Romans

Ils peuvent tous aller se faire voir – Anna Paige

Bonjour à vous tous, j’espère que vous avez eu une bonne semaine, la mienne fut plutôt chargée en activités diverses et variées, dont un voyage à Paris, mais surtout remplie de belles lectures … à l’image du livre dont je vais vous parler aujourd’hui !

006164656

Je suis très heureuse d’avoir débuté cette lecture et d’être passée outre cette couverture tout simplement affreuse que nous offre ici Hachette, car ce qui se cache derrière est un pur bonheur.

Encore étudiante, Melissa porte toute sa famille sur ses épaules. Pas le choix : sa mère a abandonné le foyer, son père est débordé par le travail et son frère Léonard part à la dérive, traînant en bas des tours de leur cité. Heureusement, Melissa a un refuge, un havre de paix dans lequel s’évader : l’écriture.

Son prochain projet pour nourrir son imagination : suivre pendant un an l’équipe de rink hockey locale. Au fil des entraînements et des matchs, Melissa se fait une place dans le groupe. Seul Maximilien, dont le regard bleu l’électrise chaque fois qu’elle le croise, semble réticent à sa présence. Pourquoi cela la déstabilise-t-elle à ce point ? Est-elle en train de tomber amoureuse ? Impossible, son cœur ne peut pas se mettre en travers de son roman ! D’autant que Max et elle ne sont pas du même monde… À moins d’envoyer valser les préjugés, les contraintes familiales et la pression sociale d’un coup de crosse ou d’un trait de gomme !

Je vais être honnête avec vous dès le départ, ce livre fut un vrai coup de cœur, alors ne vous étonnez pas si ce qui suit n’est qu’éloge.

Ce roman est le second de cette jeune auteure, je n’ai pas lu le premier, mais au vu du plaisir que j’ai pris dans cette lecture, il est fort probable que je lise très prochainement.

Dans « Ils peuvent tous aller se faire voir », les personnages sont terriblement attachants. Mélissa est une jeune femme d’une vingtaine d’années, étudiante à la fac. Je me suis très rapidement prise d’amitié pour son personnage. Elle est à la fois douce, gentille avec la tête sur les épaules, tout en étant bien loin d’un personnage de nonne comme on en rencontre parfois dans le young adult. On pourrait la qualifier de personne lambda, elle n’est n’y trop timide, n’y trop extravagante, elle a des préoccupations de jeune femme de son âge et de son temps, je pense donc que chacune d’entre nous pourrait se reconnaître en elle.
Maximilien, soufflant le chaud et le froid dans la même page, il est plus difficile à cerner. Mais plus il se tient à l’écart de Mélissa, plus on a envie que tous deux se rapprochent.
Le reste de l’équipe de rink hockey, Léonard et la meilleure amie et cousine de Mélissa, sont quant à eux des personnages secondaires intéressants. Ils apportent leur lot de péripéties qui permettent d’étoffer le récit et ainsi de découvrir les protagonistes principaux sous des jours nouveaux.

Ce roman est bien écrit, l’auteure a un style fluide et très agréable à lire. J’ai beaucoup aimé la mise en abyme qu’utilise l’auteure dans son histoire, Mélissa, elle même jeune auteure s’apprête à publier son second roman et pour cela elle intègre le club local de rink hockey … tout comme l’a fait l’auteure avant d’écrire le roman dont je vous parle ici, ce qu’elle explique dans les remerciements.

Autre point que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman, c’est la découverte d’un sport dont j’ignorais tout, sans toutefois que cela ressemble à un documentaire.

Comme j’ai pu vous le dire un peu plus haut, au fur et à mesure que l’histoire se déroule, de multiples histoires secondaires apparaissent, elle sont intéressantes, pas envahissantes et je trouve qu’elles apportent un petit plus à l’histoire, étoffant le personnage de Mélissa. Elles nous donne également l’occasion d’avoir des passages attendrissants, notamment au travers de la relation que Mélissa entretient avec Léonard, son petit frère.

