Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

C’est mardi, que lisez-vous ? #7

Pfiouuuu mais les semaines passent à une vitesse effarante ! 

illustration mardi que lisez-vous
Poulpe trop choupinou 🐙

 

Même principe que d’habitude, : chaque lundi mardi, je répondrai à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j’ai lu cette semaine :

Certains d’entre vous le savent déjà, mais suite à mon nouveau travail, je vais bientôt déménager. Par conséquent j’ai été rès occupée ces derniers temps entre les visites d’appartements, de maisons, les tours et détours dans les magasins d’aménagement … bref, j’ai ouvert différents romans, mais je n’en ai fini aucun. Shame on me.

 

Je suis en train de lire :

Comme je vous le disais j’ai ouvert plusiseurs romans, sans jamais dépasser la moitié du texte !
Voici ceux qui m’ont accompagné cette semaine :

Je suis toujours en train de lire le second tome de la saga napolitaine d’Elena Ferrante, mais je le trouve ennuyeux à souhait, ce qui ne me motive pas à avancer dans ma lecture.

Comme les semaines précédentes, j’ai choisi un nouveau livre-audio pour m’occuper lors de mes 3h de route quotidienne pour faire l’aller-retour entre mon domicile actuel et mon travail, et une fois de plus je me suis tournée vers Henning Mankell. Je le débute à peine, mais il est plus descriptif que le précédent (Une main encombrante) et du coup j’ai plus de mal à me concentrer. Mais comme le résumé m’a beaucoup attiré, je vais bien évidemment lui laisser une chance !

fandom

J’ai aussi commencé à lire Fandom d’Anna Day, dans le cadre de Lire en couleurs, j’aime bien l’histoire, mais pour l’instant j’ai un peu de mal à accrocher avec les personnages, je les trouve « trop » : trop râleurs, trop niais, trop méchants … bref, c’est pas la joie.

Comment-larguer-un-bad-boy

Hier, j’ai une fois de plus oublié mon livre en allant chez le médecin, par conséquent j’ai débuté un nouveau titre sur mon portable, au passage je remercie Netgalley pour cet accès, que je trouve particulièrement distrayant, à voir si la bonne humeur présente perdurera au fil des pages !

 

Ce que je lirai ensuite :

Alors là j’ai pleins d’idées pour la suite, mais bien évidemment je n’aurai certainement pas le temps de les lire !

atelier sorciers 3


A la semaine prochaine pour un nouveau rendez-vous, en espérant que la semaine à venir soit plus productive que la précédente !

signature

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Romans

Maudit Cupidon – Lauren Palphreyman

Merci aux éditions Hachette et à Netgalley qui m’ont tous deux permis de lire cette romance à cheval entre mythologie grecque et virée californienne !

Maudit-cupidon.jpg

Je ne peux pas dire que cette lecture fut un coup de cœur, loin de là, mais j’ai tout de même passé un moment bien agréable en compagnie de Cupidon et de sa clique. Explication :

Dans un premier temps j’ai tout particulièrement aimé l’univers qu’a créé l’auteure. Je le trouve à la fois original et pourtant il se raccroche assez fortement à notre univers par des éléments de notre quotidien, comme le lycée, les après-midis passées dans un café entre amis …J’ai aussi beaucoup apprécié l’éventail large de personnages que propose l’auteure. Chacun d’entre eux a sa personnalité propre et nous réserve sa part de mystères. J’ai tout particulièrement apprécié Cal, je le trouve plus « complet, fini » que certains autres personnages de romans young adult.
Et vous qui l’avez lu, votre préférence va vers quel personnage ?

Le style de l’auteure, à la fois simple, mais pas brouillon, m’a aussi permis d’entrer très facilement dans l’histoire, je visualisais sans peine les scènes qu’elle décrit.

En somme je l’ai, dans un premier temps je dis bien, trouvé varié et bien construit.

