mes excuses.
Je disais donc que je vous laisse juger par vous même cette lecture. Et sur ce, je vous dis à demain pour une nouvel article consacré à un livre qui devait m’apprendre à survivre en pleine nature, mais qui m’a juste ennuyé …

Romans

Nid de guêpes – Rachel Abbott

Bonjour à tous, en ce onzième jour de confinement, je vous propose de découvrir mon avis sur le dernier roman de Rachel Abbott paru début février chez Belfond noir, que je remercie d’ailleurs pour cette lecture.

J’ai découvert Rachel Abbott l’année dernière à l’occasion de ma lecture de son précédant roman, Ce qui ne tue pas, dont vous pouvez retrouver mon avis en suivant le lien. Alors quand j’ai vu que Netgalley proposais son dernier titre, j’ai sauté dessus ! D’autant que ce nouveau résumé m’a une fois de plus mit l’eau à la bouche.

En Angleterre, Anna a commis des erreurs de jeunesse mais est devenue une femme respectable. Directrice d’école, mère de famille et épouse aimante, elle a enterré son passé. Un jour pourtant, elle entend à la radio les propos d’un homme qui s’adresse directement à elle. Elle reconnaît Scott, celui qui l’a brisée et qu’elle a vu mourir quatorze ans auparavant. Il la menace de révéler ses secrets.

Tout comme dans Ce qui ne tue pas, notre personnage principal est de nouveau une femme, mère de famille, qui cache de lourds secrets et si cela peut sembler redondant, sachez que l’auteure a su se renouveler en beauté.

Ici, point de violence physique, non cette nouvelle histoire nous plonge dans l’affreux monde du chantage et des remords en tout genre.

En effet, Anna, notre héroïne, femme calme et distinguée en apparence, cache un lourd passé qui la poursuit et lui pèse depuis près de quinze ans et qui semble bien décidé à faire voler en éclats sa belle vie de famille construite depuis le premier jour sur un tissu de mensonges.

Je savais que Rachel Abbott aimait les histoires imbriquées et une fois de plus, elle fait preuve d’une grande imagination pour nous entraîner vers de fausses pistes tout au long de son récit. Un pur bonheur.

Même si j’ai été moins emballée que pendant ma lecture de Ce qui ne tue pas, l’histoire qui nous est contée dans Nid de guêpes ne manque pas de piment et de suspense. J’ai cependant eu l’impression que l’auteure s’était un peu plus perdue en histoires secondaires un peu inutiles, je pense ici aux passages concernant la vie de famille de Tom Douglas, le DCI chargé de l’enquête. Mais qu’importe, cela ne gâche pas la lecture de ce nouveau roman que je conseille aux amateurs d’histoires à suspense, mais qui n’apprécient pas les situations gores.

Mangas

Dans l’abîme du temps – Gou Tanabe

Bien le bonjour à vous tous, aujourd’hui je vous propose un article sur un manga aussi magnifique qu’intéressant …

P_20191218_145739

Certaines choses devraient rester cachées pour l’éternité…
En 1935, au fin fond de l’Australie, le Pr Nathaniel Peaslee recherche avec frénésie les traces d’une civilisation inconnue. Il ne comprend pas pourquoi, mais il connaît ces lieux, comme si un autre avait implanté des souvenirs en lui. Il sait que quelque chose d’aussi mystérieux que terrifiant se tapit, là, dans les profondeurs du sable du désert …

Son monde a été chamboulé près de 30 ans plus tôt. À l’époque, il enseigne à la prestigieuse université de Miskatonic. Il mène une vie paisible, entouré de sa femme et de ses enfants… jusqu’au jour où il s’effondre en plein cours. À son réveil, personne ne le reconnaît. Il a toujours la même apparence, mais semble avoir perdu la raison ! Il parle un dialecte inconnu et se comporte comme un étranger. Pire, il se prend de passion pour les sciences occultes, allant même jusqu’à se plonger dans l’étude du Necronomicon, ouvrage maudit entre tous …

J’avais prévu de vous parler de ce titre à l’occasion de la venue en France de Gou Tanabe, le mangaka derrière la magnifique collection de chefs-d’œuvre de Lovecraft que vous pouvez retrouver chez Ki-oon … Mais comme vous le savez fort bien, Livre Paris a été annulé, malgré tout je vous propose de découvrir mon avis sur le second titre qui fut édité dans cette sublime collection.

Il s’agit du second titre de Lovecraft adapté en manga (dans cette collection du moins, je ne sais pas s’il y a eu d’autres adaptations par le passé), après Les Montagnes Hallucinées (dont vous pouvez retrouver mes avis en suivant les liens des tomes 1 et 2).

Pour ma part, j’ai trouvé cette histoire plus facile à suivre que la précédente, après il s’agit de ma première véritable incursion dans le monde de ce grand auteur (auparavant, j’avais seulement lu la nouvelle concernant Cthulhu). Je pense que cela vient du fait qu’il y ait moins de personnages que dans la première histoire, ici on suit seulement les péripéties de Peaslee, un éminent professeur à qui il va arriver masse d’em…brouilles ! Ne tenant pas à vous en dévoiler trop sur son histoire, qui est à la fois aussi fascinante que dérangeante, je vous dirais seulement qu’il va être la victime d’un phénomène inconnu et incompréhensible lui provocant d’étranges visions et bouleversant sa vie.

Les visions et autres cauchemars dont souffre Peaslee, nous donne l’occasion de profiter une fois de plus du trait magnifique de Gou Tababe, qui nous immerge en seulement quelques pages, dans le monde extraordinaire des anciens dieux. Personnellement, j’ai été charmé, presque happé par la force et la beauté qui se dégage de ces pages.

Une fois de plus, je ne peux que vous conseiller de découvrir cette sublimissime collection, dont une troisième tome est paru il y a quelques temps, La Couleur tombée du ciel.