Ce livre, au delà de tous les points positifs dont je viens de vous parler regorge également de passages à fort suspense. Notamment au travers des différents matchs que l’auteure nous fait vivre.
Un mot pour qualifier le dernier match : bordel.
Bordel c’était fou, de l’action, du suspense, de la crainte, de la joie, de l’amusement. Tout cela en quelques lignes et pour cela je remercie et je félicite l’auteure pour son talent.

Le seule demi bémol (oui c’est vraiment ridicule), qui réside dans ces pages viendrait sûrement de l’incompréhension entre les personnages principaux que l’on sent venir à des kilomètres, pas un instant je me suis prise à penser comme Mélissa, mais qu’importe, je me suis laisser porter et j’ai patiemment attendu que Mélissa comprenne son erreur.

Encore une fois je tenais à remercier Netgalley et Hachette pour cette délicieuse lecture.

signature

Publicités
Uncategorized

Le jeudi sur son 31 #5

Bonjour à vous tous, on se retrouve aujourd’hui pour un nouveau numéro du rendez-vous « le jeudi sur son 31 ».

Ce rendez-vous a été proposé par Les Bavardages de Sophie. L’idée est simple, tous les mardis jeudis, on ouvre le livre que l’on est en train de lire à la page 31 et on choisit une phrase. Elle peut être révélatrice du roman, nous plaire par son style, nous déplaire… Bref on est libre !

Le but : se faire plaisir dans un court billet et parler rapidement de sa lecture du moment !

Et si vous vous demandez pourquoi la page 31 ? La blogueuse nous fourni une excellente réponse : parce que c’est au début du roman, mais pas trop tôt non plus, ceux qui viennent juste de débuter leur roman pourront donc participer. Et aussi parce qu’elle est née un 31 !

p_20190410_174422_13129920717862180.jpg

Pour notre nouveau rendez-vous, je vous propose non pas une, mais plusieurs citations extraites de mes différentes lectures dans le cadre du challenge « Une semaine à 1000 pages ».

Darwin’s game (t.15), Flipflops

DG

Isabella Bird (t.5), Taiga Sassa

ib.png

 

My home hero (t.1), Noaki Yamakawa & Masashi Asaki

mh-1.png

 

Mawaru Penguindrum (t.2), Kunihiko Ikuhara & Kei Takahashi

MW

signature

Mangas

Darwin’s game (tome 15) – Flipflops

J’ai débuté cette série il y a tout juste six mois et depuis je suis totalement addict ! A chaque fois que la bibliothèque achète un nouveau tome, je saute littéralement dessus !

Drawin-s-game

Une fois de plus, je n’ai pas été déçue à lecture de ce nouveau tome, les auteurs parviennent à conserver le suspense et punch qui font la signature de ce manga, et ce depuis quinze tomes.

Depuis que le clan des Boss de l’évolution pratique l’élevage de joueurs, les choses ont bien changé dans le lycée de Kaname. Accompagné de Shuka, il décide alors d’intervenir et découvre qu’un certain M. Ieiri serait à l’origine de ces manigances… Mais dans quel but ?

Pendant ce temps, dans le village blanc, Ryuji se fait attaquer par un mystérieux individu arborant le blason des Eighth. Bien déterminés à en découdre avec cet insaisissable ennemi, les Sunset Ravens se mobilisent pour mener l’enquête… Tandis que chacun devient suspect, la paisible retraite prend des allures de huis clos mortel !

Dans mon précédent article je vous parlais d’un village coupé de toute technologie afin d’être protégé du DG, c’est au cœur de cet endroit pour le moins étrange que l’action va essentiellement se dérouler. Et contrairement à ce que pensaient les personnages, ils sont loin d’êtres en sécurité dans ces terres reculées … pour ma part j’ai apprécié l’épisode qui s’y déroule, mais j’aurai aimé qu’il soit plus long, je trouve que la solution au problème arrive très vite. Même si j’ai apprécié qu’il soit l’occasion de mettre en lumière Sui (et Sota, par la même occasion), qui est d’habitude un personnage très discret.