Cependant comme tout n’est jamais entièrement rose dans un roman, je également tiqué à de nombreuses reprises face aux facilités scénaristiques. C’est un point qui me fait, hélas, très facilement sortir de me lecture. Comme de par hasard, les personnages se trouvent toujours dans la ville exact où sont cachés tout un tas d’artefacts, c’est trop facile !
J’sais pas les auteurs pourraient inventer des portails permettant de se déplacer d’une ville à l’autre pour les retrouver ou n’importe quoi d’autre, parce que vraiment ça me gonfle que les objets, armes ultra recherchées se trouvent systématiquement dans la ville où se déroule l’histoire !

Oh et puis tant que j’y suis à râler, il faut aussi que je vous parle du simili de procès à la fin, à ce moment là j’ai trouvé que l’histoire partait en cacahuète, ça devient trop brouillon à mon goût.

Mais ce qui m’a sûrement le plus dérangé dans cette histoire c’est … Cupidon, pitié j’arrivais pas à le prendre au sérieux avec un prénom pareil ! Entre lui et Roméo de Mission séduction, croyez moi j’ai été servis côté prénoms ridicules !

Et puis Cupidon, oui encore lui, et sa manie d’appeler Lila, mon amour, si tôt qu’ils se sont embrassés, c’était gonflant ce changement soudain et puis c’est d’un cucul (oui mon aussi j’appelle parfois mon compagnon de cette manière, mais le lire à chaque réplique, c’était horripilant !)

Bref, bref, bref il faut que je me calme, parce qu’au final je l’ai bien aimé cette histoire, elle est rafraîchissante et distrayante à souhait, un petit bonbon au chocolat en attendant l’arrivée de Pâques.

signature

 

 

 

 

P.S. : Est-ce que je vous ai parlé de la fin ouverte, qui présage possiblement d’une suite ? Non ?! Eh bien maintenant c’est fait !

 

 

 

 

 

Mangas

Voyage au centre de la Terre (tomes 1 et 2) – Norihiko Kurazono & Jules Verne

J’ai découvert ce manga au détour des rayons de la bibliothèque où je travaille, je l’avais repéré à l’époque de sa sortie, mais jamais lu, c’est désormais chose faite ! Enfin pour ce qui concerne les deux premiers tomes ^^

J’ai apprécié ma lecture, sans toutefois la considérais comme un coup de coeur. Elle se situe un cran au dessus d’agréable, mais pas plus.

J’ai trouvé les personnages intéressants et bien rendu vis à vis de mes souvenirs du roman originel.

Chacun à sa propre personnalité, et on s’attache facilement à eux. L’équipe est composée de trois personnages :

Axel, neveu du professeur à l’origine de l’expédition, il est, je trouve, un gros râleur à la limite de la tête à claque. Mais c’est le plus humain de l’équipe, il est conscient de ses limites contrairement à son oncle, le Professeur Otto Lidenbrock. Ce dernier est entêté, très souvent expansif voir explosif. Il semble très attaché à Axel (malgré le ton très autoritaire avec lequel il lui parle parfois). Le trio de cette expédition est complété par Hans, leur guide, c’est un homme courageux, travailleur, taciturne et au combien indispensable aux deux autres !

J’ai trouvé que les émotions des personnages sont bien retranscrites. Dans le second tome, j’ai ressenti la claustrophobie d’Axel, alors que ce dernier est enfermé à des kilomètres sous terre et coupé de toute autre vie humaine. 

Les mots de la langue humaine ne peuvent suffire … à qui se hasarde dans les abîmes du globe.

J’ai apprécié les dessins, ils sonts impressionnants, mais sans toutefois êtres mémorables. Je pense qu’il aurait était possible de faire encore plus grandiose en se basant sur le texte de Jules Verne. Les pages en couleurs au dbut de chaque tome sont très agréables, voir même instructives pour celle du second tome. J’ai également eu une préférence pour la couverture du second tome, elle met directement dans l’ambiance : ce coup-ci, leur voyage ne sera pas un long fleuve tranquille …

Globalement j’ai aimé ma lecture, mais je ne m’attendais pas vraiment à pouvoir être déçue sachant que j’aime l’histoire de base. Ellei me passionne depuis toute petite, j’ai toujours eu une préférence pour 20.000 lieues sous les mers, mais Voyage au centre de la Terre arrive en deuxième dans mes préférences parmi les textes de Jules Verne.

Mon seul petit regret résiderai peut-être dans la répétition répétitive de la construction du premier tome : Axel se plaint, son oncle le houspille, Axel se plaint, son oncle le houspille et ainsi de suite.

Les faits, suivant leur habitude, viennent démentir les théories.

En tout cas, une chose est sûre, quand les prochains tomes arriveront à la bibliothèque, je les lirai, j’ai hâte de « découvrir » la suite de leurs aventures !

 

signature

Lire en couleurs 🎨·Romans

Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin

Bon alors, tout d’abord, je dois m’excuser auprès de la blogeuse à l’origine du challenge Lire en couleurs, car je publie cet article avec près de quinze jours de retard, en effet il était prévu dans la cadre de Lire en couleur#Rose, du mois de février !
J’ai honte !!
Mais bon je l’ai enfin bouclé et j’espère que le rendu vous plaira.
cover-lire-en-couleurs.png

Il y a plusieurs éléments qui m’ont plus dans ce gros roman, tout d’abord la douceur de l’histoire, croyez moi ça change des polars ou des romances pour adolescents. Ici on suit l’histoire d’une femme mûre, que la vie n’a pas épargné, loin de là, et portant l’auteure n’abuse pas de moment crus dérangeants pour le lecteur. Non elle évoque simplement des moments d’une vie.

Une vie qui peut parfois paraître lente et monotomne. Le début du livre est plutôt lent, je ne voyais pas où l’auteure voulait en venir et pourtant une fois que  »l’enquête  » est lancée, on veut comprendre ! Je ne peux pas vous dire de quoi il retourne sans vous spoiler un des éléments clé de l’histoire, mais sachez que Violette a vécu un événement plus que traumatisant et que ce dernier a régi plus de la moitié de sa vie !
L’histoire est découpée tantôt dans le présent, tantôt dans le passé. C’est fluide et ça permet de comprendre (un peu) mieux le personnage de Violette. Et puis ça ajoute un peu de suspense, si je peux appeler ça comme ça.
Il y a quelque chose dans ce roman qui m’a fait m’accrocher, pourtant je le trouvais trop lent, trop descriptif … mais je l’ai tout de même terminé au beau milieu de la nuit !

Cependant, et comme je vous le disais à l’instant, il a fallu que je m’accroche pour terminer ce roman. En effet j’ai eu du mal avec le style de l’auteure, c’est peut-être uniquement le cas dans ce roman, mais sa manie de toujours ajouter des détails me saoule. Trop de détails, tu le détail.

D’autant que Violette Toussaint, la protagoniste principale de l’histoire, a la fâcheuse tendance de m’agacer. Je veux bien prendre en compte qu’elle a eu une vie compliquée, mais des fois j’ai envie de la secouer ! Elle et les nombreux autres personnages aux noms parfois bien loufoques, tel que les trois crocs-morts qui se prénomment « Pierre, Paul et Jacques ». Ca m’a donné l’impression d’écouter une histoire inventée à la va-vite par un parent à la demande son enfant.

Je ne sais pas si les difficultés que j’ai eu à termier ce roman venaient de ces broutilles ou de la lenteur du récit, mais en tout cas j’aurai volontiers coupé des passages entiers de l’histoire !

En somme je reste mitigée face à ce roman.
J’ai de nombreuses choses à lui repprocher, et pourtant je l’ai vraiment apprécié, allez comprendre !
Et c’est pourquoi, malgré le flou dans lequel ce livre m’a laissé, je vous le recommande tout de même, car n’oubliez pas qu’il renferme une magnifique histoire de vie et de courage !

signature

Romans

Noli me tangere – Andrea Camilleri

Laura, belle et brillante épouse d’un grand écrivain, disparaît alors qu’elle était sur le point de finir son premier roman. Son mari s’inquiète, la presse s’emballe et toute une ribambelle d’amants en profitent pour dire tout le mal qu’ils pensent d’elle.