Ce tome, qui est une poursuite directe du précédent, ne nous renvoi pourtant pas au lycée de Kaname, cet épisode est totalement passé à la trappe, et il est réglé via un coup de téléphone. Ça me déçoit, comme je vous le disais la dernière fois, je trouvais que ce passage permettait de ré-ancrer le récit dans un court réel, or les auteurs ont choisi de ne pas s’y attarder, je trouve ça dommage.

Malgré cela, j’ai vraiment apprécié ma lecture et il me tarde de mettre la main sur le tome 16 qui sort début juin.

signature

Romans

La Vraie vie – Adeline Dieudonné

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien. Aujourd’hui je vous propose un retour sur une lecture qui m’a scié, et à laquelle je ne m’attendais pas du tout !

C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.
Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.

P_20190511_134838_1.jpg

Le début de ce roman est lent, très lent, on suit la vie de tous les jours de deux jeunes enfants durant leur vacances d’été jusqu’à ce qu’un événement tragique vienne rompre la monotonie d’une vie de famille bien ennuyeuse (quoique déjà peu enviable).

Mais avant toute chose, une petite présentation de cette délicieuse famille s’impose …

La mère. Pitié. Si on connaissait son prénom il pourrait être synonyme de faiblesse.

La père, alors lui, c’est un monstre à l’état pur. Le genre de personne qui vous font regretter d’être venu au monde.

La grande sœur, dont on ignore également le prénom, est la narratrice tout au long de cette terrifiante histoire. Je l’ai trouvé idéaliste, naïve, immature malgré une intelligence remarquable, elle met très longtemps à se réveiller du cauchemar dans lequel elle vit. Pour moi son personnage devient plus intéressant dès l’instant où elle laisse tomber ses rêves de gamine et où elle décide de se battre.

Gilles, le petit frère, oh punaise bonjour le gamin flippant ! C’est essentiellement autour de lui que se construit ce roman. En effet même si sa grande sœur en est la narratrice, c’est pour le sauver lui qu’elle décide de rompre la monotonie de sa vie d’avant et d’affronter la vraie vie …

Leur vie bascule un soir d’été suite à un événement peu ragoûtant, sans vous décrire en détail, ça m’a coupé l’appétit, et pourtant je suis une habituée de Chattam et de ses scènes gores et sanguinolentes … Dès lors la narratrice se rend compte que son petit frère ne se remet pas de l’incident, qu’il change de jour en jour, basculant dans les tréfonds de la noirceur. Le tout de manière bien flippante.

Les histoires elles servent à mettre dedans tout ce qui nous fait peur, comme ça on est sûr que ça arrive pas dans la vraie vie.

Commence alors pour la fratrie un contre-la-montre sordide, c’est à celui qui accomplira sa mission le premier. Pour l’un, s’enfoncer dans les bafonds de la violence et de la torture psychologique et pour l’autre, chercher à retrouver le temps de la joie et de l’insoucience perdue et ce par tous les moyens, même la magie. Et là, je dois vous avouer que l’auteure m’a un peu perdu, heureusement qu’elle fini par retomber sur ses pieds assez rapidement, ce qui m’a permis de raccrocher les waggons et de poursuivre mon écoute, pour mon plus grand plaisir. En effet, plus l’histoire avance et plus elle est boulversante. Je ne tiens pas à tout vous raconter, sachez simplement que les pages de ce roman renferme l’histoire d’une jeune fille forte qui va se battre chaque jour pour ses idéaux et les gens qu’elle aime. Même si ce livre est d’une noirceure infinie, il contient une dose d’espoir qui est distillée au fil des pages jusqu’à un dénouement pour le moins époustouflant !

La deuxième partie de ma vie a débuté à cette seconde précise.
Le jour finissait et mon histoire commençait.

En somme un récit qui prend le temps de se mettre en place, peut-être un peu trop de temps comparé à la taille du roman, mais croyez-moi quand il décolle, c’est en vitesse lumière et là vous êtes scotchés à votre siège !

signature

 

Uncategorized

C’est mardi, que lisez vous ? #16

Oups ! Toutes mes excuses pour cet article très mal éduqué, le coquin est sorti en étant à moitié prêt ! Heureusement que je veille au grain.
Le re-voici donc dans une version plus complète !


Cette semaine est un peu particulière, en effet comme vous avez pu le découvrir hier je viens de débuter ma seconde sessions pour le challenge « Une semaine à 1000 pages », organisé par le Petit Pingouin vert, j’ai donc prévu d’augmenter mon quota de lecture, histoire de valider cette session (j’ai encore trop honte des résultats de la précédente !)

illustration mardi que lisez-vous

Mais bon j’arrête de bavasser et je passe aux habituelles questions  de ce rendez-vous.

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Les réponses tout de suite !

Ce que j’ai lu cette semaine :

 

Résultat de recherche d'images pour "quand l'amour s'en mail"

ALERTE COUP DE CŒUR !

Des lectures qui m’ont laissé un sentiment très mitigé, je vous ferai un retour très prochainement à l’occasion d’un nouvel article.

arrache mots.jpg

ALERTE COUP DE CŒUR ! (Oui encore !)

Résultat de recherche d'images pour "deux soeurs foenkinos"

Depuis le temps que je l’attendais, j’ai enfin pu le lire ! Oui j’aurai pu le faire bien avant, mais je voulais faire coïncider sa lecture avec une des consignes de Lire en couleurs.

Je suis en train de lire :

 

Résultat de recherche d'images pour "mawaru penguindrum 2"

J’en suis qu’aux débuts, mais ça me semble encore plus barré que le tome précédent !

Résultat de recherche d'images pour "librairie rêves suspendus emily blaine"

Merci au #ChallengeNetGalleyFR qui me permet (enfin) de lire un titre issu du catalogue des éditions Harlequin.

 

Ce que je lirai ensuite :

Résultat de recherche d'images pour "isabella bird 5"

Hâte, hâte, hâteeeee !!!!

 

Ces trois lectures font parties du challenge « Une semaine à 1000 pages », dont je vous parlais hier, j’espère avoir le temps de les lire !

 

 

signature

 

 

 

 

 

 

 

 

Uncategorized

Challenge semaine à 1000 pages #2

semaine à 1000.jpg

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien, on se retrouve aujourd’hui pour un nouveau numéro du challenge 1 semaine à 1000 pages du Petit Pingouin vert.

Je vous rappelle vite fait les règles du jeu, qui sont on ne peut plus simple …
1 semaine
1000 pages
Simple, non ?

On peut lire tout ce que l’on veut (hormis les livres-audio), entre le lundi matin 00h01 et le dimanche soir 23h59.

Le mois dernier, à quelques pages près, je n’ai pas validé mon défis. Alors j’espère pouvoir me rattraper lors de cette session !

Les sessions de 2019 :

Janvier : Du 14 au 20 
Février : Du 11 au 17 
Mars : Du 18 au 24 
Avril : Du 8 au 14 
Mai : Du 20 au 26
Juin : Du 10 au 16
Juillet : Du 15 au 21
Août : Du 26 au 1er sept
Septembre : Du 16 au 22
Octobre : Du 7 au 13
Novembre : DU 18 au 24
Décembre : Du 9 au 15

Comme la fois précédente je reviendrai vers vous à la fin de la semaine pour vous dire si oui ou non j’ai respecté mon engagement.
Et si jamais ce challenge vous tente aussi, n’hésitez pas à le rejoindre et à partager vos lectures avec le #LaSemaineAmilleDuPingouin !

Un petit aperçu des 1016 pages qui vont composer ma semaine ? C’est juste en dessous !