Mais Laura est-elle cette séductrice cruelle et sans cervelle, cette femme calculatrice et superficielle, ce monstre d’égoïsme que décrivent ses amants ? Ou bien un être tourmenté et absolu, avide de spiritualité, chroniquement affligé de crises de mélancolie, de ghibli, comme elle dit, qui l’obligent à se retrancher du monde et des hommes ?

Le subtil commissaire Maurizi mène une enquête discrète sur les traces d’une femme mystérieuse, fascinée par la fresque de Fra Angelico, Noli me tangere, qui a magistralement orchestré sa propre disparition.

noli-me-tangere

Une belle histoire qui sort de l’ordinaire pour ce tout petit livre. Attirée, par sa flamboyante couverture et son résumé plutôt mystérieux, dans les retours du jour à la bibliothèque, je l’ai attaqué pendant ma pause déjeuner et terminé le jour même pour ne pas faire attendre les lecteurs suivants … et j’ai bien fait !

Au vu de la quatrième de couverture je m’attendais à une enquête policière sur la disparition mystérieuse d’une jeune italienne, femme d’un auteur à succès; eh bien même si cette dernière disparaît bien, ce petit roman nous conte plutôt les envies de liberté d’une femme au caractère insaisissable : amante dévouée, épouse infidèle, femme froide et calculatrice … Laura nous entraîne avec passion dans son voyage initiatique vers le bonheur au travers de témoignages de personnes de son passé, de son présent, d’articles de journaux …

Si j’ai aimé la manière dont sont amenées les informations, j’ai moins apprécié le style de l’auteur, que j’ai trouvé plutôt brouillon, j’ignore si c’est comme ça dans chacun de ses livres (il est le créateur du Commissaire Montalbano) ou si c’est du à la traduction, il faudra que je me penche sur la question ultérieurement …

signature

Cinéma

Le Conte de la princesse Kaguya – Isao Takahata

A l’époque de la sortie au cinéma de ce film, je voulais absolument aller le voir, car pour moi rien de tel qu’un écran géant, une salle noire, pour apprécier au mieux un film, mais l’occasion ne s’est pas présentée, j’ai donc remédié à cette situation quand j’ai vu que la bibliothèque que je fréquente (pas celle où je travail, une autre) avait le DVD.

Adapté d’un conte populaire japonais « Le couper de bambou », un des textes fondateurs de la littérature japonaise, Kaguya, « la princesse lumineuse », est découverte dans la tige d’un bambou par des paysans. Elle devient très vite une magnifique jeune femme que les plus grands princes convoitent : ceux-ci vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main.

conte affiche.jpg

Que vous dire de mon visionnage, à part que j’ai été captivé, abasourdi par l’histoire qui se déroulait sous mes yeux !
Tout n’y ai que douceur et délicatesse, c’est un pur bonheur.

J’ai adoré les dessins à l’aquarelle, ça change des dessins numériques et ça apporte une dimension plus calme que ce dont on a l’habitude avec les dessins animés actuels (Ah, c’était mieux avant ! … Pardon, j’ai pas pu résister ^^)

conte paysage.jpg

Côté ambiance, j’ai eu l’impression d’être dans un univers similaire à celui d’Arietty, le petit monde des chapardeurs ou des Souvenirs de Marnie (deux coups de cœur !), je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire, car les scénarios sont totalement différents, mais c’est au niveau du calme et de la douceur que j’ai ressenti des similitudes.