Darwin’s game t.15
Flipflops
0 / 208 pages

Isabella Bird t.5
Taiga Sassa
0 / 192 pages

My home hero t.1
Noaki Yamakawa & Masashi Asaki
0 / 187 pages

Mawaru Penguindrum t.2
Kunihiko Ikuhara & Kei Takahashi
0 / 257 pages

Deux soeurs
David Foenkinos
0 / 172 pages

signature

Mangas

Souvenirs d’Emanon – Shinji Kajio & Kenji Tsuruta

Dans un premier temps, merci à l’un des vendeur de la librairie Le Renard doré, pour m’avoir conseillé ce titre, je l’ai dévoré !

1967, dans le sud du Japon. Loin des événements qui agitent le monde, un étudiant prend le chemin du retour après un voyage d’errance. Une longue nuit en ferry s’annonce. Alors qu’il cherche à oublier une énième déception amoureuse en se plongeant dans ses romans de SF, une intrigante jeune femme s’installe à ses côtés.

Fumant cigarette sur cigarette, elle a pour unique bagage un sac à dos marqué des initiales « E. N.’ Son nom ? Emanon, ou « no name’ lu à l’envers… Elle aussi voyage seule et sans but apparent. D’abord peu bavarde, les yeux dans le vague, elle se rapproche du jeune homme, car il lui rappelle un ancien amour… datant de plusieurs siècles !

Au fil de la conversation, elle lui dévoile son secret : sous ses airs d’étudiante, elle cache une âme vieille de trois milliards d’années ! Ses souvenirs remontent au plus profond des âges, avant même l’apparition de l’humanité. Son récit dépasse toutes les histoires de SF. Cette nuit en compagnie d’Emanon va bouleverser à jamais la vision du monde du jeune voyageur…

P_20190515_204636_1

Ne vous fiez pas à son grand format, qui pourrait vous induire sur la fausse piste d’une lecture longue, ici la lecture est rapide. Très rapide même tant je me suis vite prise au jeu de l’histoire que nous conte avec brio Shinji Kajio & Kenji Tsuruta.

Au vu du résumé, l’histoire peut vous semblez tordue et croyez-moi … elle l’est !
Une fille qui aurait des souvenirs vieux de plusieurs siècles, remontant jusqu’à la création de l’Univers, ça pourrait passer si on étaient dans un univers fantastique, magique ou que sais-je encore, or on est ici dans un univers tout ce qu’il y a de plus classique, de plus terre à terre. Et là vous pourriez-vous dire que ça va coincer … eh bien non, et en ça l’auteur réussi un tour de force. Je ne vous expliquerai pas comment, au risque de vous gâcher votre future lecture, car oui vous devez le lire, sachez juste qu’il réussi à faire accepter cette situation d’une manière douce et délicate.

L’acceptation de cette situation, pour le moins étonnante, est sûrement accentuée par les dessins tous plus magnifiques les uns que les autres de Kenji Tsuruta, le tout étant sublimé par ce grand format que nous a réservé les éditions Ki-oon.

En somme, vous l’aurez compris au travers de ces quelques lignes, Les souvenirs d’Emanon sont pour moi le début d’un coup de cœur et j’ai hâte de pouvoir lire les deux autres tomes (indépendants) qui compose ce triptyque, Errances d’Emanon et Mirages d’Emanon.

signature

 

Romans

Minuit dans le jardin du manoir – Jean-Christophe Portes

Denis Florin est un jeune notaire célibataire, poète et un peu lunatique. Il vit en Normandie dans un manoir avec sa grand-mère Colette – adorable mais folle. Ce qu’il préfère faire dans la vie : reconstituer la bataille de Marignan en figurines, et qu’on le laisse tranquille.
Un jour de janvier, alors qu’il rentre chez lui, il découvre horrifié une tête décapitée sur un piquet dans le jardin du manoir. À la place des yeux et des dents, des pièces d’or. Paniqué, il se terre chez lui, et constate que sa grand-mère adorée a disparu. La presse s’empare de l’affaire et il devient le suspect numéro un. Cela fait beaucoup pour un seul homme, surtout un homme comme Denis Florin.
Nadget, une journaliste télé qui jure comme un charretier, convaincue de son innocence, va alors tenter de l’aider à se sortir de ce pétrin. Sur les traces de Colette, ils découvrent qu’un trésor datant de plus de cinq cents ans pourrait bien être caché quelque part dans le manoir…
Mais serait-ce l’explication à ce meurtre odieux et à cette disparition ? Rien n’est moins sûr.

Résultat de recherche d'images pour "Minuit dans le jardin du manoir - Jean-Christophe Portes"

Dans ce roman que j’ai obtenu via Netgalley, si vous voulez de l’action vous serez servi ! Le récit démarre et se termine sur les chapeaux de roue. Je trouve que c’est un point intéressant, car après tout l’action c’est ce qui nous tient, souvent, en haleine dans une lecture. D’autant qu’ici, les personnages principaux, Denis et Nadget, sont sympathiques.

Malheureusement, de l’action et des personnages sympa, ça ne fait pas tout …

En effet, l’histoire qui nous est contée dans ce roman est un peu brouillon, jusqu’à la toute fin je ne voyais pas où l’auteur voulait en venir. Et j’ai failli décrocher à de nombreuses reprises.
Il y a trop d’histoires secondaires qui se mêlent les unes aux autres, sans qu’elles apportent vraiment un intérêt. Certaines  »quêtes  » annexes (l’or de Cortes notamment) sont sympathiques, dommage qu’elles ne soient pas plus utiles au final …

D’autant que les autres personnages que l’on rencontre au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire sont pour certains (Colette, Momo, Raoul) peu crédibles et d’autres, carrément agaçants, je parce ici de Trividec.

En somme, je n’ai pas vraiment apprécié ma lecture, mais j’ai tout de même pris la peine d’aller jusqu’au bout … et là, ce fut le drame ! Le drame incarné en la personne de De Gaulle. Là désolée mais c’était trop pour moi. Depuis une rencontre avec le Général en lecture obligatoire pour mon Bac Littéraire il y a quelques années, on ne s’entend vraiment plus lui et moi.

Vous l’aurez compris, Minuit dans le jardin du manoir, fut pour moi une lecture en demie-teinte.

signature

 

BD

Dans les yeux de Lya, en quête de vérité (tome 1) – Carbone & Justine Cunha

Tout d’abord je tenais à remercier Marie du blog Muffiandbooks, sans qui je n’aurai sûrement pas découvert ce titre.

P_20190515_203530_1.jpg

A la veille de ses 17 ans, Lya se fait renverser par un chauffard qui prend la fuite, la laissant pour morte. Elle survivra mais devra rester en fauteuil roulant toute sa vie.
Quatre années plus tard, elle termine son DUT Carrières juridiques et décroche un stage dans le cabinet d’avocats le plus prestigieux de la ville, celui du célèbre et médiatique maître Martin de Villegan. Son stage n’a pas été choisi par hasard, bien au contraire. C’est ce même cabinet qui a réglé son cas des années auparavant. Ses parents ne lui en ont rien dit mais elle a découvert qu’ils avaient été achetés pour éviter des poursuites juridiques. Bien décidée à retrouver celui qui l’a renversée et à lui faire payer, elle va se mettre en quête du dossier. Un jeu dangereux commence alors et sa soif de vengeance ne sera pas sans conséquences…

Au vue de ce résumé et des avis positifs que j’en avais lu à l’époque de sa sortie, qui date de début mars, je ne pouvais que me lancer dans cette lecture.

La lecture de ce premier tome fut plutôt rapide. Le texte est très accessible, ce qui ne l’empêche pas de traiter d’un sujet intéressant. D’un sujet grave même, le délit de fuite et la non-assistance à personne en danger.
J’aime la manière dont le sujet est abordé ici. Lya ne cherche pas spécialement à se venger de la personne responsable de son état actuel, non elle cherche simplement à comprendre comment il a pu lui faire ça, comment il s’en est sorti et surtout … qui il est !