Côté histoire, je dois bien dire que j’ai tout simplement adoré !
Les « caprices » de la princesse me rappelle un peu ceux de Peau d’Âne, quand cette dernière chercher à échapper à l’amour fou de son père.
Et je dois bien avouer que voir ses prétendants échouer lamentablement m’a fait sourire.

conte caprice.jpg

Je vais peut-être arrêter là les digressions concernant ce film, car vous l’aurez aisément compris : je vous recommande bien volontiers ce film, et si jamais vous ne l’avez pas encore vu, je ne peux que vous conseillez d’y remédier !
Et pour ceux qui l’aurait déjà vu, que diriez-vous de le revoir ?

signature

 

Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

C’est mardi, que lisez-vous ? #6

Nouvelle semaine, nouveau « C’est mardi, que lisez-vous ? » !

illustration mardi que lisez-vous
Poulpe trop choupinou 🐙

 

Même principe que d’habitude, : chaque lundi mardi, je répondrai à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j’ai lu cette semaine :

changer-l-eau-des-fleurs-tea-9782226429537_0

J’ai enfin terminé ce roman commencé il y a un sacré bout de temps. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’hsitoire, mais je ne suis pas déçue de m’être accrochée, car au final, c’est une très belle histoire !

Je suis en train de lire :

Dans le cadre de Lire en couleur #Vert, j’ai décidé de lire le second tome de la saga nappolitaine d’Elena Ferrante, qui fait suite à celui-ci, pour l’instant j’ai lu environ 150 pages, et … il ne m’emballe pas !

J’ai commencé Maudit Cupidon hier tant que j’étais chez le kiné, ça m’a l’air assez loufoque, mais au moins ça a le mérite de me changer les idées en proposant un texte bien moins sombre que celui de Maxime Chattam.

9782367625737-001-T

Après avoir écouté Une main encombrante d’Henning Mankell, je me suis choisi un nouveau livre lu, L’Appel du néant de Maxime Chattam. Actuellement je suis arrivée à un peu plus de la moitié du roman, je le trouve bien, mais il ne me transcende pas comme a pu le faire La Conjuration Primitive il y a quelques années.

Ce que je lirai ensuite :

Fandom entre également dans ma nouvelle sélection pour Lire en couleurs, je l’ai récupéré samedi dernier à la bibliothèque, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de l’ouvrir.

signature

 

Romans

Mission séduction – Laurène Reussard

Roméo, 20 ans, est agent en séduction.
Principe : aider de jeunes filles en souffrance à retrouver goût au bonheur.
Armes : son sourire, sa répartie et son expertise en matière de relations.
Règles : personne ne doit souffrir, personne ne doit tomber amoureux.
Taux de réussite : 100%.

Sa nouvelle mission représente un défi de taille car Héloïse est une lycéenne rebelle, sarcastique et hautaine. Depuis quelques mois, elle ne laisse personne l’approcher, pas même ses amis. Roméo a beau lui sortir le grand jeu, chacune de ses tentatives pour percer ses défenses se solde par un échec. Mais Roméo n’a pas dit son dernier mot ! Quelque chose chez cette fille aux smokey eyes l’intrigue : et si plutôt qu’une blessure, son attitude masquait de grandes forces ?

Qui de l’agent séducteur ou de la cible séduite mène véritablement la danse ?

Tout d’abord, je voudrais revenir pour vous sur la première raison qui m’a poussé à choisir ce roman sur le plateforme Netgalley … la couverture. J’adore le bleu marine et j’ai tout suite flashé sur cette dernière.
Et puis dans un second temps, le résumé, il m’a conforté dans l’idée que ce livre allait me plaire.

IMG_20190308_090104

Dans son roman Laurène Reussard nous sert une romance, bien sûr, mais elle sera bien loin de certaines bluettes qu’on peut parfois lire. C’est un livre Young Adult qui se construit tout en douceur, en abordant des thématiques fortes et importantes. Elle va en effet mettre en lumière de nombreuses difficultés que peuvent rencontrer les adolescents de nos jours (pour ma part, je suis bien contente d’avoir échappé à tout ça !). Au travers de l’histoire d’Héloïse, l’auteure met en lumière le phénomène du slutshamming et va nous montrer à quel point cela peut être destructeur.
D’autres thèmes comme le harcèlement scolaire et l’homosexualité sont également abordés dans ce roman.

Si vous vous posiez la question « est-il possible d’allier romance et sujets importants ? », la réponse est oui, puisque l’auteure y parvient avec succès.

Mais revenons-en à notre histoire de base.
Héloïse, qui subi chaque jour dans son lycée des agressions toutes plus vulgaires les unes que les autres, a choisi de se couper du monde, de son monde en laissant tomber tous ses anciens amis et en mettant de la distance avec sa mère. Cette dernière, inquiète pour sa fille, fait donc appel à Roméo, afin d’essayer de percer son secret et peut-être de la faire redevenir elle-même.
Mission difficile pour Roméo qui n’arrive pas à cerner cette adolescente rebelle et acerbe.

Toi, t’as un truc. Un vrai truc qui fait que quand tu souris, il y a tout qui déconne chez moi. Et que je deviens un pauvre con, aussi.

Le roman étant tout de même un petit pavé (près de 500 pages), on sait qu’il va se passer bien des choses au delà de la simple romance de lycéens, et fil des pages on découvre l’histoire d’Héloïse avec son lot de moments tristes, abjectes, révoltants …  Mais au delà de ça, découvrir le passé d’Héloïse nous permet aussi de plonger dans celui de Roméo.
Pour quelles raisons exerce-t-il ce métier si spécial ?
Au travers des pages qui lui sont consacrées, on découvre un jeune homme qui s’accroche à ses missions pour survivre et pour fuir son propre passé …

J’ai apprécié le personnage d’Héloïse, cette jeune femme de 17 ans met tout en œuvre pour rester invisible et quand, par malheur, quelqu’un essai d’interagir avec elle, elle fonce dans la tas et tant pis pour les dégâts occasionnés, ses propos pouvant êtres très acerbes. Au lycée, sa réputation est faite. Ayant décidé que c’était une cause perdue, elle a accepté le fait que ses camarades se fassent de fausses idées sur elle et elle ne cherche plus à démentir. Je la trouve touchante, même si parfois son comportement est quelque peu excessif. Notamment dans son comportement avec ses amis, elle ne semble pas connaître la demie-mesure.

Quant à Roméo, notre séducteur professionnel, j’ai également adoré son personnage. C’est un jeune homme qui parvient à écouter et faire parler ses « cibles » (ce terme, par contre, m’a fait tiqué, je le trouve trop associé au domaine de la chasse, que je réprouve totalement) afin de les aider à aller mieux. On apprend au fur et à mesure ce que Roméo cache, ce qui le pousse à aider les autres. Son passé cache de lourds secrets qui ont forgé celui qu’il est devenu.

Parviendra t-il à mener sa mission à bien?
Saura t-il traiter Héloïse comme n’importe quelle cible?

Cette histoire et la relation entre Héloïse et Roméo, étant entièrement fondée sur un mensonge, sera semées d’embûches, ce qui est indubitablement annonce une scène dramatique (et croyez moi, scène dramatique il y a).

Au final, je vous recommande aisément Mission Séduction, j’ai passé un bon moment de lecture aux côtés des personnages créés par Laurène Reussard et j’ai été heureuse de découvrir bien plus qu’une simple romance adolescente.

signature

 

BD·Mangas·Romans

TAG : Les femmes à l’honneur !

Bonjour à toutes et à tous, oui messieurs, je ne vous oubli pas, même en cette journée dédiée à nous les femmes et à nos droits.
Comme beaucoup d’autres blogueuses, j’ai eu envie de nous rendre hommage et j’ai cherché un roman qui se préterai bien à cette journée, mais en fouillant le lecteur de WordPress je suis tombée sur un article de Minimouth, qui a créé un TAG où les femmes sont à l’honneur.
Je me suis permise de le lui emprunter, et voici donc ma version de son
TAG Les femmes à l’honneur ! 

 

La MacGyver : avec une épingle à cheveux et du scotch, elle te sort de tous les mauvais pas

Geneviève Lefoux, dites Vivi dans la saga Le Protectorat de l’Ombrelle de Gail Carriger. Donnez lui de la poudre de perlimpinpin et un parapluie et elle vous fera une arme de destruction massive anti-créature-surnaturelle !