Si ce premier tome n’est qu’une mise en bouche, nous permettant de faire connaissance avec les différents personnages qui composent l’entourage de Lya, l’action est néanmoins très présente dans ces quelques pages qui se déroulent essentiellement au cabinet d’avocat où la jeune fille a obtenu de faire un stage sous une fausse identité. Il m’est même arrivé de frissonner pour certains des personnages quand ils partent à la recherche de … (vous avez vraiment cru que j’allais vous raconter toute l’histoire là ?!)

Cette ambiance, un peu angoissante, est relevée par les dessins, je trouve que l’on ressent bien l’angoisse contenu dans les yeux des personnages quand ils sont dans des situations dangereuses. Les couleurs choisies rehausse elles-aussi le côté stressant de ce huit-clos.

Je regrette peut-être juste de ne pas avoir plus de matière à mâcher sur ce premier tome, il aurait fait le double de pages, ça ne m’aurait pas dérangé. Mais je suis tout de même satisfaite de cette lecture et je ne manquerai pas de lire la suite dès que je le pourrais, et je vous engage à faire de même.

signature

Cinéma

Matrix – Lana et Lilly Wachowski

Je pense que je depuis que je connais mon compagnon, il me saoule avec ce film et il a enfin gagné. Je l’ai regardé pour lui faire plaisir (et soyons honnête, pour avoir la paix), mais au final je dois bien admettre que c’était pas si mal. C’était même plutôt bien. Non je ne dirai pas que j’ai aimé, ma fierté en prendrai un trop gros coup.

Si comme moi, vous avez fait de la résistance face à ce film chelou, voici un petit résumé de ce à quoi vous vous exposerai si vous le regardez un jour :

Programmeur anonyme dans un service administratif le jour, Thomas Anderson devient Neo la nuit venue. Sous ce pseudonyme, il est l’un des pirates les plus recherchés du cyber-espace. A cheval entre deux mondes, Neo est assailli par d’étranges songes et des messages cryptés provenant d’un certain Morpheus. Celui-ci l’exhorte à aller au-delà des apparences et à trouver la réponse à la question qui hante constamment ses pensées : qu’est-ce que la Matrice ? Nul ne le sait, et aucun homme n’est encore parvenu à en percer les défenses. Mais Morpheus est persuadé que Neo est l’Élu, le libérateur mythique de l’humanité annoncé selon la prophétie. Ensemble, ils se lancent dans une lutte sans retour contre la Matrice et ses terribles agents…

Résultat de recherche d'images pour "Matrix affiche"

Alors déjà il faut remettre les choses dans leur contexte, le premier opus de Matrix vient de fêter ses vingt ans. Alors oui, aujourd’hui il peut sembler démodé, pas novateur pour deux sous, mais il a vingt ans et pour l’époque il sortait vraiment du lot.

Le film attaque fort avec une première scène quasiment incompréhensible, mais qui envoie du lourd, du très, très lourd en matière de combat.

Je ne sais pas quelle sort est distillé dans ses images, mais je me suis prise presque instantanément au jeu. Disons que dès que Néo rejoint le reste de l’équipe à bord du Le Nebuchadnezzar j’étais déjà immergée jusqu’au cou dans l’univers crée par Lana et Lilly Wachowski. Ce qui est quand même fou étant donné que je ne voulais vraiment pas le voir à l’origine !

J’ai lu sur internet (merci Allociné), que « le Bullet Time restera sans doute comme l’effet le plus impressionnant de Matrix », pour ma part, même si j’ai trouvé la scène impressionnante, elle m’a semblé s’étirer en longueuuuuuuur, je l’aurai bien raccourci de quelques minutes, histoire que ça soit plus punchy !

Je n’ai jamais était une fan de Keanu Reeves (hormis dans Speed et dans Les vendanges de la colère), mais là il m’a (presque) donné envie de découvrir la suite de cette saga mythique … à voir si mon chéri parviendra à me les faire regarder un jour !

signature