La chef de projet : sans elle, tout s’écroule

Je serais vraiment tentée de répondre comme minimouth, du blog éponyme, à savoir Hermione, mais j’ai envie de vous parler d’Oona Lee, la jeune demoiselle issue de la BD 5 mondes de Mark Siegel. En effet sans elle il n’y aurait aucune cohésion au sein de son petit groupe d’amis, aucune magie et surtout … aucune aventure !

La badass : attitude, look, prestance : la nana en impose et t’aimerais tellement lui ressembler

Ludivine Vanker, des livres non-moins badass de Maxime Chattam (La Conjuration Primitive, La Patience du Diable, L’appel du néant). Cette fille a (presque) tout pour elle : un physique de rêve, des amis en or, un job rempli d’action et surtout elle botte le c** aux pires raclures de la Terre ! Et pour ça, respect Madame.

L’universitaire : la tête dans les bouquins, elle a toujours réponse à tout

Hermione Granger. Oui, je sais, c’est classique, mais je ne pouvais pas ne pas citer cet immense puits de savoir ! A chaque rentrée scolaire je me disais « Punaise, il faut que je fasse comme Hermione, je dois commencer à bachoter le plus tôt possible pour être au point au moment des examens … résultat, hélas, j’étais plus proche de Ron !  »

La rebelle : she won’t take « no » for an answer

Shuka, des mangas Darwin’s game du duo FLIPFLOPs. Sa vision de la vie est plutôt simple : ou tu es d’accord avec elle ou … elle te découpe en morceaux à l’aide de câbles en acier qu’elle contrôle par la pensée … mignonne !

L’aventurière : celle qui a besoin de découvrir le monde

Isabella Bird, est-ce que j’ai vraiment besoin de vous dire pourquoi cette catégorie a été créer pour elle ? ^^

La guerrière : à l’épée ou à main nue, aucun homme ni aucune femme ne lui résistent

Rebecca Kean, de la série éponyme de Cassandra O’Donnell. Cette fille c’est simple, une bombe atomique ferait moins de dégâts à côté d’elle !

La philosophe : souvent de bon conseil, elle arrive toujours à prendre du recul sur la vie

Etonnament, j’ai envie de répondre Violette Toussaint, la protagoniste de Changer l’eau des fleurs, de Valérie Perrin. Malgré toutes les embûches qu’elle a subi, elle est encore debout chaque jour pour son entourrage et leur apporte son sourire et sa précieuse joie de vivre. Un personnage très inspirant.

L’indépendante : elle n’a besoin de personne pour s’en sortir et c’est limite si les autres ne vont pas la ralentir

Sarah Geringën, personnage issu du roman Le Cri de Nicolas Beuglet. Pour moi c’est une héroïne extraordinaire, à la fois invincible et pourtant pleine de doute, ce qui ne l’empêche pas d’avancer droit vers la vérité !

 

signature

 

Lire en couleurs 🎨·Mangas·Romans

PAL #5 – Fais tes bagages Cri-Kee, on déménage !

Une fois de plus, j’ai été raisonnable et j’ai terminé ma PAL de février dans les temps (2019 commence bien, j’espère que ça continuera !), par conséquent je débute, pour le second mois consécutif, une nouvelle pile vierge.

  • Fandom, Anna Day *
  • L’Amie prodigieuse, le nouveau nom (tome 2), Elena Ferrante *
  • L’appel du néant, Maxime Chattam (livre audio)
  • La coupure, Fiona Barton
  • Le couple d’à côté, Shari Lapena

 

  • Erased-Re (tome 9), Sanbe Kei
  • Beastars (tomes 1 et 2), Paru Itagaki *
  • Voyage au centre de la Terre (tome 1), Norihilo Kurazono et Jules Verne
  • Don’t worry be happy (tomes 1 à 4), Kaori Hoshiya
  • Le veilleur des brumes (tome 1), Robert Kondo

 

Chacun des titres qui est suivi par une astérisque correspond à un titre pour le challenge « Lire en couleurs« , ce mois-ci, comme vous l’avez peut-être déjà vu, sera consacré à la couleur verte.

 

signature